It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptySam 31 Oct - 19:15

Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] KatieB03 & Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Girlboheme_christianbrylle006


    Un soupir brisa le silence qui régnait depuis plusieurs heures dans l'appartement plongé dans le noir excepté la lampe qui éclairait le tas de copies que Juliet était en train de corriger. Elle laissa tomber son stylo rouge et rejeta sa tête en arrière, se frotta les yeux, puis reprit son travail. Après une série de traits, de petites notes dans la marge, de fautes superflues, elle marqua enfin la note finale et rangea la copie sur le côté. La jeune femme regarda désespérée les 7 dernieres feuilles qui se trouvait à sa gauche.
    Décidant de s'accorder une pause avant de reprendre la torture qu'était de corriger des copies à une heure pareille. Elle sortit une tasse du placard dans l'espoir de se faire un chocolat chaud, et ouvrit le frigo. Deuxième soupir, puis se tapa la tête contre celui-ci.

    "Plus de lait... Tant pis, ça sera un café."

    Juliet se dirigea vers la cafetière et se rendit compte que le sachet de café était vide. Elle brandit les bras en l'air, lançant une sorte de "pourquoi moi?" silencieux. La jeune femme alla chercher un pull qu'elle enfila rapidement, prenant par la même occasion deux billets qui traînait sur la table et sortit de chez elle.

    "Bon, trouvons un truc d'ouvert."

    Après quelques minutes de marches, elle eut la chance de trouver une épicerie éclairée. En s'avançant, elle put lire que l'endroit était ouvert sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Remerciant le seigneur, en qui elle ne croyait pas du tout, Juliet entra dans la boutique pour faire ses achats de minuit, et se réchauffer un peu, car faut l'avouer à minuit en plein moi d'octobre, il ne fait pas chaud dehors. Se baladant entre les petits rayons, prenant par la même occasion son lait et son café, rajoutant une ou deux choses, tant qu'à faire des courses, même à minuit, autant les faire bien. Puis elle se dirigea vers la caisse, et sortit avec un gros sac. Elle mesura l'étendue de son malheur quand elle sentit plusieurs gouttes tomber sur son crâne.

    "Oh non... Pas maintenant..."

    Et une averse se déchaîna alors sur elle. L'épicerie étant pourvue d'une sorte de petit toit sous lequel s'abriter. Juliet décida d'y rester en attendant que tout cela se calme, et même si elle redoutait en plus profond d'elle que cela dure longtemps, elle prit son mal en patience.
    Quand elle aperçût un jeune homme en chemise blanche passer pas loin de l'endroit où elle était. Son côté prof' revint à elle vitesse grand V, elle pensa qu'il fallait être complétement barré pour sortir sous la pluie, surtout avec le froid qu'il faisait, les jeunes étaient complétement inconscient de nos jours. Secouant la tête pour se dire à son moi intérieur de se taire, elle enleva ses lunettes pour les essuyer puis interpella le garçon.

    "Euh... excusez-moi! Pourriez-vous m'aider s'il vous plait?"

    Juliet afficha un sourire des plus timides et des plus implorants. Elle n'aimait pas demander de l'aide aux gens à une heure aussi tardive. Mais les sacs en papier kraft tout le monde savait ce que ça donnait sous la pluie, et Juliet n'allait pas assez vite pour que le sac reste entier jusqu'à chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyLun 2 Nov - 12:30

Minuit. L’heure à laquelle la jeunesse New-Yorkaise s’éveillait et s’emparait des boites de nuits, bars, clubs, rues malfamées pour certains. L’heure à laquelle Sohan sortait, apprêté pour une nuit de vice semblable à toutes les autres. C’était le seul quotidien qui ne finissait jamais par être lassant, parce que tout n’était qu’aventure et plaisir. Lentement, avec son extrême désinvolture habituelle, il marchait dans les rues menant au bar qu’il avait l’habitude de fréquenter. Le léger vend froid qui soufflait cette nuit-là ne l’affectait pas, pourtant habillé d’une simple chemise blanche et d’un pantalon en cuir. Plusieurs bracelets et chaînes tintaient les un contre les autres, à son poignet et quelques bagues ornaient ses doigts fins, eux-même retenant une cigarette allumée. Une goutte. Puis deux. En quelques instants, ce fut une véritable averse qui s’abattit sur la rue et tout ceux qui s’y trouvaient. Les rares personnes se baladant à cette heure couraient se réfugier.. à l’inverse de Sohan qui lui, déjà trempé, ne faisait que constater l’inutilité d’une telle hâte. Tranquillement, indifférent, il se dirigea vers la petite épicerie comportant un auvent. "Euh... excusez-moi! Pourriez-vous m'aider s'il vous plait?" . Il ne fallait pas se méprendre. Il venait vers elle, mais ce n’était aucunement pour l’aider. Aussitôt la pluie aurait-elle cessé qu’il reprendrait sa route. Il se posta sous l’abri, s’appuya contre le mur et alluma une nouvelle cigarette. Sa chemise collait désagréablement à sa peau, et ses cheveux blonds serpentaient et s’immisçaient dans sa nuque ou sur ses épaules. Encore une fois, il ne semblait pas en être affecté. Et presque avec insolence, il avait regardé la jeune femme de haut en bas, sans aucune pudeur, puis avait posé son regard sur les sacs qu’elle peinait à transporter. Il planta finalement son intense regard bleu-clair dans celui, plus délicat, de la jeune femme.

- Trop occupé.

L’ accent anglais était facilement remarquable. La voix était presque aussi insolente que l’attitude, presque aussi glaciale que le regard. De la fumée s’était doucement échappé de ses lèvres, puis avait lentement disparu en se mêlant à l’averse. Il porta à nouveau la cigarette à ses lèvres, prit une bouffée, puis expira volontairement ou involontairement la fumée vers l’inconnue. Il porta son regard sur la pluie s’abattant sur le sol, silencieux, puis laissa échapper un soupir .. Ils risqueraient d’être là pour un bon moment. Et tous le monde sait ce que Sohan Andersen fait pendant son temps libre.. Ce fut cette pensée qui, traversant un quart de seconde son esprit, le porta à observer à nouveau la jolie brune à un ou deux mètres de lui. De jolies formes, des lèvres qui disaient « embrasse moi maintenant » malgré toute l’innocence apparente de leur propriétaire, des yeux que Sohan imaginait pleins de désir et de trouble lorsqu’il lui ferait l’amour.. Parce que oui, il avait trouvé son éventuelle première proie de la soirée. Et cela faisait plusieurs secondes que l’ex-Londonien observait la jeune femme dans les yeux, la fixait avec impudence, sans ne rien dire. Quoi de plus troublant.


Dernière édition par Sohan A. Andersen le Mar 3 Nov - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMar 3 Nov - 16:28

    La jeune femme regardait l'homme approché, c'est long cheveux blond mouillés par la pluie avait fait courir sur sa peau un léger frisson, pas de peur, mais d'autre chose d'indéfinissable, et voir alors son torse que sa chemise blanche laissait apparaitre à cause de la pluie, renforçait ce sentiment. Bien que ce qu'il dit par la suite la mis hors d'elle. Trop occupé? Cela la fit rire intérieurement. En le regardant avec plus d'attention, Juliet se fit son propre jugement dans sa tête, il devait surement être le genre de type à se foutre de tout et tout le monde, et à gâcher sa vie à fumer, boire et coucher avec tout se qui passe. Elle s'appuya contre la vitre de l'endroit et croisa les bras. En l'entendant, elle avait remarqué un détail qu'elle ne connaissait que trop bien : l'accent anglais. Juliet n'avait pas perdu le sien, mais à force de parler avec des américains, elle avait pris des tics de langage qui cachait son propre accent. Mais cela ne faisait pas marqué des points au jeune homme au près d'elle.

    "Trop occupé à quoi? Occupé à attendre l'heure où vous pourrez aller vous droguer dans un coin?"

    Son ton était méprisant et ses yeux, froid d'ordinaire, montrait une colère soudaine. La jeune femme décida de regarder en face d'elle, se contrôlant pour ne pas regarder l'homme qui se tenait à sa droite. Elle avait pourtant fait un effort intérieur pour ne pas le juger à son physique de "bad boy" ou je ne sais quoi et se dire qu'il avait un bon fond, mais sa phrase était la goutte d'eau qui avait fait débordé le vase. La jeunesse New-Yorkaise était partout la même : aucun respect pour les autres et tous des drogués et/ou alcoolique. Mais où va le monde?
    Elle respira un grand coup, inspirant par la même occasion la fumée de sa cigarette qu'il avait rejeté sur elle, exprès ou pas, cela provoqua chez Juliet une quinte de toux. Quand elle cessa, Juliet se tourna vers lui.

    "Auriez-vous l'obligeance de craché votre poison ailleurs que sur les gens qui ne fume pas s'il vous plait?"

    D'où venait ce soudain non gène chez les gens? Il avait beau être terriblement sexy, il n'était qu'un je-m'en-foutiste égoïste (oui oui c'est quasiment la même chose xD). Ju' admira encore ce qui se passait en face d'elle, bien qu'il n'y est aucune activité, elle trouva cela bien plus intéressant que l'énergumène posté à côté d'elle. Au bout d'un moment, sentant son regard se poser de nouveau sur elle et bien plus longtemps qu'il ne l'avait fait en arrivant. Troublée, elle leva les yeux au ciel, essayant de ne rien dire, mais c'était plus fort qu'elle.

    "Et arrêtez de me regarder!"

    Fermant les yeux un instant, Juliet se dit qu'elle valait mieux que lui, et rien ne valait tant de colère à l'égard d'une personne comme lui.


Dernière édition par Juliet G. Nothomb le Mer 4 Nov - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMar 3 Nov - 17:06

Plus le temps passait.. plus la jeune femme se dévoilait.. et plus Sohan éprouvait cette irrépressible envie de sourire, anticipant l’instant où il pourrait se permettre de la taquiner cyniquement et de rendre tout ce qu’elle venait dire aussi pitoyable que l’image qu’elle semblait se faire de lui. Ces gens là l’amusaient profondément. Il n’y pouvait rien. Trop occupé à quoi? Occupé à attendre l'heure où vous pourrez aller vous droguer dans un coin?" Un agacement exagéré, un préjugé ( quoiqu’il puisse tout à fait se vérifier, mais ce n’est aucunement le propos ), le mépris et l’impulsivité. Tout ça dans une seule phrase. "Auriez-vous l'obligeance de craché votre poison ailleurs que sur les gens qui ne fume pas s'il vous plait?" Le sourire, cette fois, se dessina bel et bien sur les lèvres rosées du blond. La dernière requête de la belle brune fut exaucée, juste le temps que Sohan lui montre trop ouvertement qu’il se moquait d’elle, volontairement. Le regard fixant le vide, devant lui, Il sembla étouffer un rire, discrètement. Puis ses yeux se dirigèrent directement sur ceux de sa compagne, à nouveau, dans ce même regard à la fois inquiétant et attirant. Il se décolla du mur, tira à nouveau sur sa cigarette puis s’approcha de la jeune femme en passant sa main dans ses cheveux de façon à écarter les quelques mèches qui le gênaient. Il se posta en face d’elle, l’air effronté et à la fois en position de supériorité, son visage étant pourtant étonnement détendu et tout à fait inexpressif. Ses yeux ne quittèrent pas les siens, magnifiquement verts. Ainsi avait-il l’air d’un drogué ? Manifestement, elle n’y connaissait rien. Pour le peu qu’elle connaissait de lui, il n’y avait rien de tel à déduire. Sohan ne put s’empêcher d’en jouer.

- Vous avez raison.. Je suis complètement défoncé et je ne sais plus ce que je fais. Restez pas trop prês de moi, ça pourrait être dangereux.

Le ton se faisait de plus en plus moqueur, désagréablement ironique. Tout proche d’elle, il l’observa à nouveau de bas en haut tout en la détaillant, cette fois-ci. Un sourire malicieux s’empara de ses lèvres alors qu’il reposait son regard insolent sur le sien. Sa main gauche, subrepticement, se glissa dans le cou de la brune, le frôla un instant, puis écarta quelques mèches de cheveux. Il laissa glisser cette même main sur la hanche de la jeune fille, puis – l’amenant doucement à lui - approcha son visage de son oreille. Sa voix était moins froide lorsqu’il chuchotait, mais pourtant toujours aussi cassante.

- Puisque nous jouons au jeu des apparences.. Moi je dis que vous êtes une prof, certainement douée, mais qui a passé sa vie à être trop sage, à regretter, à passer à coté des occasions. Vous aimez ce que vous faites, mais vous savez que très prochainement, vous allez avoir comme ce sentiment d’avoir raté votre vie.. qui sait, peut-être que ça se vérifiera ?

Il s’éloigna de son oreille, ne quittant pourtant pas ses yeux un seul instant, et tira à nouveau sur sa cigarette. Toujours inexpressif, il observait la jeune femme comme si elle devait comprendre qu’il avait raison, comme si c’était son inexorable futur : celui de n’avoir que des regrets, de ne pas avoir le sentiment de profiter. Le but n’était ni d’avoir raison ni de lui faire peur. Au delà du fait qu’il y ait bien quelque chose à prouver derrière ces mots, le simple but était d’installer le doute. De la déstabiliser. A force, Sohan ne cherchait même plus à atteindre ce but.. c’était devenu naturel. Il faut alors imaginer ce que cela donne, lorsque Sohan Andersen décide de déstabiliser quelqu’un..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMer 4 Nov - 18:57

    Elle jeta un coup d'œil à sa montre. Le temps passait lentement, trop lentement et cette pluie qui n'en finissait pas de s'abattre sur la ville; c'était à croire qu'elle voulait faire durer le malheur de Juliet, ou bien le plaisir de son voisin à en juger par la tête qui faisait à chacune des phrases qui sortaient de la bouche de la jeune femme. Elle décida alors d'essayer de penser à autre chose, mais en vain, ses pensées se ciblaient automatiquement sur le grand blond qui se tenait à ses côtés. Il les occupa encore plus quand il bougea soudainement. Le regardant enlever les quelques mèches qui le gênait, elle se recula alors, collant tout son corps contre la vitre, quand il se posta face à elle, mettant ses mains devant sa poitrine pour garder une certaine distance entre eux deux, et le repousser au cas où il se jetterait sur elle. Juliet avait très bien discerné le ton ironique dont il avait usé lors de cette phrase.
    Son visage ne laissait passer que la colère, et heureusement pour elle, cachait le fait qu'elle se battait dans son fort intérieur pour garder son sang froid. Elle n'avait pas forcement peur, mais la case "je ne sais pas quoi faire" c'était mis à clignoté dans sa tête. Elle examinait son sourire, puis ce regard qu'il plantait dans le sien.
    La jeune femme inspira tout l'air qu'elle put quand elle sentie la main de son interlocuteur lui effleurer le cou. Perdant tous ses moyens face à la situation. Juliet qui arrivait quasiment au stade de l'insociabilité avec les hommes, n'avait pas pour habitude de les laisser la toucher si facilement et encore moins quand ils lui étaient inconnus comme celui-ci le faisait.
    La main étrangère glissa de son cou à sa hanche, un frisson violent la parcouru, elle voulait retirer cette main, mais quelque chose l'en empêchait. Frémissant de plus belle quand elle put sentir le souffle de sa bouche sur son oreille, comme envoûtée, elle écouta avec attention ce qu'il lui disait. Écarquillant les yeux, d'abord pour cette facilitée qu'il avait eu à deviner qu'elle était professeur, et elle fût ensuite choquée par les mots qui avaient suivi. Juliet attendit qu'il s'éloigne pour retrouver l'usage de la parole.

    "Je... Je ne trouve en rien que j'ai gâché ou bien raté ma vie! Chacun la mène comme il l'entend...et...c'est tout!"

    Les mots sonnaient faux dans sa bouche. En deux secondes, elle venait de remettre en question vingt-huit années d'existence à cause d'une personne qui se tenait à côté d'elle depuis dix minutes si ce n'est moins. Elle mit alors son visage entre ses mains, se parlant alors à elle-même.

    "Ne l'écoute pas Juliet, ce n'est pas un timbré dans son genre qui peut te dire si tu as raté ta vie ou non. N'écoute pas, n'écoute pas."

    Mais plus les minutes défilaient, et plus Juliet, perdait de son assurance dont elle avait toujours été fière. Et s'il y avait raison après tout?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptySam 7 Nov - 11:47

Au dessus d’eux, un orage se préparait. La pluie s’intensifiait à chaque secondes, martelant impitoyablement les dalles grises de la rue. La lumière des lampadaires se laissait voiler par l’averse, et tout semblait flou. Un silence persista après les mots de la jeune femme et l’on n’entendait plus que la pluie incessante. Quelques grondements imperceptibles résonnaient dans la voûte parsemée de nuages noirs. Personne dans les rues. Ils étaient seuls, tous les deux, contraints à rester sous le auvent du magasin à présent fermé.
Sohan avait retenu un sourire de plus lors de la dernière réplique de sa compagne d’averse, bien qu’elle ne lui fut pas réellement destinée. Il pencha la tête sur le coté, légèrement, ses cheveux blonds suivant le mouvement. Il n’avait de cesses de la fixer, dans une inexpression absolument indéfinissable. Elle semblait mal-à-l’aise, troublée. Cela ne faisait qu’accentuer le charme innocent dont elle était déjà dotée. Il se rapprocha à peine d’elle, ne laissant que quelques centimètres entre leurs corps respectifs. Sa voix resta la même, sombre et froide, traduisant probablement le regard cynique qu’il portait sur toutes les choses du monde, et en l’occurrence sur la belle brune. Il glissa ses mains sur celles de l’inconnue pour les éloigner de son visage, puis releva son menton de son index. Là, il retrouva le regard émeraude de la jeune femme.

- C’est ce qui arrive quand on entend la vérité. La plupart du temps, on refuse d’écouter, d’assumer. La seule solution, c’est d’oublier.. parce que manifestement, dans ton cas, être simplement réaliste relève de l’impossible.

Il se rapprocha d’elle et combla le dernier espace qui les séparait l’un de l’autre, laissant l’humidité de sa chemise blanche atteindre les vêtements de la jeune femme. Il posa son regard sur ses lèvres, juste un instants, puis tint à nouveau la brune par les hanches pour l’amener à lui. Il s’approcha à nouveau de son oreille et déposa un baiser chaud, juste au dessous. Le temps semblait presque s’arrêter. C’était tendre, et à la fois inquiétant. Ce baiser était trop contrastant avec l’attitude du jeune homme. Il n’avait rien de froid ni de détaché, ni rien de blessant.. ni rien de destructeur. C’était un tendre baiser, chaud et réconfortant. Doucement et imperceptiblement, la main droite du blond caressait la hanche de l’inconnue, comme l’invitant à se laisser porter. Un chuchotement au creux de son oreille, à nouveau. Une demie-voix suave et séduisante.

- Et si je t’offrais le moyen d’oublier ta vie pitoyable ? Et si je t’offrais l’occasion d’être quelqu’un ?

La froideur revenait et contrastait à nouveau, à travers des mots cassants se voulant criants de vérité. Il s’écarta à peine, replongea son regard dans celui de son interlocutrice, sans ne plus prononcer un seul mot. Le martèlement de la pluie avait à nouveau envahit les esprit, seul bruit perceptible dans la longue et froide rue, quelque part, dans le lower east side.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMer 11 Nov - 14:54

    La pluie. C'était tout ce qu'elle entendait. Tout ce qu'elle voulait entendre. Cet homme la troublait, autant physiquement que moralement. Il était si différent dans sa façon de penser, ainsi que dans celle d'agir. Le son de la pluie résonnait dans ses oreilles, elle aurait aimé n'entendre rien d'autre que ce bruit-là, fermer les yeux et se retrouver ailleurs que sous ce auvent à entendre que sa vie était merdique sur tous les plans. Et en y réfléchissant, il n'avait surement pas tord, depuis la fin du lycée, elle n'avait pas eu une relation qui avait été au-delà d'une semaine, elle ne vivait que pour son boulot, et la seule personne qui la supportait tout le temps était... son chat. Juliet avait toujours vécue comme ça, et ne s'en était jamais plainte. Le contact avec ses mains, bien que glacée par le temps qu'il faisait, produisit un étrange effet de chaleur dans celle de la jeune femme. Effet de chaleur qui disparue au moment même où elle croisa de nouveau le regard bleu de l'homme qu'elle avait en face d'elle. Les paroles qui suivirent l'enfoncèrent un peu plus dans mal-être qu'elle ressentait depuis qu'elle était en sa présence, elle se sentait insignifiante. Encore une fois, les mots ne vinrent, et puis de toute façon, que répondre? Il n'avait pas entièrement tord dans ses paroles, et lui dire qu'il avait raison, c'était trop lui demander.
    Il se rapprocha un peu plus d'elle, leur deux corps se collant l'un à l'autre. Juliet pouvait à présent sentir l'eau, qui avait pénétré au coeur de la chemise blanche du blond, s'infiltrer dans les mailles de son pull fin. Sentant alors ces mains étrangères se poser de nouveau sur ces hanches, se sentant tirer vers l'avant. Elle fût surprise du geste qui suivi. Ce baiser était tellement...différent. Différent de la sensation que dégageait le jeune homme, il n'était pas froid comme ses paroles ou son regard, pas brutal comme les vérités qu'il énonçait. Il était doux, et pour une fois, elle ressentie un certain plaisir à se trouver en sa compagnie. Mais comme on le dit si souvent, toute bonne chose à une fin, et celle-ci prit fin quand il rouvrit la bouche pour parler.
    Juliet haussa un sourcil, et un petit sourire qui se voulait moqueur apparu au coin de ses lèvres, le premier de la soirée. Elle s'écarta de lui, et croisa les bras.

    - Tu te prends pour Dieu?

    En plus de ce petit sourire, elle s'autorisa le tutoiement. La petite réplique qu'il avait dit, lui avait redonné un peu confiance en elle, du moins c'est l'image qu'elle voulait donner, car les mots qu'il avait dit précédemment résonnait toujours dans son crâne. S'éloignant un peu de lui en croisant les bras, elle finit par lui tourner le dos. Un certain silence s'installa entre eux, et seul le bruit des gouttes d'eau s'écrasant sur le sol ou bien sûr le toit du auvent se faisait entendre, quand finalement, Juliet tourna sa tête vers lui avec un regard qui disait en quelque sorte "Fais de moi ce que tu veux."
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMer 11 Nov - 15:50

Ses gestes ne traduisaient que trop évidemment ce qui se passait dans son esprit. Elle se torturait elle-même, sans avoir besoin de Sohan. Elle menait un inutile combat contre elle-même, tentée par le blond et à la fois inquiétée. Lui succomber, c’était admettre que sa vie n’était pas ce qu’elle aurait voulu. Et il était toujours si compliqué d’admettre ce que l’on s’était longtemps caché.. Quoique la jeune femme, sûrement, n’avait elle même rien réalisé jusqu’à cette nuit là. Certainement. Tu te prends pour Dieu? Elle souriait, moqueuse et presque dédaigneuse. Elle essayait manifestement de reprendre confiance en elle. Mais il était trop tard pour faire croire un seul instant à Sohan qu’elle en était capable.. Non seulement elle s’était déjà montré, quelques secondes plutôt, déstabilisée et confuse, mais il était également bien connu.. que L’ironie était le plus efficace des changements de conversation. Une nouvelle cachette, un nouveau voile. Elle tentait de renvoyer la balle vers le blond, en vain. Tout, chez elle, traduisait son manque de confiance et sa volonté de montrer, malhabilement, une fausse image de ses ressentiments présents. Sohan sourit à son tour, lorsqu’elle lui tourna le dos. Le silence dura un instant.. Et Sohan, d’une demie-voix, prononça des mots qui peut-être furent plus pour lui-même que pour elle.

- Justement. Et si j’étais tout le contraire.. ?

L’orage retentit brusquement au dessus d’eux. Le bruit résonna longtemps dans le ciel et dans les rues inondées de la ville. Le regard que lui avait ensuite jeté la belle jeune femme lui donna à la fois satisfaction et déception. Pas parce que cela avait été trop facile, mais parce qu’elle semblait abandonner plutôt que de savoir réellement ce qu’elle désirait. Elle s’aventurait à laisser Sohan la diriger, plutôt que de se diriger d’elle-même vers Sohan. Il s’approcha, à nouveau, allumant une autre cigarette. Il soutint son regard, toujours et inlassablement inexpressif. Un éclair zébra le ciel. Puis un deuxième. La pluie se faisait littéralement torrentielle et les orages s’intensifiaient dans d’inquiétants et menaçants grondements. Sohan prit le poignet de la jeune femme, à la fois délicatement et brusquement, de façon à l’obliger à se retourner complètement vers lui. Il la fixa presque avec trop d’insistance, comme s’il cherchait à lui faire avouer quelque chose, comme s’il l’obligeait à affronter la vérité plus que nécessaire, à montrer qu’elle l’admettait : le fait de ne pas avoir la vie qui lui convenait et de vouloir s’en échapper, même rien que le temps d’une nuit. Le fait d’avoir besoin d’aventure, de quelque chose qui lui donne l’impression de réellement vivre. Il voulait l’entendre le dire. Secrètement, le but était de ne pas passer une nuit complètement dérisoire avec elle. Il fallait une raison, un but. Il fallait que cela veuille dire quelque chose. Que cela ait un sens.

- Dis moi ce que tu veux, réellement.

Il expira lentement la fumée, le martèlement de la pluie couvrant presque le son de leurs voix respectives.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyLun 16 Nov - 21:58

    "Ah! Qu'elle se rende, mais qu'elle combatte; que, sans avoir la force de vaincre, elle ait celle de résister; qu'elle savoure à loisir le sentiment de sa faiblesse, et soit contrainte d'avouer sa défaite. Laissons le Braconnier obscur tuer à l'affût le Cerf qu'il a surpris; le vrai Chasseur doit le forcer." Ce passage des Liaisons Dangereuses lui rappelait ce qu'elle était en ce moment même, et si elle devait comparer le blond à un ds personnages de ce livre, ce serait sans hésitation le Vicomte de Valmont, qui n'est autre que l'auteur de ces lignes. En somme, l'inconnu faisait ce qu'elle était à cet instant précis. Il jouait avec elle pour parvenir à ses fins, c'était un simple jeu pour lui et Juliet marchait en plein dedans sans même s'en rendre compte.
    La jeune femme avait planté son regard dans le sien. Perdue, voila ce qu'elle était, elle ne savait plus quoi penser, le monde tournait autour d'elle. Ses pensées étaient confuses, floues et surtout, elle ne savait que faire.
    Cet homme l'incitait implicitement à changer ce qu'elle avait toujours été. Certes Juliet ne s'était jamais droguées ou bu à en être complètement saoul et n'avoir aucun souvenir de la veille, ou bien avoir prit son pied avec le premier venu qui voulait bien d'elle, mais de la à penser qu'elle avait gâché sa vie, elle n'en croyait rien.
    Le regardant allumer sa cigarette, sa question la perturba un peu plus qu'elle ne l'était déjà. Ce qu'elle voulait? Bonne question! L'analysant une nouvelle, elle s'approcha de lui, et avant qu'il est eu le temps de faire un geste, attrapa la cigarette coincé entre les lèvres du jeune homme, puis la jeta sous la pluie qui se chargea de l'éteindre, et dit en même temps :

    - Premièrement, que vous arrêtiez de fumer, ça m'agace d'avoir à respirer ce poison alors que je n'ai rien demander. Et deuxième, je n'ai aucune idée de ce que je veux.

    La jeune femme reprit sa position initial, c'est-à-dire contre la vitre du magasin, et regarda la pluie marteler le sol, espérant que l'orage frappe encore un peu plus fort pour cacher les prochaines paroles de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMar 17 Nov - 19:41

Il sembla à la fois déçu et satisfait de la réponse de la jeune femme en face de lui. Lorsqu’elle avait jeté sa cigarette, il avait plongé la main dans la poche de son jean et avait simplement sortit son paquet pour en reprendre une nouvelle, sans porter attention au cylindre de nicotine qui allait rester oublié sous les trombes d’eau. Il se positionna juste devant elle, ni trop prés, ni trop éloigné. Suffisamment proche pour préserver dans une certaine intensité l’importance des regards et des gestes.. Suffisamment loin pour la laisser venir à lui, à la fois pour la mettre en confiance et l’appâter. C’était le paradoxe : Il chassait et dominait, mais n’avait rien à voir avec ceux qui jouait du charme pour obtenir leurs proies d’un soir. Il fallait qu’il y ait un sens, que cela ait un intérêt particulier. Il fallait que ne soit non pas un instant de jeu de drague, mais une recherche d’intérêts et de plaisirs mêlés. Et ainsi la meilleure façon de parvenir à ses fins n’était-elle pas de charmer, comme si la proie s’était laissé envoûtée, puis de consommer.. mais bien de donner une raison et une envie à cette dernière. Là résidait toute la subtilité de l’affaire. Sohan la fixa un instant, laissant un bref silence durant lequel un grondement plus violent que les précédents se fit entendre dans le ciel.

- Ah oui .. ? Et c’est pas la preuve que tu gâches ta vie, ça ? .. Tu prétends être contente de ce que tu as, mais si tu n’es pas capable de me dire ce que tu veux.. ça veut simplement dire que tu te laisses vivre, sans but, sans raisons. Sans rien. .. C’est.. vide.

Il plaça la cigarette entre ses lèvres et l’alluma, sans quitter son interlocutrice des yeux. Il laissa la fumée s’échapper de ses lèvres un instant, puis adressa ce petit sourire désinvolte et terriblement cynique à l’inconnue. Il laissa un rire moquer filer d’entre ses lèvres. Sa voix se fit plus sombre, comme s’accordant à la méchanceté de ses mots.

- Merde, je m’attendais pas à quelque chose d’aussi lamentable.

Ses yeux la fixaient inlassablement, comme avec défit.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyDim 6 Déc - 11:19

[Oui, oui c'est court, I know it, mais je dois t'avouer que le matin me réussi pas xD]

    Elle fixa la pluie, concentrant son esprit sur les gouttes qui tombaient au sol dans un bruit singulier pour ne plus penser à la personne qui se trouvait à côté d'elle. Car en ce moment même, elle se sentait comme une gamine à qui on apprend la vie, à qui l'on dit qu'elle est courte et qu'on en a qu'une seule, que toute expérience est bonne à prendre. Et ce n'est pas comme ça que Juliet avait construit sa vie, ce n'est pas comme ça qu'elle avait décidé de la vivre.
    La jeune femme passa ses mains dans ses cheveux pour les tirer en arrière, et leva la tête pour regarder les néons accrochés au-dessus d'eux, comme pour y trouver une quelconque réponse. Lamentable? C'est donc à ce mot que l'on pouvait résumer sa vie? Lamentable parce qu'elle était vide de toutes sensations, dépravations? Si c'était ça la vie qu'elle devait avoir, alors elle préférait mourir ignorante.

    -Je n'ai pas une vie lamentable, j'ai choisi un style de vie qui m'apporte se dont j'ai besoin, peut-être pas toujours se dont j'ai envie, mais je m'en contente, et je suis heureuse comme ça. Je ne vois pas en quoi ça vous dérange.

    Elle soupira, elle essayait tant bien que mal de contenir la colère qui l'avait envahi depuis le début de leur conversation. Et le petit rire qu'il laissa échapper, ne l'apaisa encore moins. Elle décida alors de se tourner vers lui, plantant son regard dans le sien.

    -Pitoyable! Voilà ce que vous êtes! Oh oui, vous pouvez faire le fier en disant à qui veut l'entendre que vous avez une vie, que vous profitez de chaque occasion, mais vous n'avez en aucun cas le droit de traiter comme de la merde les gens qui vous entoure du fait qu'ils ne vivent pas comme vous.

    Juliet le détailla pendant plus d'une minute, s'arrêtant plusieurs fois sur certains détails qui le constituaient. Et bien qu'elle niait beaucoup de choses, au plus profond d'elle, la jeune femme savait qu'il avait raison, mais lui ignorait qu'il avait fait naître en elle une sorte de désir qu'elle cachait par sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyVen 18 Déc - 12:37

L’orage s’était définitivement déclaré. Les éclairs zébraient impitoyablement le ciel, la pluie était plus forte que jamais et les grondements n’avaient de cesse de résonner au dessus d’eux. j'ai choisi un style de vie qui m'apporte se dont j'ai besoin Savait-elle seulement ce dont elle avait besoin ? Ainsi était-elle heureuse comme ça.. Personne ne pouvait se satisfaire de la vie qu’il ou elle menait. Ces mots étaient la preuve irréfutable qu’elle se cachait derrière de fausses excuses, qu’elle plongeait dans le déni et refusait d’en sortir. C’étaient les pensées de Sohan, en cet instant, alors qu’il l’observait toujours aussi fixement, inexpressif. Pitoyable! Voilà ce que vous êtes ! Cela faisait quelques instants auparavant, déjà, qu’elle avait décidé de préférer le vouvoyer. Elle avait opté pour une image forte d’elle-même, au début, en le tutoyant, comme si elle était son égale. Mais inconsciemment, maintenant, elle le laissait savoir qu’il prenait le dessus, qu’il la dominait complètement. C’est pourquoi un léger sourire de satisfaction apparut sur ses lèvres, sans que la jeune femme ne puisse en deviner la raison.
Les derniers mots de la jeune femme n’eurent que peu d’effet sur le blond – pour ne pas dire aucun. Il passa lentement sa main dans ses cheveux mouillés, les ramenant vers l’arrière, puis tira à nouveau sur sa cigarette. Il se rapprocha à nouveau de la jeune femme, sans la quitter des yeux.

- C’est quoi cette obsession de vouloir faire des choses "bien", d’être quelqu’un de "bien" ? Qui a dit que vivre signifie s’emmerder et avoir la même existence que tout le monde ? .. C’est ça, alors, dont tu as besoin ? Avoir une existence banale ? être comme tous les autres ? Être insignifiante ? …. Hm. Tu vas enseigner jusqu’à ce que tu sois trop vieille et trop conne. Puis tu vas te taper une dépression en réalisant que t’aurais aimé faire quelque chose de ta vie… Sauf que tu seras trop vieille pour rattraper les choses. Et encore, le sexe on en parle même pas. A 40 ans, tu seras déjà plus baisable. Ouais, l’enseignement, ça rend moche. Trop de stress, sûrement..

La méchanceté s’alliait au cynisme et à l’ironie. Un petit cocktail explosif qui plus d’une fois avait fait ses preuves. Il était provocateur dans ce qu’il disait, mais il pensait malgré tout chaque mot qu’il avait adressé à la jeune femme. Il se rapprocha doucement d’elle, encore, juste un peu, et glissa subrepticement sa main sur la hanche de la brune. Brusquement – mais néanmoins d’une façon délicate – il la tint et la serra tout contre lui, de la main droite. Il l’observa un instant, silencieux. Un murmure parvint finalement à la jeune femme..

- Qu’est-ce qui t’empêche de te laisser aller, au fond ? Personne n’est là pour le savoir..

Sa main gauche vint délicatement repousser quelques mèches du visage de la jeune femme, l’index s’attardant quelques secondes sur sa tempe, sur sa joue, sa mâchoire, son cou….
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyLun 11 Jan - 0:01

    L'orage gronda une nouvelle fois. Comme si le temps reflétait la tension qui se dressait entre les deux personnes, bien que son "voisin" était très calme contrairement à elle. Tout chez lui l'agaçait, son rire, ses petits sourires, sa façon d'être et cette façon qu'il avait de parler et de se croire supérieur à tout le monde. Pourquoi les gens "normaux" ne pouvait pas être heureux parce qu'ils menaient une vie simple?
    Juliet ne releva pas ce qu'il venait de dire, la méchanceté dont il avait fait preuve était différente de celle qu'il utilisait depuis le début. Tout cela n'était qu'un ramassis de connerie dit dans le but de la faire fléchir, de la faire se sentir encore plus mal. Et pourtant, elle lâcha un petit rire, elle n'avait pas du tout été offensé par sa remarque, qu'elle avait trouvé totalement pathétique et stéréotyper. Ce rire l'avait aidé à reprendre une certaine confiance en elle, mais cette assurance disparut bien vite quand le corps du grand blond se rapprocha d'elle et que la main étrangère caressa sa hanche. Un nouveau frisson la parcouru, et elle ferma les yeux un instant, se sentant comme figée. Tout ce qu'elle voulait en ce moment, s'était partir, retourner chez elle, oublié cet homme, et ce qui se passait. Et pourtant, autre chose sur disait de rester là, mais quoi?
    Juliet se sentit attirée vers lui, respirant faiblement, comme si elle était enfermée dans une boite, privée d'oxygène. Elle ne rouvrit pas les yeux, laissant ses autres sens se décupler. Un petit sursaut s'empara d'elle quand après un rapide murmure du blond, son doigt vient se poser sur ses cheveux pour descendre lentement sur son visage.
    C'est vrai, qu'est-ce qui l'empêchait de se laisser aller? Surement le fait qu'il soit un inconnu, et qu'il l'incitait à la débauche. Juliet ne voulait pas finir comme toutes ces femmes, accro au sexe et à tout substances illicites. Pourquoi tout le monde s'acharnait à vouloir la changer alors qu'elle se sentait parfaitement bien dans sa bulle?
    Elle sentait son doigt descendre sur le bas de son visage pour continuer sa course dans son cou. Chez la jeune femme, le cou avait toujours été un des endroits les plus sensible, elle oublia alors le froid qui fût remplacé par une autre sensation, qu'elle n'avait connu que peu de fois, elle ouvrit les yeux et contempla le visage qui la fixait, la brune le trouvait si différent tout à coup et emportée dans un soudain élan, elle colla ses lèvres aux siennes.
    Sa main droite s'agrippant au cou du jeune homme, tendit que son autre main se posa sur son bras. Ses lèvres si douce avaient un léger gout de nicotine, mais elles avaient ce pouvoir de ne pouvoir s'en défaire. Mais au bout d'un moment, elle se détacha brusquement de lui, s'éloignant le plus possible de lui, et tourna la tête à l'opposer pour ne pas avoir à affronter son regard.

    - Je ne suis pas ce genre de personne.

    Juliet se parlait à elle-même, sachant pertinemment qu'il l'entendrait quand même. Elle avait toujours été une femme raisonnable et intelligente, sûr de chacun de ses choix. Et cette nuit, tout c'était envolé. La jeune femme s'appuya contre la vitre du magasin, et se pencha vers l'avant, cachant son visage par ses mains et ses cheveux, honteuse de ce qui venait de se produire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] EmptyMar 2 Fév - 21:56

Echec. La stratégie avait été avancée, utilisée, et le blond savait déjà de quelle manière il gagnerait la partie. Il lui suffisait d’avancer un pion. Un seul. Et il ferait échec et mat. Un sourire, imprimé sur ses lèvres, présageait déjà sa victoire. Et il observait à présent la jeune femme comme si elle était déjà acquise. Il l’avait manipulée, la poussant doucement à la faute. Qu’elle s’en soit rendu compte ou non importait peu, au final.. Parce que maintenant qu’elle l’avait embrassé, cela rendait les choses officielles et incontestables. Ainsi était-elle officiellement et incontestablement attirée par lui, et de la même manière éprouvait-elle des envies qu’elle tentait de refouler, vainement. Elle s’était éloigné, à nouveau, prononçant des mots qui permirent presque trop facilement à Sohan de parvenir à ses fins. C’était comme si, tout en affirmant le contraire, elle l’invitait secrètement à poursuivre son entreprise. L’occasion était trop belle.
Sohan s’approcha de la jolie brune, à nouveau. Cette fois, cependant, il n’établit aucun contact avec elle. Il se contenta de s’appuyer à son tour contre la vitre du magasin, les mains dans les poches de son jean, la tête légèrement renversée vers l’arrière.

- Je vais te dire ce que tu es. Tu es une de ces femmes qui n’a jamais su ce qu’est le sexe, le vrai. Tu aurais pu, à une époque. T’en crevais d’envie, même, mais faute d’occasions, tu as préféré oublier et te dire que c’était pas si important, que tu pouvais vivre sans. Ce que tu as finis par te mettre dans la tête, stupidement. (…) Au fond, t’es toujours aussi attirée par le sexe mais tu refuses de l’accepter. Et t’aimerais bordèlement bien avoir l’audace de faire ce dont tu as envie. .. Mais tu n’oses pas. Tu n’as jamais rien osé, au fond.. Et tu vis avec, persuadée que tu n’y peut rien. .. Seulement moi, j’y peut quelque chose.

Il avait murmuré ces derniers mots, se penchant très légèrement vers elle. Il laissa un petit silence planer, avant de glisser à nouveau sa main sur ses hanches pour l’amener à lui. Il la tint doucement et fermement contre lui, tout en la cambrant délicatement. Son autre main vint se positionner dans sa nuque. Il planta son regard dans le sien, juste avant de l’embrasser. Tendrement. Un baiser qui n’avait plus rien à voir avec la façon dont il s’était comporté auparavant.
La pluie martelait le sol, à peine un mètre devant eux, et l’orage se faisait plus violent. Une tempête était déclarée sur New-York. De quoi contraster avec l’étonnante douceur de son étreinte.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-