It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

Le monde est si petit... ▬ Linoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptyMer 16 Fév - 21:53

Le monde est si petit... ▬ Linoa Tumblr_lgitr50Rn11qfhbc2o1_500

« On se voit ce soir mon ange. Soit sage, d'accord? » dit la jeune femme en déposant un baiser sur les cheveux noirs de son fils. Il leva sur elle des yeux charmeurs en hochant la tête. « Comme d'habitude maman! Je t'aime. » lança-t-il de sa petite voix avant de se dégager de l'étreinte de sa mère et de se précipiter à la cuisine. Il était très tôt, mais heureusement pour Alexis, la voisine d'à côté se levait en même temps que le soleil chaque matin. Cela lui permettait de quitter faire son jogging avant de se rendre au boulot, et ainsi pouvoir revenir à la maison en fin d'après-midi. Ses collègues prenaient la relève le soir. Elles étaient jeunes, comme Alexis, mais n'avaient pas la responsabilité d'un enfant sur les épaules, d'autant plus que maintenant que son fiancé était décédé, la jeune femme était toute seule à l'élever. Certains jours, la jolie maman les enviait d'être ainsi libres après le travail, de sortir et mener une jeunesse normale. Mais pour rien au monde Alexis n'aurait échangé son fils, il était sa plus grande fierté et sa plus grande joie. C'était loin d'être facile, mais il lui suffisait d'admirer son visage souriant ou de l'entendre lui dire « je t'aime » pour oublier tout le reste. La coiffeuse souhaita une bonne journée à la vielle dame et se dirigea à pied vers Central Park. Le mois de février était plutôt rude ces derniers jours, et elle était ainsi vêtue de pantalons de jogging un peu plus chauds et d'un manteau d'hiver. Son bonnet de laine gardait sa chaleur corporelle intacte, et puisqu'elle allait bientôt courir, ça l'empêcherait d'avoir trop froid. Cela faisait peut-être quatre ans qu'elle habitait à New-York, mais Alexis ne s'était pas encore habituée à la température hivernale. Aux Philippines, il faisait chaud à longueur d'année, ou presque. Voir le thermomètre sous zéro l'avait terrorisée lors du premier hiver passé en Amérique. La jeune femme grelottait dès qu'il faisait en bas de dix degrés dehors, et c'est pourquoi le jogging était encore plus important l'hiver que l'été.

Alexis fit jouer son Ipod avant de commencer à courir le long de l'allée principale de Central Park. Elle reconnut plusieurs têtes, car c'était souvent les mêmes à cette heure-ci. Quelques-uns la saluèrent poliment, et elle leur rendit la pareille en sentant ses joues rougir. Continuant sa course le long des arbres, elle laissa ses pensées dériver une fois de plus. C'était le seul moment de sa journée où la Philippine vidait complètement son esprit et s'abandonnait au plaisir du sport. Elle ne pensait plus au manque d'argent, ni à son boulot, ni à la mort de celui qu'elle aimait. Seulement à la beauté de Central Park, et au bien-être qui naissait en elle. En revenant en sens inverse, Alexis croisa une jeune femme à qui elle n'accorda qu'un bref regard. Son visage lui était curieusement familier, bien qu'elle ne se souvienne pas l'avoir déjà vue ici auparavant, et surtout pas de lui avoir déjà parlé. Haussant les épaules en oubliant cet étrange sentiment qui la troublait, elle continua de courir jusqu'à ce qu'un vieux souvenir remonte brutalement à la surface. Cela suffit à la faire brusquement s'arrêter pour être en mesure de penser plus clairement. Pourquoi est-ce qu'un évènement vieux de presque treize ans était soudainement revenu la hanter? Elle se revit à sept ans, tout sourire, hurlant et sautillant de joie dans un parc semblable à celui où elle courrait aujourd'hui. Une autre fillette s'amusait avec elle, les yeux légèrement plus bridés que les siens. Ses longs cheveux foncés tombaient bien en dessous de ses épaules et ils flottaient aux vent, tout comme les siens. Les amies étaient assises sur des balançoires et concourraient à savoir laquelle atteindrait le ciel avant l'autre. « C'est... » Écarquillant les yeux, Alexis se retourna vivement vers celle qu'elle venait tout juste de croiser. L'asiatique avaient continué son chemin et lui tournait le dos, mais la Philippine reconnut ses cheveux, qui étaient exactement pareils qu'autrefois. Ça ne pouvait pas être quelqu'un d'autre. Alexis reprit sa course en sens inverse, en direction de Linoa et ne s'arrêta pas lorsqu'elle fut à ses côtés, courant sur place. Elle éteignit son Ipod et enleva ses écouteurs de ses oreilles, une expression timide flottant sur son visage. « Linoa? » Son ton ne sonnait pas vraiment comme une interrogation, mais plutôt comme un étonnement. Qu'est-ce qu'elle faisait là, toute seule? Alexis était maintenant certaine qu'il s'agissait d'elle, mais est-ce que sa vielle amie se souviendrait elle aussi? « Tu te souviens de moi? » demanda-t-elle en ne cachant pas sa joie.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptyJeu 17 Fév - 20:46

    Le soleil commençait à peine à se lever que Linoa était déjà debout. A vrai dire, elle n'avait quasiment pas dormi de la nuit. Fraîchement arrivée à New York, elle ne s'était pas encore habituée au décalage horaire, et alors qu'il était 7h00 dans sa nouvelle ville, il était en réalité 21h00 dans la ville ou elle avait toujours vécu jusqu'à aujourd'hui. Bien qu'elle se soit faite à l'idée qu'à présent les Etats Unis étaient le pays ou elle allait vivre, Linoa continuait de penser à son pays natal avec une certaine nostalgie. Jamais elle n'avait ressenti le besoin de le quitter pour partir vivre ailleurs. Elle avait appréciait chacun de ses voyages mais tous s'étaient achevés par son retour à Tokyo. Cette fois c'était différent, auncun retour n'était prévu, ou du moins pas dans l'immédiat. A cette pensée, Linoa ressentit comme un pincement au coeur. Quand reverrait-elle ses amis... sa famille... sa petite soeur...La jeune femme l'ignorait et cette incertitude ne cessait de la ronger. D'autres auraient été heureux, voyant cela comme un nouveau départ, mais dans son cas cela n'était absolument pas vrai. Venir à New York ? D'accord, mais y vivre pour épouser un inconnu... L'idée ne rendait pas Linoa folle de joie. A choisir, elle aurait préféré vivre sa vie comme elle le désirait, choisir d'aimer qui elle voulait. Malheureusement, son devoir le lui interdisait et pour le bien de sa famille elle se devait d'accepter son sort. Serait-elle heureuse ? Ses parents l'avaient été malgré un mariage arrangé, du moins c'est ce qui semblait à Linoa. Peut être n'était-ce pas vrai finalement... Peut-on aimer un homme qu'on nous dis d'épouser sans demander notre avis ? Linoa l'ignorait mais au fond elle espérait que la réponse puisse être oui.

    Perdue dans le sombre court de ses pensées, Linoa réalisa que penser à tout cela lui faisait plus de mal qu'autre chose. Il ne servait à rien de penser à ce qu'aurait pu être les choses, sauf à se faire du mal. La jeune femme n'avait qu'une seule solution, accepter la réalité et vivre avec. De plus, il n'avait jamais été dans son tempérament de broyer du noir. De nature optimiste, Linoa avait toujours fait en sorte de voir le bon côté des choses et de se dire qu'il y avait toujours plus mal lotie que soit. Après tout, si ce n'est ce mariage arrangé se profilant à l'horizon, Linoa n'était pas non plus à plaindre. Elle avait eu une enfance heureuse, ne manquant jamais de rien, et encore aujourd'hui elle se savait à l'abris du besoin. De plus, elle demeurait libre de continuer sa passion pour le dessin en intégrant très bientôt la meilleure université d'Arts de tout New York. A cette pensée, un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme. Certes un petit sourire, mais un sourire tout de même.

    Décidée à ne plus broyer du noir dans l'appartement ou elle vivait depuis son arrivée à New York, la jeune femme se leva du canapé avant de prendre son carnet de croquis. Lorsqu'elle se sentait seule ou avait le cafard, Linoa prenait son carnet et partait à la recherche d'une chose à dessiner. Ce carnet était ce qu'elle possédait de plus précieux. A l'intérieur se trouvait ses plus beaux dessins, ceux auxquels elle tenait plus que tout. Ainsi on pouvait y voir un portrait de sa petite soeur à toute âge, de ses parents, de ses endroits préférés de Tokyo, et le portrait d'une petite fille qu'elle avait connu lors d'un voyage aux Phillipine. 13 ans qu'elle gardait le portrait de cette petite fille qu'elle n'avait jamais oublié. Elle se rappelait parfaitement des mois passé chez elle et en gardait de précieux souvenirs. Linoa revoyait en détail le jour ou elle avait dessiné la fillette et à cette pensée une vague de nostalgie s'empara d'elle. Qu'était devenue cette fillette qui désormais devait être une femme, tout comme elle... Linoa aurait aimé la revoir, savoir ce qu'elle était devenue, si elle était heureuse. Elles auraient eu tellement de choses à se raconter...

    Une fois son carnet en main, Linoa prit un manteau puis quitta son appartement. Au rez-de-chaussé, un portier lui ouvrit la porte et la jeune femme quitta l'immeuble. Dehors le temps était clair et elle prit une grande bouffée d'air pure avant de se mettre à marcher. Elle avait déjà sa petite idée du lieux ou elle désirait se rendre et sans plus attendre elle en prit la direction. Un quart d'heure plus tard et elle prénétrait dans Central Park, un lieu qui l'avait tout de suite charmée. Un sourire aux lèvre, Linoa avança sur l'allée principale, croisant au passage plusieurs personnes venues faire leurs sport quotidien. Depuis qu'elle était arrivée, la jeune femme avait cessé toute activité sportive et de demandait quand est-ce qu'elle s'y remettrait. Après un moment à marcher tranquillement, la jeune femme n'avait toujours rien trouvait à dessiner. Néamoins, son carnet en main, elle continua d'avancer jusqu'à ce qu'une présence à côté d'elle attire son attention.

    - Linoa ?

    Hein ? Quelqu'un connaissait son nom ? La jeune femme fut surprise vu qu'elle ne connaissait presque personne dans cette immense ville. Intrguée, la jeune femme tourna son visage vers son interlocutrice et s'arrêta subitement devant se visage si familier. Ses yeux, cette bouche toujours souriante, ce petit air mutin... Linoa serra son carnet contre sa poitrine, l'esprit plein de souvenirs. Comment était-il possible qu'àprès toutes ses années elle la retrouve ici, en plein milieu de Central Park... Devait-on mettre sa sur le destin ? La jeune femme l'ignora mais une vague de bonheur s'empara d'elle. La fillette de son portrait se tenait là, devant elle.

    - Lexy ?

    Lexy était le surnom que lui avait donné Linoa lorsqu'elles étaient fillettes. Jamais elle ne l'avait appelé par son prénom entier et à vrai dire ce n'était pas prêt de changer, même après toutes ces années de séparation.

    - Comment pourrais-je oublier la petite fille avec qui j'ai passé de si bon moment. Répondit Linoa en souriant.

    Elle était tellement contente de la revoir après tout ce temps passé ! Elles s'étaient perdue de vue, chose que Linoa avait réellement regretté, et la voir à nouveau était en quelque sorte une seconde chance qui se présentait à elle. Pour lui prouver qu'elle ne l'avait pas oublié malgré les années, Linoa ouvrit son carnet et en tourna quelques pages pour s'arrêter sur le portrait de Lexy lorsqu'elle était petite.

    - Je ne me sépare jamais des portrait auxquels je tiens et le tien est le tout premier que j'ai dessiné. On s'est peut être perdue de vue pendant de nombreuse année mais jamais j'oublierais ces moments passés chez toi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptyMar 22 Fév - 2:31

« Lexy ? » Un large sourire éclaira le visage d'Alexis lorsqu'elle entendit Linoa prononcer son nom. En fait il s'agissait plutôt de son surnom. Beaucoup l'appelaient Alex, mais lorsqu'elle était enfant ses parents interdisaient à quiconque de la nommer ainsi, trouvant que ça sonnait trop masculin. Seulement quelques personnes la surnommaient Lexy, ou Lexis. Et Linoa en avait fait partie, autrefois. Mais tout cela semblait si irréel. Deux jeunes femmes asiatiques, nées à l'autre bout du monde, s'était rencontrées lors d'un été comme tous les autres. Puis, la Japonaise était retournée dans son pays et elles s'étaient perdues de vue. Se rencontrer à New-York, en plein Central Park était un hasard bien trop étrange pour en être un. Le destin, voilà ce que c'était. Peut-être que leur amitié méritait une seconde chance et que c'était la vie qui leur offrait ce cadeau aujourd'hui. La jeune femme qui crevait de chaud enleva son bonnet de laine, révélant ainsi une longue chevelure ondulée. « Comment pourrais-je oublier la petite fille avec qui j'ai passé de si bon moment. » La Philippine hocha la tête pour approuver les dires de Linoa et elle ne put s'empêcher de la prendre dans ses bras et de la serrer très fort. Ce fut probablement pour prouver qu'elle ne rêvait pas et que son imagination ne lui jouait pas de vilain tour. Son amie d'enfance se révéla être bien réelle, très solide et Alexis la libéra alors pour l'observer de haut en bas. Elle n'avait absolument pas changé! Linoa avait toujours eu cette aura d'innocence, un visage très féminin et un sourire qui faisait craquer n'importe qui. Elle dégageait quelque chose qui poussait tout le monde autour d'elle à la surprotéger, comme si elle était une poupée de porcelaine qui risquait de se fracasser au moindre faux pas. « C'est tellement fou qu'on se rencontre ici! Je n'en reviens tout simplement pas, on dirait que je rêve! Jure moi que t'es réelle! » plaisanta la coiffeuse en faisant semblant de se pincer une main.

Son ton de voix était saccadé, parce que la jeune femme était un peu essoufflée par sa course. Elles s'observèrent un moment dans parler, Alexis était elle-même sans voix. Puis, la Japonaise ouvrit son carnet et en tourna quelques pages pour finalement lui montrer le portrait d'une fillette aux cheveux noirs qui souriait avec l'innocence de l'enfance. Alexis n'eut aucun mal à se reconnaître, Linoa avait toujours eu un don en dessin, surtout pour les portraits. Cette image la replongea dans de vieux souvenirs enfouis depuis plus d'une décennie. Il avait fallu plusieurs heures à son amie pour finaliser son portrait, mais son modèle s'était fait très patient. Alexis était restée calme et attentive et avait adoré poser pour son invitée. Le résultat s'était avéré être époustouflant, et les parents de la Philippine avaient failli lui acheter le portrait et l'afficher quelque part dans la maison. Les fillettes avaient refusé, Alexis préférant que son amie garde ce précieux souvenir lorsqu'elle retournerait au Japon. « Je ne me sépare jamais des portrait auxquels je tiens et le tien est le tout premier que j'ai dessiné. On s'est peut être perdue de vue pendant de nombreuse année mais jamais j'oublierais ces moments passés chez toi. » Ces mots lui firent chaud au cœur et la jeune femme sentit ses joues rougir. Alexis était toujours aussi timide, c'était bien là un trait de sa personnalité qui n'avait pas changé avec les années. « Il est magnifique, exactement comme dans mes souvenirs. Tu étais une amie vraiment précieuse à mes yeux, ça m'a fait tellement de peine lorsque tu es repartie! » La jeune femme jetai un rapide coup d'oeil à la montre accrochée à son poignet et fut rassurée de voir qu'elle avait encore une bonne heure devant elle avant d'être obligée de se rendre à son travail. « Est-ce que tu as le temps de discuter un peu? J'ai tellement de questions à te poser! Qu'est-ce que tu fais à New-York? » la questionna Alexis avec un air surpris. C'était tout à fait inusité de la croiser dans cet endroit, surtout que Linoa vivait au Japon et qu'avec la famille qu'elle avait, elle ne devait sûrement pas être en Amérique pour des vacances personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptyVen 25 Fév - 14:04

    Linoa avait du mal à réaliser que son amie d'enfance se tenait là, en face d'elle. La probabilité qu'elle la croise un jour par hasard en plein Central Park était tout de même très mince, et pourtant elles étaient à nouveau réunies après tant d'années de séparation. Cette rencontre était un vrai bonheur pour Linoa qui venait tout juste d'arriver à New York. Rencontrer un visage connu avait quelque chose d'apaisant, et le fait que ce soit Lexy était une chose tout à fait inattendue voir carrément inespérée. La jeune femme n'était peut être pas totalement seule dans cette grande ville inconnue, elle savait qu'elle pouvait compter sur Nemo, et puis son ami d'enfance, Pedro, était également là. Seulement avec Lexy s'était différent. Elle l'avait connu alors qu'elle était une fillette, elles avaient tout partagé durant plusieurs mois avant de se perdre de vue pour finalement se retrouver ici après tant d'années. Linoa était tout simplement heureuse et c'est pour cette raison qu'elle répondit à l'étreinte de la jeune femme qui la prit dans ses bras. A cet instant, elle se rendit compte à quel point la fillette connue dans les Philippines lui avait manqué. Oui, à l'époque elles n'étaient peut être que des enfants, mais l'amitié qui était née entre elles était vrai et sincère. Treize années c'étaient écoulées, et pourtant Linoa avait l'impression de retrouver la même Lexy que celle qu'elle avait laissée pour retourner au Japon, sa petite Lexy à elle, son amie d'enfance, sa confidente. A la question de la jeune femme, Linoa ne put s'empêcher de rigoler.

    - Je t'assure que je suis bien réelle ! Mais c'est vrai que j'ai du mal à réaliser qu'on se soit retrouvées après tant d'années et ici, à New York ! C'est complètement hallucinant ! Répondit Linoa en souriant.

    Linoa ne put s'empêcher de sourire en voyant Lexy rougir. Elle était toujours aussi timide, un point commun qu'elles possédaient depuis toujours, comme beaucoup d'autre ! Ce portrait qu'elle possédait de Lexy avait une histoire que seules les deux jeunes femmes connaissaient. En effet, le jour ou Linoa l'avait réalisé, elle avait également appris que son départ était pour bientôt. A l'époque, les deux fillettes avaient été très tristes d'apprendre qu'elles allaient être séparées et elles s'étaient réfugiées dans un endroit qu'elles seules connaissaient. Une petite cabane dans une forêt. C'est à cet endroit que Linoa avait pris son carnet avant de se mettre à esquisser le visage de son amie. Le résultat c’était avéré parfait, si parfait que les parents de Lexy avaient voulu le lui acheter, chose que les fillettes avaient refusé. Depuis ce fameux jour, Linoa ne s’était jamais séparée de ce dessin qui faisait parti de ses préférés.

    - J’aurais aimé rester plus longtemps… Je crois que ces vacances avec toi font parties de mes meilleurs souvenirs !

    Linoa vit alors Lexy jeter un coup d’œil à sa montre avant de lui demander si elle avait du temps devant elle pour discuter. A vrai dire elle avait elle aussi dès tas de questions à lui poser. Elle avait envie de savoir ce qu’avait été la vie de Lexy jusqu’à aujourd’hui.

    - J’ai tout mon temps ! Commença Linoa en souriant. Et moi aussi j’ai tout un tas de question à te poser !

    Linoa ne répondit pas tout de suite à la question de Lexy et chercha du regard un endroit ou se poser pour discuter tranquillement. A quelques mètres elle vit un banc désert et fit signe à la jeune femme.

    - Allons nous assoir et je te raconterai tout.

    Linoa s’avança en direction du banc, accompagnée de Lexy et elles s’y installèrent. A vrai dire Linoa avait tellement de chose à raconter à son amie d’enfance, dont la raison de sa venue ici. Par ou commencer… En fait il n’y avait pas 100 solutions et c’est pour cette raison que la jeune femme décida de se lancer. Lexy était l’une des seules personnes a pouvoir la comprendre. Un nombre restreint de personne pouvait la comprendre. La plupart se demandaient comment elle pouvait accepter un mariage arrangé. Ils ne voyaient pas les responsabilités pesant sur ses épaules…

    - Et bien je viens tout juste d’arriver à New York en réalité. Je suis là parce que je dois me marier. Et pour ne rien te cacher je ne connaissais pas mon futur mari avant d'arriver ici...

    Lexy comprendrait immédiatement pourquoi elle était là, et plus particulièrement que ce mariage n'était pas basé sur l'amour mais sur l'ambition et l'argent.

    - Et toi ? Tu vis ici depuis longtemps ? Racontes moi tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptySam 26 Fév - 19:02

Alexis hocha la tête lorsque sa vieille amie lui confia qu'il était tout à fait hallucinant qu'elles se revoient après tant d'années au beau milieu de New-York. Non seulement c'était une ville surpeuplée, mais c'était carrément à l'autre bout du monde d'où elles étaient originaires toutes les deux! La jeune femme était étonnée que Linoa ne soit pas accompagnée, parce que ses parents avaient tendance autrefois à toujours la faire suivre par un ou quelques gardes. Les fillettes avaient souvent dû déjouer les hommes à la forte carrure pour aspirer à un peu d'intimité. C'était d'ailleurs après s'être sauvées du manoir Everhaart que la Japonaise avait dessiné le portrait de la Philippine, et c'était une journée extraordinaire qu'Alexis n'oublierait jamais. Mais c'était également un souvenir qui l'attristait, parce que le lendemain la jeune Lee était repartie chez-elle et pendant quelques jours Alexis avait souhaité très fort posséder des pouvoirs magiques et se téléporter jusqu'au pays du soleil levant. Bien évidemment, son vœu le plus cher ne s'était pas exaucé et le temps avait pansé les plaies des deux amies, si bien qu'elles n'en souffraient plus. Se revoir après treize ans était la plus belle chose qui soit arrivée à Alexis depuis la mort de son fiancé. Elle retrouvait quelqu'un qui connaissait sa famille, qui savait d'où elle venait, qui faisait parti de sa vie aux Philippines. Ici, tous les gens qu'elle côtoyait ne la connaissaient que depuis son arrivée à New-York et ne savaient rien de son ancienne vie. Ce serait agréable d'être proche d'une jeune femme en ayant fait partie. « C'était la première fois que je m'amusais autant dans ma propre maison » avoua alors Alexis avec un soupçon de tristesse dans la voix. « J'ai supplié longtemps mes parents de t'adopter et de faire de toi ma sœur mais ça n'a pas fonctionné! » Elle sourit alors, se rappelant les incessantes demandes à ses parents qu'elle avait fait lorsqu'elle avait huit ans. Linoa avait déjà une sœur au Japon, mais la Philippine était enfant unique et se sentait bien seule dans cette immense demeure. Surtout que ses parents ne lui accordaient jamais d'attention et n'était pas particulièrement affectueux à son égard.

La coiffeuse ne dissimula pas sa joie lorsque Linoa lui répondit qu'elle avait tout son temps pour qu'elles rattrapent un peu le temps perdu. La Japonaise trouva un banc libre à quelques mètres de là et Alexis décida que son jogging pourrait bien se terminer là pour aujourd'hui. Elle rangea son Ipod dans son sac et alla s'asseoir en se penchant tout d'abord pour lacer ses bottes qui s'étaient détachées. Puis la jeune femme releva la tête et écouta attentivement Linoa pendant qu'elle lui racontait sa venue en Amérique. Évidemment, Alexis était très curieuse et avait envie de tout savoir sur la raison de son arrivée ici. Ses parents faisaient rarement des gestes sur un coup de tête et Linoa n'était pas là par hasard, c'était impossible. Ses yeux félins fixèrent ceux bridés de son amie et elle ne broncha pas lorsque la jeune femme mentionna le mariage arrangé. Alexis pinça les lèvres et hocha la tête quelques fois pour signifier qu'elle comprenait enfin la raison pour laquelle elle était là. Linoa allait donc unir sa vie à un homme riche choisi par ses parents pour boucler une entente ou financer un projet. Ce n'était pas du tout surprenant, c'était d'ailleurs tout à fait courant dans le mystérieux monde des affaires asiatique. La jeune maman y ayant elle-même vécu pendant seize années de sa courte vie, elle en savait quelque chose. Son père l'avait maintes fois menacé d'arrêter de fréquenter Dong Hae en lui hurlant qu'elle n'aurait le droit de fréquenter un homme que si c'était lui qui l'avait choisi. Tout d'abord, Alexis eut envie de protester et dire à son amie qu'elle devait immédiatement retourner chez-elle et rompre ses fiançailles. Mais elle se rappela alors le sentiment d'attachement qui liait Linoa à ses parents et son désir de les rendre fiers. De quel droit pouvait-elle juger la décision de son amie alors qu'elle-même aurait été dans la même situation si elle n'avait pas rencontré Dong Hae?

C'était grâce à son fiancé si Alexis avait décidé de tenir tête à son père. Sans lui, jamais elle n'aurait eu ce courage et elle serait sans doute mariée à un héritier Philippin quelconque. Linoa n'avait donc pas eu la chance de rencontrer un jeune homme si spécial de qui elle serait tombée amoureuse et qui l'aurait aidé à vivre sa vie comme elle l'entendait. Alexis comprenait et ne pouvait que se désoler de l'apprendre. Peut-être cet homme était-il généreux, charmant et qu'il la rendrait très heureuse. Si Linoa avait choisi cette vie et cette union elle n'avait pas le droit de la juger. « Est-ce que tu l'as rencontré? Comment il est? » s'informa la jeune femme en prenant la main de la Japonaise dans les siennes pour la serrer. Un geste amical qu'elles faisaient souvent autre chose pour se donner du courage. Linoa n'avait qu'à la regarder dans les yeux pour savoir qu'Alexis comprenait, même si elle ne l'exprimait pas à haute voix.

Lorsque son amie lui demanda pour quelle raison elle était là, le visage souriant d'Alexis s'assombrit et elle détourna le regard un instant. Par où commencer, et où s'arrêter? La Philippine relâcha la main de Linoa et passa une main tremblante dans ses cheveux pour les empêcher de cacher ses yeux. « Je suis arrivée ici à seize ans, avec mon copain. Je n'ai même pas dit un seul mot à mes parents et je suis partie faire mon cours de coiffure. Et oui, je suis coiffeuse! » dit-elle avec un mince sourire. Lors de la venue de Linoa, Alexis s'était amusée à coiffer son amie pratiquement tous les jours. Déjà toute petite elle rêvait d'exercer ce métier, mais si elle était restée dans son pays jamais ses parents ne l'aurait laissée faire. « Lui étudiait à Columbia en droit. Quand j'avais dix-sept ans je suis... tombée enceinte. On a eu un garçon, il s'appelle Yoonho et il vient tout juste d'avoir quatre ans. Si tu le rencontrais je suis certaine que tu l'aimerais, il est adorable. On venait de se fiancer Dong Hae et moi, mais cet été il y a eu un grave accident et il est... » termina-t-elle, incapable de continuer. Elle l'avait appelé par son prénom parce que Linoa le connaissait. Peut-être ne s'en souviendrait-elle pas, mais Alexis était déjà amie avec Dong Hae avant qu'ils deviennent un couple. Et il était quasiment tout le temps avec elles à l'époque. « Voilà. Je suis tellement, tellement contente que tu sois là Linoa. Tu ne peux pas savoir à quel point. » Quelques larmes apparurent au coin de ses yeux, on n'aurait su dire si elles étaient de tristesse ou de joie. Peut-être un mélange des deux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa EmptyMer 9 Mar - 13:48

    Assise en plein cœur de Centra Park, Linoa était sincèrement heureuse d'avoir pu retrouver Lexy ici, complètement par hasard. C'était un véritable réconfort pour elle de retrouver la fillette avec qui elle avait passé de si bons moments, surtout maintenant qu'elle se retrouvait dans une ville totalement inconnue. Linoa ne put s'empêcher de rigoler en entendant Lexy lui répondre qu'elle avait longtemps suppliait ses parents pour qu'ils l'adoptent. A vrai dire elle en avait fait tout autant de son côté, demandant à ses parents d'adopter la petite Lexy, puis voyant que ce n'était pas possible, elle avait demandé à ce que la fillette vienne à son tour en vacances chez elle. Bien évidement la réponse fut non, ses parents prétextant un sérieux manque de temps pour recevoir la petite Lexy. La jeune femme se rappelait de la profonde déception qu’avait provoquée cette réponse de la part de ses parents.

    - J’ai demandé la même chose à mes parents ! Je leur répétais tous les jours à quel point tu étais gentille et qu’on serait sage. A force d’entre le même refus, j’ai fini par leur demandé l’autorisation de t’inviter mais ils m’ont dit que ce n’était pas possible, qu’il n’avait pas le temps d’accueillir quelqu’un. J’étais tellement déçue que j’ai refusé de leur parlé pendant plusieurs jours. Répondit Linoa en souriant.

    Quand vint le moment de parler de son mariage arrangé, Linoa se sentit comme soulagée car Lexy était bien une des seules personnes à pouvoir la comprendre réellement. A notre époque, la notion de mariage arrangée était vue comme quelque chose d’assez improbable et la quasi totalité des gens ne comprenaient pas qu’on puisse accepter une situation pareille sans rien dire. Linoa avait grandit avec une certaine valeur de ce qu’était la famille. Pour elle faire honneur à ses parents était une chose primordiale contrairement à certains qui s’en moquaient totalement. C’était donc par devoir qu’elle avait accepté ce mariage arrangé, pour faire honneur à sa famille et surtout pour éviter à sa jeune sœur d’avoir un jour à faire le même sacrifice qu’elle. Oui, Linoa ne voulait pas de ça pour Yoko. Elle voulait que cette dernière ait le choix, qu’elle puisse aimer et vivre heureuse. Secrètement, elle espérait avoir accès à ce bonheur même si on lui imposait celui qui serait bientôt son futur époux. Comme prévu, Lexy n’eut pas la réaction que n’importe qui aurait eue, et lieu de lui dire que c’était abject, elle se contenta de lui prendre la main et de lui demander si elle avait rencontré son futur époux et comment il était. Sa question fit sourire Linoa qui répondit à l’étreinte de la jeune femme en serrant sa main.

    - Et bien je l’ai rencontré dès mon arrivée à New York. Comme tu dois t’en douter il est très pris par son travail, mais on a l’occasion de passer du temps ensembles de temps en temps. Commença Linoa. C’est un homme tout a fait charmant, il ne veut pas précipiter les choses et il est d’accord sur le fait qu’avant de se marier on doit prendre le temps de faire connaissance.

    Linoa avait parfaitement conscience que dans son malheur elle avait beaucoup de chance d’être tombée sur un homme comme James. Il aurait pu précipiter les choses, programmant leur mariage dans le mois, mais au lieu de cela, il désirait la connaître avant de l’épouser. Ne pas précipiter les choses rassurait Linoa qui avait moins peur. En revanche, plus le temps passait et plus elle se rendait compte que l’amour ne ferait jamais parti de sa relation avec James. Elle l’appréciait, mais cela n’allait pas plus loin.

    - Cette idée de mariage arrangé ne m’enchante pas vraiment, mais j’essaye de voir le bon côté des choses. James est quelqu’un de gentil et même si l’amour n’est pas là, je l’apprécie tout de même. Ajouta Linoa avec un petit sourire.

    Quand vint le tour de Lexy de lui raconter pourquoi elle était à New York, Linoa remarqua comme un voile de tristesse dans son regard qui se fit fuyant durant quelque temps. Sa main qui tenait celle de Linoa trembla légèrement avant de remettre ses cheveux en arrière. La jeune femme se demanda ce qui avait bien pu se passer pour que Lexy paraisse si bouleversée. Silencieuse, elle laissa le temps à son interlocutrice de reprendre contenance et l’écouta avec beaucoup d’attention lorsqu’elle commença à parler…

    L’histoire de Lexy bouleversa Linoa. Elle était partie de chez elle, laissant tout tombé pour partir à New York avec l’homme qu’elle aimait. Elle était devenue coiffeuse, chose qui n’étonna pas du tout Linoa, puis elle avait eu un petit garçon. Malheureusement, le père de son enfant était mort quelques mois plus tôt dans un terrible accident. Le nom de ce dernier, Dong Hae, n’était pas inconnu à Linoa. Oui… Elle se rappelait du petit garçon avec qui elle jouait quand elle était venue aux Philippines. Avec Lexy ils formaient un trio inséparable. A cette pensée, le cœur de Linoa se serra davantage. Quelques larmes firent leur apparition aux coins des yeux de Lexy qui ajouta qu’elle était vraiment heureuse que Linoa soit là. Dans un geste tendre, la jeune femme passa une main sur les joues de Lexy, effaçant par ce geste, les sillons laissés par les larmes, avant de la prendre dans ses bras pour la serrer contre elle.

    - Je suis vraiment désolée pour ce qui s’est passé… J’aurais vraiment aimé être à tes côtés.

    Lexy avait du vivre tant d’épreuve depuis qu’elle avait perdu l’homme qu’elle aimait. Bouleversée, Linoa sentit des larmes couler sur ses joues. Elle aurait aimé être la pour son amie, pour l’aider à traverser cette terrible épreuve. Mais heureusement, à présent elle était là, prête à rattraper le temps perdu. Linoa s’écarta de Lexy qu’elle regarda tendrement en souriant.

    - Je suis certaine que ton fils doit être magnifique et je serais ravie de pouvoir faire sa connaissance. S’il a la gentillesse de sa maman et l’humour de son papa, je suis certaine qu’il fera fondre des cœurs.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le monde est si petit... ▬ Linoa Le monde est si petit... ▬ Linoa Empty

Revenir en haut Aller en bas

Le monde est si petit... ▬ Linoa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-