It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyMar 29 Mar - 22:01


I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou 2ntjmg0



« Because I've given exactly two of these embarrassing
speeches in my entire life, and they've both been with you. »




♔ Lou Juhlin-Dannfellt & Mathis Lucas Sawyer ♔

« On pourrait aller manger un truc bientôt. Demain midi ? » C’est fou ce que quelques mots, simples au premier abords, peuvent chambouler une personne. Mathis en est la preuve plus que vivante. Assis devant son ordinateur, il dû relire plusieurs fois ce qu’avait écrit Lou sur Facebook pour se rendre compte qu’il ne rêvait pas. Ne le prenez pas pour un fou, ce jeune homme est tout ce qu’il y a de plus sain. Mais comprenez-le ; son rêve le plus fou, avec celui de devenir écrivain, était de faire en sorte que la fille avec laquelle il était sorti pendant plus d’un an soit sienne pour le restant de ses jours. Une simple proposition comme celle-ci eut donc le don de lui retourner le cœur, dans le bon sens du terme. Un large sourire aux lèvres, il tapota rapidement sur les touches de son clavier afin de répondre par l’affirmative. Il irait donc la chercher le lendemain à son travail, à midi tapante.
Mais voilà, une fois le regard tourné sur la dure réalité du monde, Lucas retomba violemment sur terre. L’ordinateur est une vraie boîte de Pandore ; à peine ouvert, il déchaîne toutes les forces pour ne laisser place qu’à l’espoir. Et cet espoir berçait le cœur du jeune homme depuis trop longtemps. Cinq ans. Cela faisait cinq ans, presque six, que Mathis avait été diplômé au North Atlanta High School, en même temps que Lou. Et cela faisait presque six ans également qu’ils s’étaient séparés… ou plutôt que Lou avait décidé de mettre un terme à leur idylle. Le littéraire avait eu beau lui expliquer en tort et à travers que cet histoire de baiser n’était rien de sérieux ; il était en train de ramener l’amie en question chez elle, car elle ne tenait plus debout, complètement ivre. Il n’avait même pas eu le temps de la repousser qu’elle avait déjà scellé leurs lèvres. Rien de sérieux, tout sauf ça ! Mais sa salive n’avait servi à rien. Il n’avait reçu que des larmes et des cris, des « C’est fini, je ne veux plus te voir ! » en guise de réponse.
Depuis ce jour, Lucas traine avec lui le plus lourd des bagages ; celui de l’amour infernal et inconditionnel, accompagné d’une dose d’espoir. L’espoir de pouvoir reconquérir la demoiselle qu’il aimait restait imprégné en lui comme s’il faisait partie de sa propre chair. Et pourtant, pourquoi espéré ? Lou semblait avoir tourné la page. Aujourd’hui, elle était réceptionniste dans un hôtel, semblait heureuse et vivait sous le même toit que Roméo, son soi-disant meilleur ami et très bon ami de Mat’. Oui, elle avait oublié. Mais pas Lucas. Jamais il n’oublierai.

Ordinateur à présent éteinte, l’étudiant laissa ses pensées les plus amères et douloureuses lui prendre l’esprit. Il resta comme cloué sur sa chaise durant une durée indéterminée ; quelques minutes, une heure ou plus, impossible de préciser. Il finit par souffler un bon coup afin d’évacuer la vague de sentiments qui le submergeait, puis il se leva afin d’attraper sa veste. Une ballade au bord de l’Hudson lui ferait le plus grand bien, quand bien même il faisait nuit. Tant pis, il avait besoin de prendre l’air, de se changer les idées.
Il ne traversa le pallier à sens inverse que deux heures plus tard. Le fleuve traversant la ville de New York lui apportait toujours tellement de sérénité, de calme qu’il lui était impossible de ne pas s’y attarder. Il était tard quand il retrouva son chez lui, ce qui l’incita à directement aller se coucher. Il avait cours le lendemain matin, il avait donc besoin de repos.
La nuit passa difficilement. À trop réfléchir, on finit par rêver de nos tracas. Mathis ne parvint pas à effacer le visage de Lou de son esprit. Il fut donc forcé à rester à moitié éveillé, voguant entre un parfait réveil et un sommeil mi-rêvé mi-cauchemardesque. Imaginez donc sa tête le lendemain matin. Rien de très frais si j’ose dire. Quand il se retrouva devant la glace, ses doigts retracèrent le parcours sombre de ses cernes. Et dire qu’il devait manger avec Lou à midi… avec un peu de chance, les traces de fatigue aurait disparu dans la matinée ! Il prit donc une douche rapide, ce qui lui permit de mettre un terme définitif à sa pénible nuit, puis il fila s’habiller avec la même simplicité et la même classe qu’à son habitude ; ni pas assez, ni too much. Ainsi vêtu, il se coiffa, se rendit à la cuisine pour avaler rapidement un café et une tranche de pain beurrée, histoire de ne pas mourir de fin d’ici midi. Puis il fila se laver les dents, prépara les affaires dont il avait besoin pour ses cours, enfila chaussures et vestes puis quitta son appartement. Il dévala les escaliers de l’immeuble, sortit et se dirigea vers sa voiture. Musique et moteur allumés, il mit les gazs, direction l’université.

--- --- ---

Rien de tel que la littérature pour retrouver la pêche ! Mathis sortit de son dernier cours frais comme un gardon, comme s’il venait de se réveiller d’une nuit de 20h de sommeil. Que voulez-vous, un fan de littérature ne se refait pas ! Le jeune homme trouvait presque dommage d’arriver au terme de ses études… mais bref. Son ultime cours terminé, il sortit de la salle et partit retrouver sa voiture. Le soleil brillait de mille feu, assommant la Big Apple d’une douce et agréable chaleur. Mat’ mit donc ses lunettes de soleil, puis il s’engagea sur la route, direction l’hôtel où travaillait Lou.
Trouver une place de parking fut la croix et la bannière ! Après plusieurs tours dans le quartier, il aperçu enfin une voiture qui libérait une place. Ni une ni deux, il se gara à la place de l’engin. Moteur coupé, il sortit de la voiture, la ferma et glissa ses mains dans les poches de son pantalon tout en marchant en direction de l’hôtel. Une fois à l’intérieur, il releva ses lunettes pour les laisser sur sa tête et se dirigea vers l’accueil. Son sourire s’étira dés que son regard nota la présence de Lou, assise derrière la réception, à première vue plongée dans de la paperasse. Lucas s’en approcha et appuya ses bras repliés sur le « comptoir ». Ses yeux ne lâchèrent pas le visage de la demoiselle. Il la trouvait toujours aussi belle. Quoi que non ! À chaque fois qu’il la voyait, elle semblait plus belle que la fois précédente. Sentant son cœur s’emballer de trop, Mathis finit par se racler la gorge afin d’attirer l’attention de Lou. « Excusez-moi mademoiselle, vous auriez une chambre de libre ? » Son palpitant manqua un battement lorsque la jeune femme releva la tête et que leurs yeux se croisèrent. Elle sourit, lui ne cilla pas. Il était captivé par son regard de braise, ce regard dans lequel il avait toujours adoré plongé. Mais décidé à ne pas rester béa, il reprit vite fait la parole, tout sourire. « Tu as terminé ? » Après tout, il était midi moins cinq…




Dernière édition par Mathis L. Sawyer le Mer 30 Mar - 17:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyMer 30 Mar - 15:53



I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou Xlmaf4




Dear Diary ..


Aujourd'hui en traînant toute la journée sur facebook, car oui ma vie n'est pas la plus captivante de l'univers, donc je passe souvent du temps à traîner sur mon macbook, sur des sites en tout genre. Voilà donc deux heures que j'étais sur facebook à regarder des profils, quand je vis un profil que je n'avais pas l'habitude d'aller voir ou même de voir dans mon fil d'actualité, Mathis. Lui, c'est mon passé, mais même en utilisant le mot passé, je reste accroché à ce passé, qui fut toute ma jeunesse et tout mon bonheur. Cela devait bien faire deux mois que l'on ne s'étaient pas parler, moi et Mathis, j'avoue que cela ne m'a pas perturbé vu que je viens de commencer ma relation avec Roméo, qui pour le moment, marche parfaitement. Je me souviens encore comme si c'était hier, de moi et Mathis dans le gymnase de notre lycée à Atlanta, j'y étais pompom girl et lui y était basketteur, alors notre aventure fut déjà écrite à l'avance, c'est dans ce gymnase que Mathis posa son regard sur moi, et commença à me parler, au début je m'en méfiais comme la peste, mais après j'y étais collée comme une drogue. Notre relation dura longtemps, à mes yeux, mais bien sûr il suffira d'un soir où Mathis eut beaucoup trop bu pour qu'il aille voir une autre pompom girl qui l'embrassa d'aussitôt. Le lendemain je mis un point à notre relation, en me persuadant que c'était pour mon bien, et qu'il s'en foutait surement. Après cela, quand j'arriva à New-York, je ne savais plus vraiment ce que faisait Mathis, cela m'était égale dans ma tête, mais dans mon coeur, j'avais toujours cette excitation à l'idée de le revoir un jour, de lui reparler, car Mathis fut mon grand amour, celui avec qui je pouvais passer des heures, des jours dans ses bras, ou même le regarder pendant toute une nuit, tellement j'étais heureuse et épanouie avec lui. Revenons donc au présent, aujourd'hui sur mon facebook, je vis Mathis, et je me décida à lui reparler, vu que je savais qu'il était lui aussi à New-York, comme quoi le monde c'est petit. On décida de manger ensemble pour parler un peu, de tout ce qu'il y a de nouveau dans nos vies, chacune relié par notre passé. J'ai besoin de lui parler, de savoir ce qu'il y a de nouveau chez lui, j'ai besoin de lui dans ma vie, sinon je ne sais pas jusqu'à quand je vivrais.L'heure était fixé, midi pile à mon travail, vu que ce jour évidemment je travaillerai, mais bon, comme ça il viendra me prendre et on ira là où il le désira. Je ne sais plus quoi dire, alors je vais aller me coucher et penser à demain qui arrive trop vite ...



Le jour du rendez-vous arriva, et Lou à peine levée, sentit déjà son coeur battre à toute allure, pourquoi? Elle ne le savait pas, pourtant elle avait beau cherché, aucune raison ne lui virent à la tête. Elle avait voulu dire à Roméo qu'elle allait mangé avec Mathis, car elle n'est pas du genre à cacher des choses, vu qu'elle veut que ça marche avec lui, elle ne doit pas commencer dans les cachotteries et les mensonges, premières causes de rupture. Il était huit heures du matin, quand le réveil très ennuyant de Lou sonna, celle-ci se précipita hors du lit, car elle sait que sinon elle n'arrivera jamais à en sortir, vu à quel point elle dormait mal c'est dernier temps. Roméo n'était pas là, surement déjà au travail, ou entrain de déjeuner, mais Lou ne pensa pas à ça, la seule chose qui lui vit à l'esprit, fut le prénom de Mathis, qui résonnait dans sa tête depuis la minute où elle mit le pied hors du lit. Elle se doucha et s'habilla, pour le travail, mais en prévoyant une tenue plus correcte pour leur repas de midi. Ce qui fut rare, c'est qu'elle eut le courage de se maquiller pour aller travailler, vu qu'elle savait que là haut elle n'aurait pas le temps de se faire jolie pour l'arriver de Mathis, non pas pour draguer ou quoi, juste parce qu'elle aime être convenable pour un repas. Une fois les chaussures misent, la veste sur le dos, son sac à la main, elle quitta l'appartement, et prit un taxi pour aller à son travail. Elle embaucha à neuf heure du matin, et la matinée passa doucement pour Lou, trop doucement, mais elle fit avec sa patience, et resta très joyeuse toute la matinée, espérant que le midi arriverai vite. Midi pile, Lou ne faisait même plus attention à l'heure et elle était entrain de négocier avec un riche homme qui désirait une chambre de luxe, qui n'était pas accessible. Elle était assise au téléphone et raccrocha juste quand elle entendit une voix familière, elle eut à peine le temps de lever la tête, qu'elle vit Mathis, au dessus du comptoir, et elle ne put s'empêcher de sourire.
« Oui j'ai fini! Tu veux toujours une chambre toi décidément .. » dit-elle avec un large sourire et en se dégageant de toute la paperasse du bureau, et elle arriva devant Mathis, elle lui fit la bise, et elle se recula. Il avait toujours le même parfum, le parfum qui fit craquer Lou, elle ne put s'empêcher de sourire à nouveau, tellement elle fut heureuse sur le moment.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyMer 30 Mar - 17:50


I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou 10r4jyr

« I'm thinkin' that all that still matters is love ever after, after the life we've been through ‘cause I know there's no life after you. »



♔ Lou Juhlin-Dannfellt & Mathis Lucas Sawyer ♔

« Oui j’ai fini ! Tu veux toujours une chambre toi décidément… » Cette voix si douce, si chaleureuse, si tendre. À l’entente de ces quelques mots, ce fut tout le passé de Mathis qui refit subitement surface. Mon dieu comme ça faisait du bien de l’entendre parler. Son rythme cardiaque s’accéléra encore un peu, laissa son bruit régulier et rapide résonner dans la cage thoracique du jeune homme. Son sourire illuminé ne le quitta pas, ses yeux pétillaient de bonheur. La voir sourire, entendre ses paroles, c’était comme si ces cinq années n’avaient rien effacé de leur histoire. Mais l’ancien Ravens reprit vite ses esprits. Lui et Lou, c’était bel et bien fini. Il ne manqua cependant pas de savourer le peu de temps ou leurs joues s’effleurèrent en guise de bonjour. C’était mieux que rien, n’est-ce pas ?
La demoiselle s’éloigna alors que Lucas était encore en train de se délecter de l’odeur qu’ellle dégageait, ce parfum qui n’appartenait qu’à elle, ce parfum qui l’avait accompagné durant leur idylle. Puis il plongea ses yeux chocolats dans ceux de Lou, les coins des lèvres toujours étirés. « Ne fais pas d’allusions perverses, tu sais que je suis tout ce qu’il y a de plus sage. » Ses paroles s’accompagnèrent d’un clin d’œil amical. Sans pouvoir se retenir, ses yeux se remirent à la regarder, de bas en haut, attirés par la beauté fulgurante de la demoiselle. Elle était simplement illuminante, belle (si ce n'est plus), comme toujours. « Tu es magnifique. » ne put-il s'empêcher de dire, sourire aux lèvres. Sans lâcher le regard de la belle brune, il passa sa main dans sa nuque et finit par la glisser, tout comme son double, dans la poche de son jean. « Si tu as fini, on peut y aller alors. Je suis garé à trois rues d’ici. C’est galère de trouver de la place par là ! J’en conclue que tu as gardé ta popularité, à en croire le nombre de voitures parquées aux alentours. » Une touche d’humour ne leurs ferait pas de mal, car un léger malaise était perceptible. Après tout, cela faisait deux mois qu’ils ne s’étaient pas vus, ni même parlés, cause de trop de travail pour l’un comme pour l’autre. Imaginez donc l’état de Mathis. Déjà qu’il était tout excité à l’idée de revoir la fille qu’il aimait, mais si en plus cela faisait deux mois qu’il n’avait pas pu lui parler… bref.

Les voilà dehors. Le soleil les frappa sans aucune douceur, ce qui força Mathis à plisser les yeux. Heureusement que les lunettes existent ! Celles-ci remises sur son nez, le voilà protégés des rayons UV. Un regard et un sourire en direction de Lou, puis il avança de deux pas. « Suis-moi. » lui proposa-t-il gentiment. Elle répondit en avançant vers lui. Tout souriant, il marcha donc tranquillement à ses côtés pour se diriger vers sa voiture. Histoire de combler le silence, il lui posa une question toute simple. « Alors, comment tu vas depuis le temps ? » Simple mais efficace.
Ils atteignèrent rapidement la voiture et furent donc très vite sur la route. Le chanteur de The All-American Rejects leurs chantait en arrière fond « ‘Cause when your eyes light up the sky at night I know you’re gonna find your way back to me. » À l’entente de ces paroles, le littéraire se sentit légèrement gêné. Il espéra simplement que Lou n’avait pas perçu ces mot et surtout ne les avait pas interprétés dans le sens où Mathis les avait compris. « You’re gonne find your way back to me. » Inutile de préciser le trajet, car ils furent vite arrivés à l’endroit voulu. Le quartier de Little Italy. Le conducteur se gara, coupa le moteur et tous deux purent sortir du véhicule. Lucas rejoignit Lou et tous deux se remirent à marcher, l’homme menant la danse. Rappelons que la réceptionniste lui avait donné le droit de choisir l’endroit où ils allaient manger. Et bien évidemment, Mat’ avait tenu à marquer le coup. « Tu te rappelles du restaurant italien où on allait manger de temps en temps à Atlanta ? » Il marqua une pause, pause pendant laquelle il regarda la jeune femme tout en souriant. Il ne stoppa pas sa marche et continua sur sa lancée. « Je n’ai pas oublié que tu raffoles des plats italiens. » Voilà, c’était dit. Une manière comme une autre de lui dire « Je ne t’ai pas oubliée. ». Bref, ils marchèrent encore un peu et Lucas poussa la porte du restaurant nommé Il Cortile.

Quelques minutes plus tard, ils furent installés à une table, face à face. Lunettes de soleil posées sur la table, l’Américain laissa son visage parfaitement visible et ne manqua pas de parcourir chaque trait du visage de Lou. La courbure de ses lèvres, la finesse de son nez, ses petites fossettes, l’éclat de ses yeux. Elle était parfaite. Cela dit, pour ne pas sembler trop bête, le jeune homme se gifla mentalement et détourna rapidement son regard, l’air mal à l’aise. Il se racla la gorge puis posa ses deux coudes sur la table avant de poser ses mains liées contre son menton. Il sourit légèrement et relança la conversation. « Ton travail, ça se passe bien ? Ça te plait ? » Il mourrait d’envie de lui poser un tas de question sur elle, sa vie, leur passé. Mais il préférait se contenir. Mieux valait y aller lentement et peut-être que la conversation allait se faire toute seule, avec douceur. Un serveur débarqua et leur donna les cartes de menu. Mathis ouvrit la sienne mais n’y posa pas ses yeux, trop occupé à regarder la beauté qui était devant lui.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyMer 6 Avr - 15:21



I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou Ief04z





« Ne fais pas d’allusions perverses, tu sais que je suis tout ce qu’il y a de plus sage. » Lou esquissa un petit sourire du coin des lèvres et sortit de son coin réception et elle vit Mathis l'a regardé de haut en bas, elle ne put s'empecher de rire, et il rajouta,« Tu es magnifique » Lou adore les compliments mais quand cela vient de son ex, de son premier amour, cela reste toujours un peu bizarre à entendre, mais elle ne fit que sourire et même rougir vaguement. « Merci » Puis Lou une fois prête, avec ses affaires à la main, Mathis se remit à lui parler, dés qu'il parlait, Lou sentait son coeur s'emballait, comme si à chaque mots elle s'attendait à un miracle, à une découverte, vu que cela fait bien longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu, ni parler ... Tous les deux sortirent de l'hôtel et virent le soleil tapait bien fort pour l'heure de midi, Lou souria en voyant Mathis mettre ces lunettes de soleil, au lycée elle l'embêtait souvent avec ces lunettes, car il faisait toujours le beau goss, et cela faisait toujours rire Lou, qui le taquinait à longueur de journée. « Je vois que tu n'as pas perdu la méthode " beau goss " avec tes lunettes, toujours le même dis moi ..» Dit-elle en rigolant et entendant un léger suis-moi venant de Mathis, elle souriait et reconnait largement le Mathis du lycée. « Alors, comment tu vas depuis le temps ?» Puis Lou tout en suivant Mathis jusqu'à la voiture, lui répondit en mettant elle aussi ces lunettes de soleil. « Tout va bien écoute, rien de nouveau, et je suis encore en vie comme tu peux le voir! Et toi? » Lou adorait répondre à Mathis avec un petit ton ironique en fond, elle adore le taquiner, et surtout rigoler avec lui. Une fois dans la voiture, Mathis mit la radio et une chanson en fond passa, Lou ne put se dire que le destin voulait crée des problèmes, car la chanson parlait d'amour, et de revenir avec la personne aimait, Lou ne put s'empêcher de regarder Mathis, et de se demander si un jour elle retournerait avec lui, si un jour leur histoire recommencerait, Lou s'était souvent posée cette question, mais à chaque fois la réponse reste inconnu. Une fois arrivé, Lou reconnut directement l'endroit, le quartier Italien de New-York, Mathis s'en était souvenu que Lou raffolait des plats italiens, elle souria encore plus à l'idée d'être avec Mathis ET de manger italien, cette journée sera parfaite. Ils se posèrent à une table dans un restaurant du coin, et Lou ne put s'empêcher de faire une réflexion tout en remerciant Mathis de bien avoir choisit. « Tu t'en es souvenu? Je t'admire pour le coup, ma journée sera finalement parfaite grâce à toi ..» Dit elle avec un large sourire, juste avant de commander les plats. Pendant l'attente, Lou regardait Mathis avec charme, elle ne pouvait pas s'en empêcher, s'était comme naturel, comme instinctif, elle ne pouvait pas résister à Mathis, il était tout pour elle, même si Roméo était là aussi, Mathis reste et restera à tout jamais, une personne importante pour Lou.
Mathis demanda à Lou si au travail tout allait bien, celle-ci lui répondit franchement, et commença la discussion. « Je ne me plains pas, mais cela reste souvent ennuyant, long et énervant, car à longueur de temps, on reçoit souvent des clients qui cherche le paradis, ou bien le suprême du luxe, alors quand tu viens de passer quatre heures non stop à la réception, et qu'un vieux riche vient te crier dessus, j'ai souvent envie de lui crier aussi dessus, mais je fais du self control, et je me calme. Sinon, tout ce qui reste de l'étude des bonnes manières et autres, j'aime passer du temps à apprendre des nouvelles choses. Et toi le travail? Ta vie ? Une copine? »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyMer 6 Avr - 21:36


I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou K0hc1z

« You can be my everything, my everything. You could be what I need to bring me back to life. I've been down, I've been out, been so dead inside. What if you're that someone I can be with forever. You'll be the one to turn me around. »


♔ Lou Juhlin-Dannfellt & Mathis Lucas Sawyer ♔

« Je vois que tu n'as pas perdu la méthode " beau gosse " avec tes lunettes, toujours le même dis moi... » Mathis ne pu s’empêcher de rire de bon cœur en relevant la tête en direction du ciel. Son sourire ne le quitta pas, comme à son habitude, lui qui est un jeune homme de bonne humeur générale. Il se remémora le passé, leur passé, à Atlanta. Il se rappela de cette attitude « beau gosse » qu’il s’amusait à prendre lorsque le soleil pointait le bout de son nez et l’encourageait à mettre ses lunettes de soleil. Il avait confiance en lui à cette époque, l’amour lui donnait confiance. Mais cette époque était révolue. Aujourd’hui, l’écrivain amateur était bien moins sûr de lui, vu qu’il avait perdu ce qui l’aidait à se sentir fort, tranquille, stable ; Lou.
Bref. Les voilà arrivés dans la voiture, et cette chanson qui les mit tous deux mal à l’aise. Heureusement, ils furent vite dans le quartier italien de la ville de New York et purent oublier ce petit « incident » en reprenant une discussion normale, tout en se dirigeant, à pied, vers le restaurant choisi avec soin par Lucas. Restaurant dans lequel ils se retrouvèrent en moins de temps qu’il faut pour le dire. Tous deux installés face à face, ils parcoururent la carte des menus. Mat’ choisit rapidement ce qu’il allait prendre, ce qui lui permit de savourer les paroles de Lou. « Tu t'en es souvenu? Je t'admire pour le coup, ma journée sera finalement parfaite grâce à toi... » Il rendait sa journée parfaite ? Il ne fallut pas plus de mots pour emballer le cœur du jeune homme. Comme gêné, il baissa la tête un instant, le temps de plier la carte et de la poser sur la table. Puis il passa furtivement le bout de sa langue sur ses lèvres avant de redresser sa tête et de fixer la jeune femme en souriant. « Tu pensais que j’avais oublié ? ». Il était tenté de rajouter « Je n’ai rien oublié Lou, je n’arrête pas de me rappeler notre histoire, de penser à toi. », mais il valait mieux se taire. Il ravala ses paroles et fit comme si de rien était, se contentant de sourire, comme toujours.

Alors qu’un serveur arrivait pour leur servir du vin, l’étudiant posa sa question, une interrogation des plus banales mais qui pouvait lancer une longue conversation, qui sait ? Un simple « Ça va ? » débouche parfois sur des débats philosophiques. Mat’ prêta une oreille attentive à la réponse de la jeune femme, tout en remerciant le serveur. « Je ne me plains pas, mais cela reste souvent ennuyant, long et énervant, car à longueur de temps, on reçoit souvent des clients qui cherche le paradis, ou bien le suprême du luxe, alors quand tu viens de passer quatre heures non stop à la réception, et qu'un vieux riche vient te crier dessus, j'ai souvent envie de lui crier aussi dessus, mais je fais du self control, et je me calme. Sinon, tout ce qui reste de l'étude des bonnes manières et autres, j'aime passer du temps à apprendre des nouvelles choses. Et toi le travail? Ta vie ? Une copine? » Cela faisait beaucoup d’un coup, mais la capacité d’assimilation de Lucas était développée, ce qui lui permis de se rappeler de chaque information reçue. Et bien entendu, une question le perturba : celle concernant l’éventualité d’une petite amie. Lui qui avait déjà ouvert la bouche pour répondre à la description que Lou avait donnée quant à son travail, le voilà qui rejoignit ses lèvres aussitôt, déstabilisé par la question. Qu’allait-il dire ? Je t’aime toujours ? Non. C’était loin d’être approprié. Mentir ? Il détestait ça… et pourtant, il n’avait pas le choix.
Reprenant ses esprits, Mathis adressa un joli sourire accompagné d’un regard insistant à Lou, tout en attrapant son verre de vin, incitant la demoiselle à en faire autant. « À toi, ta réussite et ta vie. » Porter un toast en l’hommage de Lou lui semblait être correcte, restait à voir ce qu’allait penser la concernée. Lucas s’empressa donc de rajouter « Et à nous, à nos retrouvailles. » pour paraître « normal ». Après tout, des retrouvailles, ça se fête, même si cela ne fait que deux mois que les personnes concernées ne se sont pas vues, non ? Leurs verres se cognèrent dans un tintement léger et agréable à entendre, le jeune homme porta le sien vers ses lèvres et but une gorgée de cet alcool rouge sans lâcher Lou des yeux. Puis il reposa le verre et se lança dans sa réponse. « J’imagine que ça ne doit pas être un métier facile tous les jours. Je ne supporterais pas de me faire engueuler par des clients richissimes et capricieux. Tu as du courage… mais après tout, c’est ce dont tu rêvais, travailler dans l’hôtellerie. Plus que quelques pas et tu pourras créer ton propre hôtel. » Un sourire encourageant. Mathis était persuadé que son ex-copine pouvait aller loin. C’était une battante, une fille qui se lançait des défis et qui n’avait pas peur de se donner à fond. Et, quoi qu’il en soit, si elle rencontrait des difficultés, elle pouvait toujours se raccrocher à lui ; il serait toujours là pour la soutenir.

Afin de marquer une petite pause, Lucas reprit son verre de vin pour en avaler une gorgée. Il était maintenant temps de répondre aux interrogations de la jeune femme, ce qui allait être le plus difficile. « Mes études se passent bien, j’en suis à ma dernière année, enfin ! J’en voyais plus le bout. Mais ça y est, je vais pouvoir me trouver un vrai travail, parce que journaliste sportif… » Voilà un sujet sensible. Lucas ne parlait pas souvent du travail qu’il exerçait à côté de ses études, un job étrangement dur. En effet, qui qualifierait le métier de journaliste comme pénible ? Pour Mat’, c’était différent. Lui qui était bloqué à vie au niveau sport à cause de sa jambe, lui qui avait toujours rêvé de faire carrière dans le basket, il était très difficile pour lui d’assister à des événements sportifs afin d’en faire rapport sous forme d’articles sans ressentir un pincement au cœur, particulièrement lorsque le sport en question se trouve être le basketball. Son sourire disparu, signe que le sujet évoqué ne lui plaisait que très moyennement. Décidant de jouer cartes sur table, il se lança et se confia… pour la première fois. Jamais il n’avait réellement parlé de ce qu’il ressentait lorsqu’il assistait à tous ces matchs pour son travail. « Je crois que je vais démissionner. J’ai besoin d’argent pour payer mon loyer, pour vivre, je l’sais. Mais… j’ai de plus en plus de peine à regarder ces sportifs jouer. Ma jambe me brûle à chaque fois. C’est mental, bien entendu. Mais ça me rappelle trop la réalité que je vis depuis que ces cons nous ont agressés Nathan et moi. » Lou allait-il le comprendre ? Après tout, elle avait été une des personnes les plus présentes pour le soutenir lorsqu’il s’était retrouvé à l’hôpital à cause de se couteau reçu dans la jambe. Elle l’avait veillé, nuits et jours, alors qu’il dormait sur son lit d’hôpital pour permettre à son corps de se remettre de son opération. Elle l’avait soutenu tout le long de sa rééducation et s’était montrée plus que présente quand il devait apprendre à vivre avec l’idée qu’il ne pourrait plus jamais jouer au basket et aux autres sports comme avant.
Légèrement désemparé, Mathis baissa la tête et passa machinalement sa main dans sa nuque avant de se redresser. Il haussa les épaules et sourit légèrement. Il se battait contre son handicap, une fois de plus. Il avait appris à vivre avec, même si cela restait difficile. Cependant, il préféra répondre à la dernière question que Lou lui avait posée, celle concernant son éventuel statut de couple. « Et pour répondre à ta dernière question, je suis célibataire. » Pourquoi se compliquer la tâche ? Il ne mentait pas ; il était bel et bien seul. Cacher le fait qu’il était encore éperdument amoureux d’elle n’était pas un mensonge. Cela dit, son regard le trahissait-il ? Car il ne pouvait s’empêcher de la dévorer des yeux. Ceux-ci traduisaient-il cet amour qui le rongeait, qui le faisait espérer depuis près de six ans ?


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyDim 10 Avr - 11:31



I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou Awon6x



Mathis et Lou étaient à table, tous les deux un peu perturber d'avoir l'un en face de l'autre,Lou ne savait même pas trop quoi dire, elle était un peu perdue, comme si dans sa tête, tout était mélangé. Heureusement Mathis lui, parlait, il parlait toujours beaucoup, comme Lou normalement, ils s'adoraient pour ça, à faire de longues discussions pendant des heures au téléphone le soir, ils ne s'ennuyaient jamais tous les deux. Mathis porta un toast à la réussite de Lou, celle-ci renvoya l'ascenseur à Mathis et souria de joie, il était toujours très gentil et c'est ce qui avait toujours plu à Lou, sa gentillesse au quotidien.« J’imagine que ça ne doit pas être un métier facile tous les jours. Je ne supporterais pas de me faire engueuler par des clients richissimes et capricieux. Tu as du courage… mais après tout, c’est ce dont tu rêvais, travailler dans l’hôtellerie. Plus que quelques pas et tu pourras créer ton propre hôtel.» Lou souria, oui, son rêve ce serait d'avoir son propre hôtel, mais elle n'y est pas encore malheureusement, elle en est encore qu'à la réception, mais tout vient avec le temps. « Je sais pas si c'est du courage mais en tout cas je me débrouille comme je peux, et oui mon rêve, ce serait d'avoir mon hôtel, à New-York .. mais .. il est encore loin ce rêve. » Lou baissa un peu les yeux, elle détestait l'idée que son rêve était encore loin, très loin de la réalité mais elle releva les yeux, et souria à Mathis pour ne pas plomber l'ambiance.« Mes études se passent bien, j’en suis à ma dernière année, enfin ! J’en voyais plus le bout. Mais ça y est, je vais pouvoir me trouver un vrai travail, parce que journaliste sportif… » Heureusement que Mathis allait bientôt finir ses études, Lou sait bien que journaliste sportif ennuie parfois Mathis, qui lui toujours très ambitieux, veux déjà travailler et entrer vraiment dans la vie active, ce que Lou comprend totalement. « T'es bientôt à la fin, alors courage, et après tu pourras faire autre chose.» « Je crois que je vais démissionner. J’ai besoin d’argent pour payer mon loyer, pour vivre, je l’sais. Mais… j’ai de plus en plus de peine à regarder ces sportifs jouer. Ma jambe me brûle à chaque fois. C’est mental, bien entendu. Mais ça me rappelle trop la réalité que je vis depuis que ces cons nous ont agressés Nathan et moi. » Lou fut sous le choc, enfin pas tant que ça, mais que Mathis veuille démissionner alors qu'il n'a pas d'argent pour payer son loyer ou même pour vivre, c'était beaucoup trop risquer. « Fais attention Mathis, je sais combien ça doit être dûre de voir tous ces jeunes jouaient et toi avec ta jambe, tu peux plus, je sais que ça doit être l'enfer, mais dis toi que si tu démissionnes, ce sera l'enfer pour vivre .. Tu comptes faire quoi si tu quittes ton job? Si tu as besoin d'argent, je peux t'en prêté pour quelque temps, j'ai des économies donc le temps que tu trouves un autre travail, je peux t'aider Mathis.»
Un court instant passa, et Lou but une gorgée de son verre puis Mathis lança une dernière phrase pendant que Lou buvait, il lui dit qu'il était célibataire, et sans même savoir pourquoi, Lou prit une gorgée, et celle-ci passa de travers, elle se mit à tousser comme une folle, et fit mine de rien après que Mathis eut répondu à sa question.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou EmptyDim 10 Avr - 18:04


I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou 250scio

« I remember all those crazy things you said, you left them running through my head. You’re always there, you’re everywhere but right now I wish you were. Damn, what I’d do to have you here, here ?


♔ Lou Juhlin-Dannfellt & Mathis Lucas Sawyer ♔

« Je sais pas si c'est du courage mais en tout cas je me débrouille comme je peux, et oui mon rêve, ce serait d'avoir mon hôtel, à New-York .. mais... Il est encore loin ce rêve. » Loin ? Peut-être. Mais les rêves sont faits pour se réaliser après tout. Il faut donc y croire, jusqu’au bout, et donner le meilleur de soi pour réussir à les rendre réels. Du moins, c’est ce que faisait Mathis avec ses propres rêves ; après avoir renoncé au basket, il s’est entièrement concentré sur sa carrière littéraire, donnant son maximum pour s’améliorer dans le but de percer dans le monde des écrivains. Certes, il n’était pas au bout de ses peines vu qu’il n’avait pas encore osé envoyer son livre à un éditeur, quand bien même cela faisait quatre ans qu’il l’avait terminé. Le courage, c’est ce qui lui manquait. La peur de voir ses ambitions détruites comme lorsqu’il avait entendu ces fameux « Vous ne deviendrez jamais basketteur professionnel, votre jambe ne vous le permettra pas. » « Chaque jour qui passent nous rapproche un peu plus de nos rêves. Il suffit d’y croire et de donner tout ce que l’on a pour obtenir la victoire. » Une phrase encourageant pouvait toujours se montrer utile. Et accompagné d’un gentil sourire, cela se montre encore mieux !
« T'es bientôt à la fin, alors courage, et après tu pourras faire autre chose. » Autre chose, comme écrivain ? Lucas s’était déjà imaginé des tonnes de fois derrière son ordinateur, à écrire ses romans, à lire les critiques concernant ses œuvres sur le net, puis dans divers endroits du monde à dédicacer ses ouvrages. Tout cela était encore bien loin, mais il comptait bien y arriver un jour. Il acquiesça donc d’un simple signe de tête, tenté tout de même de parler de ce fameux rêve qui le faisait avancer. Mais il se résigna au dernier moment et but une gorgée de vin au lieu de parler.
« Fais attention Mathis, je sais combien ça doit être dur de voir tous ces jeunes jouer et toi avec ta jambe, tu peux plus, je sais que ça doit être l'enfer, mais dis toi que si tu démissionnes, ce sera l'enfer pour vivre... Tu comptes faire quoi si tu quittes ton job? Si tu as besoin d'argent, je peux t'en prêter pour quelque temps, j'ai des économies donc le temps que tu trouves un autre travail, je peux t'aider Mathis. » La réaction presque maternelle de Lou toucha le jeune homme au plus profond de son être. Elle s’inquiétait pour lui et cela eut le don de lui réchauffer le cœur. Il sourit donc gentiment et hocha négativement de la tête. Il était hors de question qu’elle gaspille son argent pour lui, alors qu’il décidait lui même de quitter son travail. Il se débrouillerait, comme toujours. « Merci Lou, mais jamais je n’accepterai ton argent. Tu as travaillé dur pour mettre tout ça de côté, alors non, je ne te laisserai pas dépenser ça pour moi. Mes parents vont sûrement m’aider un peu le temps que je trouve autre chose… et je n’ai pas encore demandé ma démission. » Il rigola doucement et fixa la demoiselle, le regard parsemé de quelques étincelles. Le bonheur d’être avec elle, la joie de savoir qu’il comptait un minimum pour elle… « Ne t’inquiètes pas pour moi, d’accord ? »

Puis débarqua le sujet sensible du « en couple ou non ». Lucas décida de ne pas mentir et annonça simplement qu’il était célibataire, sans préciser le fait que son cœur battait toujours inlassablement pour Lou… et celle-ci se mit à cracher des poumons après avoir avalé une gorgée de vin. Quelque peu affolé, Mathis se pencha en avant et eu le réflexe de poser sa main sur celle que la jeune femme avait laissée sur la table. « Tout va bien ? » Question totalement débile lorsque l’on voit que Lou était en train de tousser pour faire passer l’alcool. Sans même s’en rendre compte, Mat’ lui caressa doucement la main, comme pour la calmer, les yeux totalement fixés sur son visage. Sa crise de toux finit par passer et leurs regards se croisèrent. Il fallut quelques secondes au littéraire pour qu’un déclic se fasse ; il fixait intensément son ex et lui caressait la main. Abasourdi, il s’empressa d’ôter sa main et la ramena vers lui. Mains liées sur la table, il détourna son regard, gêné, et passa sa langue sur ses lèvres. Puis il osa reposer son regard sur Lou, la regarda et rigola nerveusement.

Il était temps de « faire diversion » afin d’effacer cette gêne installée. Mais maladroit comme il était, Lucas choisit un sujet qu’il aurait préféré éviter. « Alors, j’ai vu que tu étais avec Roméo… ça se passe bien ? » Immédiatement, il avait l’impression de jouer l’hypocrite. Lui demander si sa relation avec Roméo se passait bien alors qu’il enrageait à chaque fois que leur image de couple lui effleurait l’esprit. Il ne détestait par Roméo, bien sûr que non, tous les deux étaient de bons amis. Mais voir Lou en couple lui faisait affreusement mal. Normal, non ? Lui qui était à genoux devant elle, qui était prêt à donner sa vie pour la voir heureuse…


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou Empty

Revenir en haut Aller en bas

I'll never forget. Please, come back. ♦ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-