It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

Poussière d'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyLun 31 Jan - 17:47

Poussière d'ange. 2yoo5ye


Elle entra dans la maison sans faire de bruit, de la même façon qu’elle était partie ce matin, sans prévenir personne. Il était tard, l’heure du souper était sans doute passée, tant pis, elle n’avait aucun appétit de toute façon. Personne n’était au premier, elle put monter dans sa chambre sans se faire remarquer. Elle lança son sac sur son lit, une de ses mauvaises habitudes, surtout depuis qu’elle ne dormait plus seule, le soir quand ils se couchaient il y avait toujours un million de bidules qui trainaient entre les draps, c’était sa façon de ranger. Et elle se dirigea vers sa salle de bain. Elle se regarda dans le miroir, ses yeux étaient encore affreusement rouges. Elle prit une serviette et passa de l’eau froide sur son visage. Ce n’était pas la perfection, mais bon, elle allait faire avec. Elle traina encore un peu dans sa chambre, rangent si, faisant sa, elle avait pas le courage de sortir encore. Elle avait fui toute la journée, avait passé un long moment chez Lena et après lui avoir promis de rentrée à la maison, elle avait passé des heures à tourner en rond dans New York. Elle avait plus le choix maintenant. Elle sortit de sa chambre, passa devant celle des bébés, ils devaient déjà dormir, mais elle n’avait pas le courage d’entrer pour vérifier. Elle savait qu’elle allait probablement se remettre à pleurer si elle tentait quoi que se soit. Par les voix qu’elle entendait venir de la chambre de Diego, elle savait que Pedro était là et mettait le petit au lit. Elle s’arrêta quelques pas avant la porte, s’adossa au mur et se laissa tomber sur le sol. Sa tête couchée sur ses bras qui entourait ses genoux relever, au aurais pu croire qu’elle avait a nouveau quatre ans et venais d’être punis. C’était un peu le cas non? Non. Elle secoua la tête, elle ne devait pas penser comme ça. C’était une bonne nouvelle… Enfin, pas la nouvelle du siècle non plus. Quoi que… non. Elle grogna et s’enfouit la tête dans ses bras encore. Elle n’avait plus les idées claires. Elle n’avait pas eu envie d’y croire jusqu’au dernier moment. Après tout, ce n’était pas la première fois qu’elle avait ‘peur’. Mais là… Elle repensait à la dernière fois, comment elle avait été déçue à la fin. Comment elle avait fini la soirée dans un état lamentable, qu’elle s’était réveillée sur le patio, qu’elle avait pleuré dans les bras d’Ambre pendant un moment. Sauf que la dernière fois c’était avant, avant que Pedro se fasse opéré, avant qu’il soit à deux doigts d’adopté. Elle n’avait aucune idée de comment ça pouvait être possible.. Elle avait eu ses règles fin décembre, dans les alentours de Noël. Apparemment, elle avait googlé ce matin avant de partir, une femme où deux tombaient enceinte l’année suivante l’opération de leurs hommes. Et puis fallait que ça tombe sur elle quoi. Quand elle fut sur le point de se remettre à pleurer, Pedro sortit enfin de la chambre. Elle releva à peine la tête et dit simplement un « Hey… » pour attirer son attention. Comme si personne n’allait la remarquer fassie dans le corridor. Elle bougea à peine, ne se releva pas, mais elle tapota le plancher à côté d’elle pour dire à Pedro de s’assoir. « Il faut que je te dise un truc. » Elle cherchait ses mots, elle savait que peu importe comment elle allait sortir ça, ça ne passerait pas tout de suite et elle ne pouvait pas vraiment le blâmer. « Je t’aime okay. Et je te jure sur tout ce que j’ai, qu’il y toi et juste toi. Je sais pas ce qui c’est passé, je ne comprends rien, mais … » Elle prit une pause, remarquant qu’elle retenait son souffle depuis tout à l’heure. Elle repensait à la première fois quand elle lui avait annoncé qu’il était le père des jumeaux, elle n’avait pas mis de gants blancs et puis le choc avait semblé brutal. Elle essaya de changer de tactique. « Reste calme okay… Je reviens de chez Lena… Je commençais à avoir des doutes et, je sais pas, je sais que c’est stupide je comprends même pas comment j’ai pu faire le lien, mais… ‘Fin. J’ai passé un test. Je suis enceinte, encore… »

outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyMar 1 Fév - 19:02

Pedro était stressé. Il avait essayé de repousser ce sentiment toute la journée pour que ses enfants ne le voient pas, il avait vraiment essayer que personne ne remarque trop l’absence de Fee… quand son fils lui avait demandé où était Fee, il lui avait mis Nemo, quand Sirius s’étais mis à pleurer pour « Mum » il lui avait chanté une chanson, et quand Sofia avait décidé qu’elle n’était pas d’accord & qu’elle voulait aussi sa « Mum » elle avait simplement refusé de manger et avait jeté trois fois son assiette sur le sol. Elle avait pleuré, du coup Sirius aussi du coup James aussi, du coup Diego n’avait plus entendu son dessin animé alors lui aussi…

Oui, lui aussi avait envie de voir Fee, lui aussi avait envie de piquer une colère parce qu’elle ne répondait ni à ses appels, ni à ses messages et elle était partie tellement tôt que quand il s’était réveillé, la place qu’elle occupait était vide et froide… alors, Pedro avait mis ses quatre enfants dans sa sale de musique et il avait joué du piano. Une musique qui demandait beaucoup de dextérité, qui était énergique, il était en colère au fond de lui et ça se transmettait dans sa musique.

À partir de ce moment, ça avait mieux été, ils avaient été plus gérables, les jumeaux lui avaient fait un bisous quand il les avait mis au lit et Sirius avait même répondu un « night »… il avait sourit, chaque jours ils évoluaient, depuis qu’ils avaient commencé à parler, ils essayaient plus le lendemain. James avait simplement roulé sur le côté et il respirait profondément. Quand se fut l’heure de mettre Diego au lit, ils prirent place dans sa chambre et il lui lit une histoire. Ça le détendit, les moments avec Diego était plus calme, quand il termina le chapitre, il embrassa son fils sur le front. Un lui souhaitant une bonne nuit en espagnol.

Il ferma doucement la porte derrière lui en veillant à allumer la veilleuse de son fils aîné. Une fois celle-ci il entendit un « Hey… »il baissa le regard et il aperçut Fee assisse sur le sol, les yeux rougis… il ne dit rien mais vint s’asseoir à ses côtés, la mâchoire serrée. Il avait beaucoup de questions à lui poser. Elle était bizarre depuis quelques jours, lui parlait à peine et il ne comprenait pas, il se sentait exclu de sa vie & il trouvait ça injuste… avait-il fait quelque chose de mal ?

Il devait savoir parce que ça le rendait fou… il avait l’impression de pouvoir à peine la toucher, elle lui manquait, leur lien, cette complicité qu’ils avaient toujours eu et que soudainement elle lui avait enlevée sans raison apparente… « Il faut que je te dise un truc. » il garda le silence, allait-elle rompre ? Il se tendit aussi tôt à cette idée… il était prêt à protester, lui dire combien il l’aimait, lui dire qu’elle était indispensable dans sa vie et que si elle avait des doutes, il était prêt à faire des efforts, il l’aimait complètement, il était en osmose avec elle, il avait l’impression qu’elle le complétait comme aucune femme n’avait jamais su le faire… Clara y comprit. Mais elle se remit à parler avant qu’il ne réponde, alors il ferma la bouche et attendit, le cœur battant à tout rompre. « Je t’aime okay. Et je te jure sur tout ce que j’ai, qu’il y toi et juste toi. Je sais pas ce qui c’est passé, je ne comprends rien, mais … » Il cligna des yeux… pourquoi lui dire ça ? Il le savait, il n’avait plus qu’elle aussi, il ne voulait plus qu’elle. Mais au moins, il pouvait se rassurer, elle l’aimait encore.

Puis soudain, il réalisa qu’il y avait quand même un problème, que lui cachait-elle ? Il n’était pas rassuré, il s’attendait à tout… « Reste calme okay… Je reviens de chez Lena… Je commençais à avoir des doutes et, je sais pas, je sais que c’est stupide je comprends même pas comment j’ai pu faire le lien, mais… ‘Fin. J’ai passé un test. Je suis enceinte, encore… » sauf à ça…

Le visage de Pedro se ferma, c’était impossible, il avait subi une vasectomie ! Il ne pouvait pas… il ferma les yeux, le doute… était-il vraiment le père ? Puis il repensa à la phrase précédente de Fee… « qu’il y a toi et juste toi »… il inspira, il avait confiance en elle… mais comment ? Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ?

Mais surtout… est-ce qu’elle le voulait ? Est-ce qu’elle voulait le garder ? Son enfant… son 7ème bébé, celui qu’il n’attendait pas de manière naturelle… mais la chaire de sa chaire, avec la femme qu’il aimait, la femme qu’il avait choisi pour le reste de sa vie. Il était content… mais il se rappelait sa réaction négative la dernière fois… était-elle toujours dans cet état d’esprit ? Puis son escapade de la journée plus son comportement distant des derniers jours lui firent penser que oui… elle ne voulait peut-être pas de leur enfant…

Il ne voulait pas exprimer sa joie, pas avant de savoir ce qu’elle avait sur le cœur… mais il savait que ça devait être compliqué… elle avait tellement mal vécu la naissance des jumeaux, elle avait dit ne plus vouloir d’enfants, jamais… et c’est pour ça qu’elle avait demandé à Pedro qu’il fasse ça, pour elle… c’était avant même qu’il soit ensemble.

Il se prit la tête en main. Dans un couple normal, il aurait été heureux… mais le leur était si compliqué… 4 enfants, 3 mères différentes… plus deux adoptés qui n’allaient pas tarder à débarquer dans leur vie… d’ici 9 mois, les jumeaux seraient toujours à peine parler, mieux, certes, mais ils ne pourraient pas tenir des conversation… peut-être que James ne marcherait toujours pas… étaient-ils vraiment prêt pour une nouvelle grossesse aussi tôt ? Son esprit logique essayait d’analyser tout ça le plus sereinement possible… mais son cœur lui criait déjà que oui, il était prêt, qu’il le voulait, qu’il voulait ce 7ème enfant, qu’il le rêvait, que c’était son rêve et que s’il pouvait être de Fee & de lui ce ne serait que la preuve de leur amour encore plus…

« Comment tu te sens par rapport à tout ça… ? Et pourquoi tu ne m’as rien dit ? J’étais inquiet Fee… pourquoi tu es partie toute la journée ? » il ne la regardait pas… il ne voulait pas lire dans son regard qu’elle rejetait ce futur bébé… Son regard se concentra sur son ventre, il avait envie de lui toucher ce dernier… son enfant grandissait, son bébé. Leur enfant. Il eut soudain un sourire plus doux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyMer 2 Fév - 3:20


Elle ne savait pas combien de temps c’était passé entre sa phrase et avant que Pedro réagisse, mais ça lui avait semblé une éternité. Encore, elle du se rappeler plusieurs fois de respirer, elle avait peur de faire un son, elle avait l’impression que si elle bougeait ou parlais, elle allait faire exploser une bombe. À la place elle se concentra sur le silence, il y avait tellement pas de bruit qu’elle pouvait pratiquement entendre les enfants respirer de leurs chambres. C’était tellement rare qu’il n’y ait pas un bruit. Même le soir habituellement, on entendait un fond de télévision, de la musique, n’importe quoi. La maison paraissait vide et immense quand on n’entendait rien et ça lui donnait la chair de poule. Pourtant, elle avait vécu seule pendant plus d’un an, certainement plus longtemps qu’à plusieurs. Mais elle avait perdu l’habitude rapidement. Surtout depuis l’arrivée des bébés et puis de Diego, il n’avait rien qui pouvait égaler avec une maison pleine de brui d’enfant, plein de vie… Elle laissa une main glisser sur son ventre, essayant de sentir quelque chose, n’importe quoi. «« Comment tu te sens par rapport à tout ça… ? Et pourquoi tu ne m’as rien dit ? J’étais inquiet Fee… pourquoi tu es partie toute la journée ? » Elle se tourna la tête vers Pedro, de toutes les réactions qu’elle aurait plus imaginées, celle-ci ne faisait pas partie du lot. Son cœur se serra un peu et elle faillit se remettre à pleurer. Elle disait la vérité, vraiment. Il y avait personne d’autre, ce n’était même pas envisageable. Elle était certaine que même si elle essayait, son corps ne voudrait pas être de la partie. Mais la situation inversée, elle ne sait pas vraiment si elle y aurait cru comme ça. « Pardon, excuse-moi… » Elle releva la tête et l’accota contre le mur. «J’aurais du laissé un mot, inventer une raison n’importe quoi … Je voulais être certain avant de t’en parlé, je voulais faire un test, y avait tellement pas de chance que … Je ne voulais pas que tu sois déçue encore. » La dernière fois était définitivement gravée dans sa mémoire. Ils avaient été tous les deux déçus, même si elle avait au beaucoup plus de difficulté à l’admettre, Pedro avait sans doute été plus touché, surement par le fais qu’il l’avait tout de suite voulue et qu’elle … Disons qu’elle avait émis quelques objections. Mais elle avait fini par changer d’idée. Pour rien finalement. Sauf que là … Elle savait qu’elle ne pourrait jamais avorter, c’était au dessus de ses forces, ça leur ferait trop de mal à tous les deux, clairement. Juste maintenant, elle pouvait voir à son sourire que l’idée avait germée dans sa tête, alors qu’elle, elle était encore trop perdue, elle n’avait aucune idée quoi pensée. Elle ne savait pas par où commencer, elle n’arrivait pas à réfléchir correctement. C’était étrange. Autant pour les jumeaux, elle ne s’était posé aucune question, elle avait sauté dans le bain la tête première. Autant maintenant… Et puis pourtant, tous les bons ingrédients étaient là. Encore plus que la première fois. « T’inquiète pas. Je vais me faire à l’idée. J’ai juste besoin d’un peu de temps… » Elle ne se donnait pas vraiment le choix, c’est tout.

outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyJeu 3 Fév - 13:33

Pedro se sentait étrange face à cette révélation. Il se sentait vraiment… surpris. Il ne s’y attendait vraiment pas. Pas après la vasectomie. Quand Fee était tombée malade, jamais il n’aurait imaginé qu’elle pouvait être enceinte… jamais il n’aurait espéré une nouvelle fois être père… mais son bonheur était contrasté. Si Fee ne partageait pas son enthousiasme, il ne pouvait être totalement heureux. Il aurait aimé… partagé ça avec elle. Ce bébé n’était pas véritablement un choix pris entre eux deux, il était juste arrivé là à cause d’une erreur lors de son intervention… s’il avait dû être père… il aurait aimé prendre ce choix, prendre la décision avec Fee, il aurait aimé s’enthousiasmer avec elle plutôt… que de la voir là, si sombre, si… triste…

Et c’était d’autant plus étrange que pour Sirius & Sofia, il avait toujours eu un doute sur sa paternité jusqu’à ce qu’il fasse finalement la prise de sang prouvant qu’ils étaient bien à lui, de lui… autant pour celui qui venait, ça ne faisait aucun doute alors que ça aurait dû être le contraire… dans 9 mois… son ventre se tordit, Fee avait eu du mal à accoucher… et si elle se montrait aussi stressée que lors de sa première grossesse, ça pourrait même arriver plus tôt… sauf que l’épreuve de voir encore un enfant loin de lui, avec plein de tubes accroché à lui parce qu’il était né trop tôt… il secoua la tête, il comptait la soutenir complètement, être à son service, pour le bien & la santé de son enfant, il allait veiller sur elle comme il n’avait pas su le faire avec Sirius & Sofia.

Il avait toujours été stressé… quand Fee ou Juliet était enceinte, il avait toujours été hésitant quand il devait poser sa main sur leur ventre, ils n’étaient pas ensemble et il avait l’impression de franchir des limites en les touchant. C’était ses bébés mais c’était leur corps, leur ventre et il ne voulait pas non plus être dérangeant pour elles…

Mais dans le cas de ce bébé, il aimerait tellement pouvoir faire tout ce qu’il avait manqué avec ses autres enfants, déposer sa tête sur le ventre pour entendre & sentir l’enfant, lui parler, jouer avec, c’était l’enfant avec la femme qu’il aimait, il supposait qu’il pourrait être plus intime, que ça renforcerait le lien qu’il allait avoir avec l’enfant mais aussi avec Fee.

Cela dit, les réserves de la blonde était telles que… et bien, il doutait. Elle semblait… détachée, presque indifférente… s’y accomodant plus par obligation que par réel plaisir… elle avait parlé de la dernière fois…

Il baissa le regard, la dernière fois… il y avait crû, il y avait vraiment crû un moment donné, il avait même imaginé peindre sa chambre, monter son berceau, il était comme ça, il imaginait vite… et le déception avait été très douloureuse. Il n’avait rien dit mais il s’était enfermé dans sa salle de musique le lendemain pour… oublier… pour laisser passer la douleur…

Il l’avait tellement voulu la dernière fois… et aujourd’hui aussi il le voulait, mais si c’était pour que Fee soit loin de lui toute la grossesse… comme aujourd’hui en somme… s’il ne pouvait plus avoir cette tendresse avec elle, il serait triste. Et il ne voulait pas l’obliger à accepter quelque chose qu’elle ne voulait pas… il ne voulait pas être ce genre d’hommes… alors, il hésita un instant, s’humectant prudemment les lèvres au préalable…

« Je ne veux pas te forcer Fee… si… jamais tu veux… » >Pedro déglutit, c’était douloureux pour lui à dire, mais il aimait vraiment Fee… « avorter… je t’accompagnerais… je ne veux pas me lancer dans cette aventure si tu ne veux pas Fee, je ne veux pas te voir malheureuse durant 9 mois… » il lui caressa la joue du bout des doigts.

Pour le bonheur de Fee, pour continuer de la voir sourire, il était prêt à tuer son enfant… même si ça le tuait intérieurement… si elle n’en voulait pas… il cligna de yeux et baissa le regard… son 7ème enfant… pourrait toujours attendre. Et il savait que tôt ou tard il l’aurait. Avec Fee évidemment. Il préférait la voir se réjouir comme pour l’adoption plutôt que de la voir si triste comme actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyJeu 3 Fév - 19:09


Quand Pedro prononça le mot avorté, elle ferma les yeux et serra les dents. Elle avait horreur du mot. C’était un sujet plutôt tabou chez elle, dans sa famille. Ça n’allait pas du tout avec l’éducation qu’elle avait reçue. Oui, la dernière fois elle y avait pensé. Elle avait paniqué. Encore. Mais peu importe ce qui se serais passé, elle savait qu’elle ne se serait jamais résolue à le faire, à aller jusqu’au bout. Ce n’était pas son genre, elle ne pouvait pas. Elle prit sa main qu’il avait fait glisser sur sa joue et embrassa le bout de ses doigts avant d’appuyer la tête sur son épaule. Gosh, il lui avait manqué, les derniers jours, elle avait été détestable, elle le savait. Déjà, le fait d’être malade la rendait pas des plus sympathique, mais elle c’était refermé sur elle-même, une tendance qu’elle avait quand les choses se mettaient à mal tourné, elle n’aimait pas partager ses problèmes et préférais gérer toute seule. Elle s’était éloignée un peu, contre son grès. Elle s’en voulait un peu, d’autant plus qu’elle savait à quel point ça devait être dur pour lui d’avoir dit ce qu’il venait de dire. « Je ne suis pas malheureuse. » C’est vrai quoi, il avait bien pire dans le monde que de se retrouver enceinte de l’homme qu’on aimait à vingt-trois ans. Elle était … Sous le choc en fait. Elle n’avait aucune idée quoi penser. Elle devait prendre son temps, se faire à l’idée, ce n’est pas qu’elle ne voulait pas d’un autre enfant, c’est juste qu’elle savait que si elle y pensait trop, maintenant, elle se mettrait de nouveau à paniquer. Il y avait tellement de choses à prendre en compte. Les bébés, ceux qu’ils avaient maintenant et ceux qu’ils n’avaient pas encore. La grossesse, elle ne supporterait rien qui ressemble de loin ou de près à la dernière fois… Puis le reste, ils allaient quand même avoir six enfants dans la maison déjà, là ça allait, il était relativement plus ou moins tout au stade ‘bébé’, le plus difficile était les nuits, le manque de sommeils, les enfants en soit était facile à combler, mais qu’est-ce qui disait qu’en grandissant ça allait la même chose? Qu’est-ce qui disait qu’elle allait apte à être la mère qu’ils auraient besoin quoi … Elle n’avait jamais eu de problème avec les jumeaux, tout allait instinctivement, un peu comme si elle avait fait sa toute sa vie, mais elle avait toujours peur que quelque chose arrive et qu’elle ne sache pas comment réagir, qu’il se passe un malheur et que ça soit sa faute à elle. Après tout, elle n’avait même pas été capable de les garder en sécurité dans son ventre pendant neuf mois, une machine avait dû la remplacer. Elle se mit à hyperventillé légèrement à y pensant. Elle referma encore plus sa main sur son ventre, serrant sa robe entre ses doigts. Si elle commençait comme ça, c’est sûr que ça finirait mal. « Je dis que je dois me faire à l’idée. Mais je ne suis pas malheureuse, c’est juste… beaucoup de chose à penser en même temps non? » Elle sera sa main dans la sienne, elle ne voulait pas qu’il se sente mal pour elle. Elle allait devoir prendre son temps pour assimiler la nouvelle, mais elle voulait que Pedro soit heureux. Elle était contente et fière de lui donner son septième enfant, ce n’était même pas la question.

outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyVen 4 Fév - 16:38

Pedro savoura de retrouver Fee contre lui, il respira son odeur, fut heureux de ce contact qu’elle chercha. Ces derniers jours, il s’était senti coupable de quelque chose sans savoir quoi, elle lui avait à peine adresser la parole, avait évité son regard elle avait même réduit leur contact physique à zéro, se dérobant s’il essayait de la toucher, c’était affreux de dormir la nuit avec elle, il aurait voulu la blottir contre lui mais elle avait instauré un mur invisible entre eux, si bien que le deuxième soir il avait préféré dormir avec Diego plutôt que de la sentir si… loin… il avait essayé d’en parler en vain, elle s’était muré dans son silence et Pedro avait juste dû accepter d’être repoussé.

Mais ça l’avait touché, il ne voulait plus ressentir ça. Plus après avoir été si heureux grâce à elle, il se rendait compte à quel point elle était essentielle à sa joie, à son enthousiasme. Sans même s’en rendre compte, elle contribuait à le rendre heureux et sans elle il s’était juste trouvé… terne. La seule chose qui l’avait maintenu hors de cette ambiance sombre avait été ses enfants. Il s’en était encore plus occupé. Il avait été conduire Diego partout où il l’avait demandé. Avait longuement joué avec James qui commençait à être bien éveillé. Pour Sirius & Sofia, il avait tenté de les faire encore plus parlé. Et même si un mot sur dix était à peine compréhensible, il avait enregistré leur petite voix hésitante & chevrotante. Il ne voulait pas manquer leur évolution. Ils étaient ce qu’il avait toujours voulu. Avoir une grande famille, ne plus jamais être seul, ne plus jamais se sentir « abandonné » ou inintéressant aux yeux de ses parents.

Pedro voulait offrir ce qu’on ne lui avait pas offert plus jeune : un foyer aimant. Il voulait être un père attentif, il voulait être un père bienveillant, lire des histoires à ses enfants, jouer avec eux, leur apprendre à être bon joueur que ce soit en sport ou à des jeux plus intellectuels. Il voulait leur apprendre à s’éveiller. Quand il pensait au futur, il se voyait les protéger mais pas au point de les étouffer. Évidemment, il serait toujours inquiet pour eux & leur avenir, mais il les soutiendrait surtout… pour qu’ils entretiennent leur rêve et se lance dans ce qu’ils désiraient en continuant de les encourager. C’était ça être père. Être un bon père. Et c’était son objectif. Alors le faire pour un autre enfant… ça ne le dérangeait pas, il avait encore assez d’amour à donner. Ça allait être fatiguant certes… mais il savait que Fee sera là, quelque part. Dans ce tableau idéalisé de son futur. Pedro était conscient des obstacles, mais il était aussi sûr qu’ils avaient la force de le faire, ensemble, pour toujours.

« Je ne suis pas malheureuse. » cela rassura quelque peu Pedro… il comprit alors que peut-être, cet enfant avait une chance de vivre dans leur famille bizarre & peu conventionnelle, il ne put s’empêcher de sourire… était-ce un oui ? Son cœur se gonfla, il passa sa main dans les cheveux de Fee et lui caressa tendrement le cou à l'aide de son index. Il se sentait mieux, il avait l’impression de respirer plus librement.

Il aurait vraiment eu du mal à se regarder dans la glace s’il avait dû faire cet avortement… mais il aurait accompagné Fee… quelque soit sa décision. Et si elle voulait le garde et bien santa maria, il n’allait pas non plus s’en plaindre. Et il permit à son esprit de divaguer un peu. Il voulait une fille. Il adorait ses fils, mais il voulait une autre princesse, une petite blonde, comme sa mère, comme sa sœur, avec des yeux intensément bleu. Si elle avait le sourire de Fee… bon sang, il savait qu’il ne lui résisterait pas plus de ¾ de secondes. Il allait en baver c’était certain, mais… il voulait une fille de Fee encore. Son sourire s’agrandit. Une petite avec un fort caractère et un rire contagieux ! Et qui serait son bébé, son dernier enfant… sa benjamine ! La dernière dictatrice de son cœur.

« Je dis que je dois me faire à l’idée. Mais je ne suis pas malheureuse, c’est juste… beaucoup de chose à penser en même temps non? » Pedro garda la silence, si elle savait déjà ce à quoi lui pensait déjà.

Il se contenta de l’embrasser tendrement. Quand il se sépara de ses lèvres, il plongea son regard dans le sien. « Oui c’est beaucoup… mais c’est notre f… enfin, cet enfant fera partie de notre famille et… on s’y fera. Parce que je m’adapterais… et je sais que si on est ensemble, on ne pourra qu’être plus fort. Et puis, ses frères et sœurs vont l’aimer. » et ça, Pedro en était sûr. Que ce soit ses enfants biologiques ou non, il savait qu’il ferait tout pour qu’ils ne se voient que comme « frères » & « sœurs », qu’ils se protègent et se soutiennent. Il voulait que sa grande famille soit unie et il allait faire en sorte que ça marche et il n’allait pas faire de différence, juste les aimer pour ce qu’ils étaient ou seront tous : ses enfants.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyVen 4 Fév - 21:36


Elle essaya de ne pas paniquer, de soutenir son regard quand il parla d’avenir et de famille. Elle qui ne voulait même pas penser à la fin de sa grossesse, imaginer ses enfants autour d’un bébé lui donnait un peu le tournis. Elle avait toujours rêvé d’avoir cinq enfants, sa grande famille à elle. Elle avait grandi dans un monde d’adulte, sans frère ni sœur pour faire face à sa mère où ses grands parents. Elle s’était toujours promis que ses enfants connaissent exactement le contraire. Cinq lui avait toujours paru un bon nombre, depuis ses quatorze ans, c’est le ‘but’ qu’elle s’était fixé. Après les jumeaux, ça avait été clair et net dans sa tête, elle n’aurait plus jamais d’enfant de voix naturelle. Le stresse, la peur, c’était trop pour elle, vraiment. Mais ça ne l’avait pas empêché de vouloir agrandir sa famille. Elle c’était tourné vers l’adoption, demandant à Pedro de la suivre, même s’ils n’étaient pas ensemble, même si ça pouvait paraitre ‘bizarre ’ aux yeux des autres, c’était le seul qu’elle arrivait à faire pleinement confiance avec ses enfants, elle n’aurait pas choisi personne d’autre. C’était pour ça qu’elle avait fait une croix sur le cinquième. Un autre enfant, d’un autre père lui paraissait impossible. Mais maintenant ils étaient ensemble, elle savait que c’était pour de bon, mais elle n’avait jamais pensé. . . Ses cinq enfants, comme elle l’avait toujours voulue. Plus deux autres qui n’étaient pas ‘a elle’ mais qu’elle aimerait tout autant de toute façon. C’est sûr que sous cet angle, tout de suite, c’était plus invitant. Et elle comprenait que Pedro s’emballe autant rapidement, c’était un futur heureux, stable, bruyant oui, mais vivant. Le futur ne lui faisait pas peur, c’était le présent, qui l’inquiétait. Elle trouva quand même la force de sourire. « Notre F…? » Elle prit la main de Pedro, celle qu’elle serrait toujours dans la sienne et la déposa sur son ventre. Elle releva la tête pour le regarder dans les yeux. « Notre quoi exactement? » Et elle eut le déclic. Exactement pour les jumeaux, quand elle avait réalisé quelques heures plus tard. Elle sut que c’était définitivement trop tard, peu importe ce qui grandissait dans son ventre, il ou elle avait déjà place dans sa famille. Elle allait avoir du chemin a faire, elle allait devoir apprendre à vivre aux jours le jour à arrêter de se stresser, à faire confiance aux autres, à arrêter de prendre tout sur ses épaules. Elle allait devoir relaxer encore plus, pas que sa vie était intensément dure, mais elle avait toujours tendance à se la compliquer d’une manière ou d’une autre, de s’enivrer dans les problèmes de ses proches, etc. Elle allait devoir prendre un peu de recul et rester loin des problèmes en général, elle ne voulait aucun stress, elle voulait une grossesse parfaite. Elle baissa les yeux et regarda son nombril. Elle voulait que cette petite chose se sente en sécurité déjà. Oui, elle avait plus le choix, un jour à la fois à se concentrer sur sa famille, sur chacun de ses enfants. Elle n’était toujours pas calmée, elle avait peur, vraiment, mais l’image de la famille qu’il allait former un jour faisait son travail. Tout en continuant de tenir sa main contre son ventre, elle se pencha pour l’embrasser, longtemps. Elle compensait pour les quatre derniers jours, pour l’avoir fait paniquer, pour les jours qui allaient venir où elle serait insupportable. « Je t’aime. Je sais qu’on va y arriver. Mais tranquillement okay? Je veux dire, oublie, on ne peinture aucune chambre demain. »

outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyDim 6 Fév - 11:41

Pedro sourit quand elle déposa sa main sur son ventre. Pour l’instant il ne sentait rien, mais dans les mois à venir, l’enfant allait bouger, donner des coups, il pourrait réellement le sentir, il se réjouissait déjà de ça, de pouvoir passer sa main sur le ventre de Fee & sentir que la vie de leur enfant se développait à l’intérieure. Mais il voulait bien tout faire. Être un réel appui, il voulait être là, protéger cet enfant encore mieux que les jumeaux. Maintenant, il savait ce que c’était qu’être père, il connaissait mieux le rôle, il savait mieux comment agir. Il était un super papy comme on disait par chez lui, il connaissait tous les Disney mieux que quiconque, pour les chansons, il avait un peu de mal, mais si on lui demandait en espagnol, il les faisait sans soucis, il savait changer une couche en moins de deux minutes, il connaissait les préférences de ses bébés. Sofia & Sirius aimait les choses tièdes, limites froide alors que James ne touchait plus à son biberon si celui-ci devait froid, Diego ne supportait pas qu’on mélange les aliments, tout avait sa place, la viande devait être à droite, le reste à gauche sans jamais pouvoir se toucher. James préférait se laver le soir, le matin, ça le mettait de mauvaise humeur, il n’aimait pas qu’on le berce avant de dormir, il préférait qu’on le dépose dans son lit et qu’on lui caresse le dos jusqu’à s’endormir… Diego voulait une histoire, sans histoire, il refusait de dormir. Sirius & Sofia aimait être bercé ou qu’on leur chante une chanson, ils en avaient besoin pour dormir tranquillement. Il savait comprendre les envies de ses enfants juste en entendant leurs pleurs. Il savait s’adapter, et il le ferait pour ses nouveaux enfants ainsi que ce futur bébé. Il s’adapterait et il serait tellement heureux.

La famille idéale qu’il avait toujours voulu lui tendait les bras et il l’acceptait avec joie et impatience. Quand Fee voulu savoir de quoi il parlait, il sourit « Ne panique pas… mais j’aimerais une fille, j’ai beaucoup de fils… j’aimerais une petite blonde aux yeux bleus, avec un caractère de cochon qui ferait tourner la tête des garçons… mais qui refuserait les avances de quiconque jusqu’à au moins… ses 50 ans me semble encore raisonnable », Pedro pouvait se l’imaginer. Ressemblant à Sofia, sa princesse, il voulait des mini-Fee mais il voulait pouvoir se reconnaître dans les traits de sa fille. Comme pour Sofia qui avait ses fossettes quand elle souriait, c’était des petits détails, mais il les aimait parce que ses enfants étaient un réel mélange des deux. Tout comme en Diego il reconnaissait les traits de Rosa & tout comme en James, il revoyait avec nostalgie et tristesse des traits de Juliet.

Finalement, la blonde se pencha sur lui pour l’embrasser, il poussa un grognement de satisfaction, il retrouvait sa Fee, celle qu’il connaissait, celle qu’il aimait plus que tout, celle qui s’ouvrait à lui et ça lui faisait du bien. Il approfondit le baiser tout en caressant son ventre. Il passa sa main sous son haut pour avoir un contact directe avec sa peau, la sous ses doigts se développait son dernier petit prince ou princesse. L’être qui allait compléter le tableau parfait de son enfance.

Quand ils se séparèrent finalement, Fee reprit la parole, Pedro éclata de rire, ses yeux brillaient d’excitation, il avait hâte de pouvoir faire ça, peindre, construire son lit, acheter ses vêtements, il se réjouissait de pouvoir chercher le prénom de cet enfant et aussi l’annoncer à ses proches. A sa sœur avant tout, Milena, mais aussi aux autres, Juan, Loyce, Pete, Melo la mama crevette, Shan. Il voulait aussi le dire à ses enfants, qu’ils se réjouissent aussi avec eux. Pedro avait encore en tête la dernière fois où Sirius avait vu Shey, il avait été tellement curieux de son gros ventre qu’il avait tendu les bras vers elle pour pouvoir déposer sa tête sur le ventre de la marraine de James. Diego avait demandé quand le bébé allait la faire exploser… il sourit, ses enfants comprendraient, ils voulaient qu’ils se réjouissent aussi d’accueillir le benjamin de leur grande famille. « D’accord, pas demain, il faut connaître son sexe de toute façon. Elle a quel âge à ton avis… Ou il peut-être… » corrigea-t-il avec ennui, il était sûr que c’était une fille. Comme il avait été sûr que les jumeaux étaient un garçon & une fille. Comme il avait su que James serait un garçon. Son instinct ne l’avait pas trompé jusqu’à présent, alors il avait confiance, ce serait une fille. « On devra prendre rendez-vous chez le gynécologue, on ira ensemble ! » s'enthousiasma Pedro, il avait manqué les premières échographies des jumeaux, il ne voulait plus le faire. Être là du début à la fin. Pour leur enfant.

Il se pencha vers elle pour l’embrasser de nouveau. Elle lui offrait ce qu’il avait toujours rêvé, Fee le rendait heureux comme personne n’avait pu le faire. Elle & lui et ses 7 enfants. Le futur qui s’annonçait, il l’attendait les bras ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyMar 8 Fév - 0:29


Naitre un homme dans sa famille était une bénédiction. Quand on était un garçon, on avait la belle vie, on faisait ce qu’on voulait, voyait qui on voulait, avait les notes qu’on voulait à une seule condition ; qu’on finisse tôt ou tard par faire des études en économie, en buisness ou en loi. On ne vous demandait pas de travailler après non. Simplement avoir de quoi à accrocher sur les murs. Par contre, quand on naissait une file. L’éducation était rigide. Pensionnats, danse, langues, maintien, discipline, bonne manière. Fee avait déjà eu des cours sur le bon comportement à avoir quand quelqu’un vous donnait un cadeau, et ce, dans tous les pays et coutume du monde. Elle devait apprendre dès le plus jeune âge à tenir une maison, à organiser des soirées mondaines les yeux fermés, elles devaient se découvrir un talent pour pouvoir entretenir ses inviteurs, elles devaient être intelligentes pour pouvoir faire la conversation à leurs maris, riche, puissant, plus important qu’elle. Elles devaient apprendre à être obéissantes et discrette. À ne jamais sortir des lignes et toujours avoir trois longueurs d’avance sur ce qu’on attendait elle. C’était pitoyable. À chaque fois que Fee parlait de ses cours, de son éducation, les gens la dévisageaient et lui demandait si elle n’était tout simplement pas sortie d’un roman de Jane Austen. Mais c’était les valeurs chez elles et elle devait avouée que quelque une des choses qu’elle avait apprises plus jeune lui était encore utile. Mais le plus important c’était que les filles, peu importe le nombre de garçons, nés avant elle, était toujours un certain ‘désappointement ’, elle était secondaire, elle était à marier. C’est pour ça qu’elle sourit quand Pedro lui dit qu’il en voulait une troisième. Ce n’était pas le genre de remarque qu’elle s’attendait à avoir un jour. « 50 ans ? T’n’exagères pas un peu? 35 ans c’est bien assez pour moi! Je croyais que tu voulais des petits enfants! Et puis quant à *ton* caractère de cochon, je suis à peu près certaine que tous tes enfants vont en hériter! » Mais c’est vrai qu’il y avait beaucoup de garçons dans la maison, même en comptant la fillette qu’ils allaient bientôt adopter, les garçons étaient toujours en supériorité numérique. Fee ne voulait même pas imaginer le moment où ils enteraient tout dans l’adolescence. « D’accord. Je te promets une fille. » C’était stupide, elle n’avait aucun contrôle sur ce qui grandissait déjà en elle, mais tant pis. On verrait bien et puis, elle savait que même si c’était un garçon, ils ne seraient pas vraiment déçus. Un fils gay peut-être? Pour qu’elle reste toujours la seule femme dans sa vie! Ça serait pas mal ça… « Je crois que je suis environ à 7 semaines, c’est ce que j’ai calculé ce matin…. Eh oui, je vais prendre rendez-vous chez le médecin. T’inquiète pas. » Quand Pedro l’embrassa de nouveau, elle s’accrocha à son cou et ne le lâcha pas. Elle resta lovée contre lui un moment, s’imprégnant du calme et du silence de la maison. Ils devaient donner une vue assez étrange quand même, tous les deux en plein milieu du couloir, mais tant pis. Elle avait l’impression que ça faisait des semaines qu’elle ne l’avait pas vue seule et c’était de sa faute. « On n’en parle pas trop aux autres encore okay? Enfin, Lena est au courant… et je vais devoir en parler à Ambre. Puis Melody… Mais je voudrais pas trop que ça s’effrite, pas tout de suite, pas avant trois mois… » Le souvenir de la fausse couche de sa sœur était encore frais dans sa mémoire. Elle n’avait pas envie d’y penser, elle était déjà assez stressée comme ça, mais elle ne pouvait pas totalement l’oublier non plus. Mais bon, tout se passerait bien…

outfit HERE


Dernière édition par Felicity Autumn Doyle le Jeu 10 Fév - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyMer 9 Fév - 21:31

Pedro n’avait jamais ressenti l’obligation de faire des garçons pour que son nom perdure, il n’a jamais voulu ne mettre au monde qu’un seul héritier de toute façon. Plus jeune, il s’était juré d’avoir une grande famille. Filles comme garçons. Et il s’en fichait d’avoir un « héritier », son père lui y tenait, son grand-père aussi en un sens. Pedro n’avait jamais ressenti ce besoin viscéral d’avoir un fils à tout prix pour qu’il devienne son héritier. Une fille, un garçon, ça n’aurait rien changé à son bonheur. Et bien que ses « pères » soient tout aussi macho que lui, ils avaient été plus fiers d’annoncer la naissance de Sofia que de Sirius. Sofia était le nom de la femme de Diego, et le nom de la mère d’Alejandro, et ils se sont découvert un instinct protecteur pour la petite presque aussi profond que Pedro lui-même. Elle était la petite princesse. Cela dit, ça ne voulait pas dire que Pedro n’était pas fier d’avoir Diego en aîné de sa lignée, cet enfant était tellement affectueux, courageux et volontaire, il avait la tête sur les épaules et surtout un prénom qui rendait l’argentin nostalgique.

Tout ce qu’il souhaitait, c’était que ses enfants soient heureux, biens dans leurs peaux et aussi ouverts aux autres, il voulait leur enseigner à faire don de soi et qu’ils aient un sens de la justice rapidement aiguisé pour tenter d’aider les autres. Pedro était conscient que le luxe dans lequel ils allaient grandir pourraient les rendre imbus d’eux-mêmes, alors il comptait bien avoir des démarches avec eux afin d’aider les plus humbles et les plus défavorisés en faisant intervenir ses enfants.

Sa petite dernière serait comme ses frères et sœurs… sauf qu’il pourrait encore plus longtemps veiller sur elle. C’était comme ça qu’il voyait les choses. « 50 ans ? T’n’exagères pas un peu? 35 ans c’est bien assez pour moi! Je croyais que tu voulais des petits enfants! Et puis quant à *ton* caractère de cochon, je suis à peu près certaine que tous tes enfants vont en hériter! » Pedro grogna il était loin d’être d’accord. « Je suis désolé de te le dire, mais sache que ma benjamine ne me quittera pas avant ses 50 ans ! Et oui, je veux des petits-enfants, mais j’aurais 6 autres enfants pour m’en faire ! Mon bébé je voudrais le garder le plus longtemps possible rien qu’à moi ! » il croisa les bras sur son torse, il voulait des petits-enfants… mais ses filles… chacune d’entre elles… c’était ses princesses à lui et l’idée qu’un homme les salisse un jour… il faudrait qu’on l’arrête avant qu’il les étripe. Tous. « Et je n’ai pas un caractère de cochon ! Tu as un caractère de cochon ! Moi je suis juste un tout petit peu possessif… mais ça se voit à peine ! » il l’attira à lui pour l’embrasser profondément.

Fee était à lui et le fait qu’elle soit si éloignée l’avait tué. Sa main se déposa possessivement dans sa nuque, là où son tatouage indiquait qu’elle était sienne, sa main glissa alors sur un de ses seins avant d’atteindre son ventre. Quand il s’éloigna souriant, elle lui promit une fille. Ses yeux brillèrent. C’était absurde, complètement, ils ne pouvaient pas décider. Mais le fait qu’elle lui dise lui faisait plaisir. Peu importe le sexe, si c’était leur enfant à lui et à Fee s’était ce qui comptait vraiment. Ça et que l’enfant soit en bonne santé.

Quand elle lui dit qu’elle devait être enceinte de 7 semaines, il se rappela qu’ils étaient encore en vacance ou quelque chose comme ça. Là où elle se faisait appeler Mme De la Vega, il sourit, son cœur se gonfla. Sa Mme De la Vega, sa femme, sa Fee… bientôt. Avant la naissance de sa dernière, il se le promit.

« On n’en parle pas trop aux autres encore okay? Enfin, Lena est au courant… et je vais devoir en parler à Ambre. Puis Melody… Mais je voudrais pas trop que ça s’effrite, pas tout de suite, pas avant trois mois… » Pedro tenta de cacher sa déception, si ça ne comptait qu’à lui, il l’aurait dit à tout le monde. A Juan, Shan, Loyce, Pete, ses employés, l’homme qui lui vendait son journal, la petite vieille qui le jugeait toujours du regard quand elle voyait toujours qu’il avait autant d’enfants avec autant de femmes différentes. Le professeur d’anglais de son fils, son institutrice… la liste était vraiment longue. Il voulait le dire au monde. D’ici cette fin d’année, il aurait un nouvel enfant. Il éclata de rire, joyeux « Ce que tu veux amour ! Je me réjouis ! J’ai tellement hâte ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyJeu 10 Fév - 21:11


Sofia était féminine, calme et douce. Elle se montrait capricieuse et impatiente, mais moins que son frère, elle aimait que les choses soient faites à sa façon, elle avait sa routine du matin et du soir, pour la changer, pour son bain ou pour l’habiller, tout devait être dans un ordre précis. Fee devait lui chanter telle chanson un telle nombre de fois avant qu’elle s’endorme. Mais elle était toujours souriante et cherchait toujours un contact avec quelqu’un, le plus souvent son frère, elle détestait être laissée seule. Sirius était affectueuse et réveiller, il pouvait avoir un sal caractère c’est vrai, il était aussi capricieux et possessif que sa sœur, il n’aimait pas qu’on touche à ses affaires et encore moins à Sofia, il chignait même quand Fee ou Pedro amenait la petite dans une autre pièce ou loin de leurs jeux. Il avait ses jouets et ses affaires et voulait rarement partager et malheur à celui qui essayait de lui faire prendre un bain s’il n’était pas d’humeur. Elle sourit, ses enfants avaient que neuf mois et leurs personnalités se définissaient de jour en jours. C’est vrai qu’elle avait envie de vivre ça… Elle éclate de rire quand Pedro croisa les bras sur sa poitrine. « Mon dieu, je n’ai pas cinq, mais six bébés. Tu sais que ta benjamine, elle n’aura même pas deux ans de différence avec Sirius et Sofia, d’après moi, tu ne pourras pas la garder plus longtemps que les autres. Désolé bébé.» Elle lui ébouriffa les cheveux affectueusement avant qu’il l’embrasse. Quand ils se séparent, elle le regarda avec un sourire en coin. « À peine oui. » Ils étaient tellement pas possessif un envers l’autre que même longtemps avant d’être ensembles, alors qu’ils voyaient quelqu’un d’autre, ils c’étaient fait tatoué leurs noms sur le corps. Elle qui avait toujours trouvé ridicule de se faire tatouer le nom de quelqu’un d’autre, elle n’avait même pas hésité une seconde et ça lui avait paru plus que normal. Le tatoueur avait émis quelque d’autres, mais rien qui lui avait fait refuser sa liasse de biais. Les seuls autres prénoms qu’elle avait sur son corps étaient ceux de Sirius et Sofia, dans l’intérieur de son poignet, elle devra penser à rajouter les autres plus tard. « Pardon, je sais que sa vas être dure pour toi » elle leva les yeux aux ciels. « Tu peux quand même le dire à des gens ein, justes, pas dans la presse quoi…’fin, juste les proches quoi. De toute façon, pour le genre de remarque que ça va amener. » Elle sourit amèrement. C’était en partie pourquoi elle ne voulait pas trop s’afficher non plus, elle devait s’habituer en premiers lieux avant qu’on vienne ternir son bonheur avec des remarques stupides et désagréables. Les gens, avaient c’était déjà montrer stupide lors de sa première grossesse, elle voulait même pas imaginer les horreurs qu’elle allait entendre. Elle secoua la tête et serra son étreinte autour de Pedro. « Je suis désolé, pour les derniers jours et pour aujourd’hui, j’aurais pu répondre, à tes messages j’avoue.. »

outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptySam 12 Fév - 12:36

Pedro savait qu’il agissait parfois comme un gamin avec Fee… mais elle n’était tellement pas mieux qu’elle n’avait rien à dire sur son comportement. Quand Fee était avec Lena ou même parfois avec Ambre, elle se lâchait complètement et ressemblait plus à des adolescentes qu’à des jeunes mamans. Dans le fond, Pedro n’y portait pas d’importance, elles avaient le droit de s’amuser et de délirer, elles avaient le droit encore de sortir. Pedro n’avait jamais compris ces familles qui dès qu’ils avaient un enfant arrêtait presque complètement de vivre.

La famille était importante, ça il n’en démordrait pas, cela dit, il fallait faire la part des choses et savoir consacrer du temps à sa personne et à son couple pour continuer de s’épanouir et pas juste être un « parent ». Et du temps pour son couple, Pedro essayait toujours d’en avoir. Il aimait les moments où il pouvait être seul avec Fee, quand les enfants dormaient, ils parlaient librement, regardaient un film, s’amusaient comme des ado qui découvraient les joies du sexe aussi. Leur couple était sérieux même s’ils n’agissaient pas toujours comme tels. « Ne m’enlève pas si tôt ma princesse qui n’est pas encore née ! J’aimerais qu’elle reste le plus longtemps possible avec nous. Comme les autres en fait. Mais bon… je ne veux pas trop les étouffer non plus… » finit par avouer Pedro. Le départ de ses enfants… il grimaça, ce n’était pas encore pour tout de suite.

Ils étaient tous si petits. Diego apprenait à faire ses lacets en ce moment. Sirius était passionné par ses pieds, Sofia gigotait dès qu’elle entendait un peu de musique et James essayait de se assis sans aide mais il glissait sans cesse. Ses bébés encore si jeunes. Ils avaient leur petit caractère déjà qui se développait. Sofia était exigeante, Sirius capricieux, Diego était bosseur et très intransigeant envers lui-même, James aimait qu’on lui lise des histoires ou qu’on lui chante n’importe quoi, ils avaient la fibre plus artistique, Pedro en était sûr. Chaque jours, il en apprenait plus sur leur personnalité qui se dessinait un peu plus précisément. Et il avait hâte de découvrir ses deux autres enfants, découvrir leur façon de fonctionner, prendre le temps de bien le faire.

« Tu peux quand même le dire à des gens ein, justes, pas dans la presse quoi…’fin, juste les proches quoi. De toute façon, pour le genre de remarque que ça va amener. » Pedro fronça aussi tôt les sourcils. Si jamais quelqu’un critiquait sa famille… « Je ne laisserais personne dire du mal de mon enfant ou de ma femme ! Je ne laisserais personne critiquer ouvertement ce à quoi je tiens le plus ! » répondit énergiquement Pedro.

Il n’allait pas laisser des inconnus ou des gens sans importance entacher leur bonheur sous prétexte de jalousie ou autre. Ils avaient une fonction étrange de fonctionner. Mais il était hors de question pour lui qu’on dise du mal d’eux devant Pedro sans qu’il réagisse au quart de tour. Il avait toujours eu le sang chaud de toute façon et il n’avait jamais hésité à lever les poings quand il jugeait la cause juste.

« Je suis désolé, pour les derniers jours et pour aujourd’hui, j’aurais pu répondre, à tes messages j’avoue.. » le brun tourna la tête désagréablement, il avait oublié ce passage… mais c’est vrai que ça l’avait vraiment fait chier sur le coup. Il était passé dans tellement d’humeur différente en si peu de temps. « Ne le fais plus. » c’était tout ce que Pedro voulait, il s’était senti tellement mal d’avoir été ainsi ignorer sans en connaître la cause, il avait repassé les jours avant au peigne fin, réfléchissant à l’éventualité d’avoir oublié quelque chose… « Ne me cache plus quand tu as peur de quoique se soit Fee… je préfère m’inquiéter avec toi plutôt qu’ignorer ce qu’il se passe… »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. EmptyMar 15 Fév - 17:36


Quand elle était tombée enceinte la première fois, les gens lui avaient d’abord reproché d’être célibataire. De ne pas savoir immédiatement qui était le père de l’enfant (excuser là si elle n’a jamais vécus dans un couvent.), d’habiter seule, d’avoir vingt-deux ans. Ensuite elle avait eu le droit au reproche parceque’elle n’était pas avec Pedro, qu’elle doive se mettre avec le père de ses enfants ou encore que c’était malsain de vivre dans la même maison sans être ensemble, etc., etc., etc. Elles les avaient tous entendus, les conneries que les gens pouvaient imaginer étaient vraiment surprenantes. Elle avait toujours, et continuerais toujours de dire que sa la dérangeait pas, que les gens pouvaient bien dire ce qu’ils voulaient, mais en fait, elle avait souvent une envie pressante de leurs foutres des baffes pour qu’ils se taisent, surtout quand les remarques se voulaient d’un proche. Certes, certains passaient des commentaires ‘pour rire’, mais ça avait le don de l’énerver vraiment. Et là, là, elle s’entendait à tout. Du ‘Oh, qui est le père?’ à ‘Wow, encore?’ en passant par ‘Vous, ne connaissez pas Durex?’ . Elle grogna de colère juste y penser. Elle essaya quand même de sourire quand Pedro lui dit qu’il ne les laissera pas faire. Mais elle savait que ça allait arriver quand même, coup de poing au nez ou pas. Et au pire, si elle ça faisait que l’énerver, c’était pas bien grave, ce qu’elle ne souhaitait vraiment pas, c’était que Diego ou un autre de ses enfants entendre ce que les gens avait à dire. Elle hocha des épaules légèrement, elle savait que ça serait inévitable de toute façon. Et puis, elle baissa les yeux aux sols, elle se sentait vraiment mal face à l’attitude qu’elle avait eue les derniers jours, mais sur le coup, ça lui avait apparu la seule solution envisageable. Ses bébés l’avaient retenue, sinon elle aurait probablement pris une chambre d’hôtel quelque part, le temps de s’inquiéter, seule. C’était son genre. Ce n’était pas la première fois qu’elle l’aurait fait. Éviter un conflit, ou éviter de parler d’un conflit, en se cachant dans une chambre d’hôtel jusqu’à ce que le nuage passe était l’une de ses spécialités. L’une des nombreuses réactions immatures qu’elle avait. Elle savait que c’était stupide et qu’elle ne pourra pas éternellement continuer à agir comme ça, mais elle préférait tout de même ça qu’a inquitier tout son monde ou bien se prendre la tête et se blesser inutilement. Mais elle releva la tête et vu qu’elle l’avait vraiment blesser. Son cœur se serra sur le coup et elle passa ses doigts sur sa joue avant de l’embrasser sur la mâchoire. « Promis. » Elle allait essayer, c’est le moins qu’elle pouvait faire. Se comporter en adulte, en mère, en femme, elle n’avait plus vraiment le choix. Non, elle n’allait pas arrêter de regarder Aladdin tous les week-ends ou sauter sur le fauteuil du salon devant un épisode de Doctor Who, mais elle allait faire attention. Parce que c’était sérieux maintenant, qu’elle n’était plus seule et qu’elle aimait vraiment Pedro et qu’elle s’en voulait pour ses bêtises. Elle embrassa Pedro encore une fois avant de se lever et tendre la main. « Tu viens? La princesse et moi on est fatiguée.. »



outfit HERE
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poussière d'ange. Poussière d'ange. Empty

Revenir en haut Aller en bas

Poussière d'ange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-