It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne EmptyJeu 3 Sep - 14:05

    Une petite fille dans un parc, des vieux bâtiments d'Harlem autours, elle cri son nom, l'appelle pour qu'il vienne jouer avec elle. Puis plus rien. Santiago ouvre les yeux, gêné par le soleil passant à travers les stores. Se planquant sous son oreiller quelques secondes Santi tenta de se rendormir mais c'était peine perdue. Son téléphone le secoua bien vite.

    « Allo... hmm...hmm...Comment ça annulé? Ils peuvent pas m'annuler un contrat une semaine avant le début. Mais Phill !! Non je n'ai rien d'autre, c'était l'affaire du siècle, on peut pas les laisser faire!! rappelle moi dès que t'en sais plus. Ouais, merci... Salut. »

    Quel bon début de journée! Le People Magazine venait d'annuler son contrat pour des raisons incompréhensible et certainement non valable. Santi était mannequin depuis maintenant quelques années, il s'était vite rendu compte qu'en Amérique ce genre de carrière marchait très bien, du moins la plupart du temps. Ça n'avait jamais été un don où une passion depuis tout petit que de poser pour des magazines ou pour des publicités, mais au final il se plaisait plutôt bien dans ce qu'il faisait, il s'était rapidement fait à ce mode de vie, rencontrer du beau monde, élargir ses contacts dans tous les Etats Unis, voyager, tout ça était tellement différent de ce qu'il avait vécu avant.

    Le jeune péruvien se leva et traversa le vaste appartement qu'il habitait avec Dominic. Feuilletant le courrier sur la table tout en buvant une tasse de café, il remarqua une lettre tout droit venu du Mexique. Des nouvelles de la famille Garcia qui l'avait gentiment adopté et trouvé un travail après son accident. Le padre restait distant dans ses mots mais demandait de l'aide financière à Santi pour payer les frais hospitalier de sa femme. Comme d'habitude Santiago enverrait de l'argent. Il fila sous la douche alors que son téléphone sonna quelques minutes plus tard. Quelle coïncidence! Santi sorti de la douche comme un dératé avec encore du shampoing sur la tête, il attrapa une serviette qu'il enroula autours de sa taille et couru jusqu'au salon pour tenter de décrocher à temps. C'était sans compter la présence d'un intrus dans l'appartement, qui plus est, féminin. Son pied encore mouillé glissa et tout son corps perdit lamentablement l'équilibre face à la jeune femme aussi surprise que lui. Étalé par terre il secoua la tête, Aurlanne Lawrens! C'était sans doute la dernière personne qu'il aurait cru voir ici, mais après tout c'était NY, tout est possible à New York!
    Aurlanne c'était toute fois pas n'importe qui, sans compter cet interview totalement raté, elle avait été 6 ans auparavant une illusion de l'amour. Une vraie américaine superficielle jusqu'au bout du cœur. Ce genre de fille qui te font croire tout ce dont tu rêves. Bref c'était pas le moment de la regarder de la sorte, il n'était pas en position... vraiment pas pour le coup. Santi se releva et essuya le shampoing de ses yeux d'un geste.

    « Qu'est ce que tu fais là?... Comment t'es rentré déjà?! » Sans le vouloir il venait de la tutoyer, de lui parler comme s'ils se connaissaient déjà, ce qui était le cas, mais lors de l'interview aucun d'entre eux n'avaient manifesté un quelconque intérêt à l'autre. Belle comédie!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne EmptyDim 6 Sep - 13:53

    Une journée ordinaire dans la vie de la jeune Lawrens. Sa vie avait un goût de déjà vu : 8 h 10, accompagnement de Luka à l’école. 8 h 15, déchirement de ne pas consacrer plus de temps à son fils en devant se rendre à Times Squares, siège de Vogue. 8 h 18, la même vieille qui sort ses deux yorkshires. 8 h 20, le couple de quarantenaire qui fait son petit footing en plein cœur de New York tous les matins. 8 h 25, premier saut au Starbucks Coffee, mêmes rituels, même serveur, mêmes conversations, même commande, mêmes clients aux mêmes heures. 8 h 32, premier appel de son assistante pour lui dresser « l’état » de sa journée. Et là… Ras le bol ! A 9 heures, elle devait se rendre dans les locaux de Vogue pour préparer son compte rendu avec son assistante pour exposer par la suite les futurs sujets de ses chroniques à la rédactrice en chef lors d’une réunion… Pourtant, aujourd’hui, elle avait besoin de bousculer son quotidien. La brunette décala son rendez-vous pour avoir la matinée de libre et ainsi vaquer à des occupations moins monotones, moins routinières.

    Dans un premier temps, Aurlanne se décida à se rendre à Manhattan Valley au quartier résidentiel de Dominic. Depuis les règlements de compte passés avec Isis et Guilde, la chroniqueuse n’avait guère eu la moindre explication avec l’agent du FBI. D’un côté, elle s’en voulait d’avoir en quelque sorte remué le couteau dans la plaie. C’est ainsi qu’elle arriva devant la porte de son appartement, boissons chaudes et croissants à la main dans l’espoir de passer un petit moment avec Dominic. Alors que l’italienne s’apprêtait à sonner, elle se contenta de pousser légèrement la porte entrouverte.

      « Dominic ?! »


    Aucune réponse. Il devait très certainement prendre sa douche compte tenu des bruits perceptibles. Aurlanne prenait ses aises dans l’appartement qu’elle connaissait fort bien pour toutes les soirées passées. Elle avait totalement oublié le fait que son ami partageait l’endroit avec un nouveau colocataire. Ce dernier fit son apparition remarquée à la suite de la sonnerie du portable d’Aur’, sûrement pensait-il qu’il s’agissait de son propre téléphone. La brunette fut surprise de se retrouver face au jeune mannequin à moitié dénudé et en mauvaise posture. Elle ne dissimula guère un petit sourire moqueur en le voyant ainsi. Depuis deux mois, Aurlanne tentait par tous les moyens de le nuire sans pour autant qu’il s’en rende réellement compte… Mettant ça sur le compte de la « mauvaise chance ».
    Alors qu’il l’interpella en la tutoyant, la chroniqueuse leva son index comme si elle souhaitait lui dire « une minute ! Mon appel passe avant ! ».

      « Oui ? Tout est réglé, je savais que je pouvais compter sur toi… De quoi Phil ? Son agent ? Quel agent ?... Ah d’accord ! Je te conseille Lorenzo, il est typé et parfait pour cette séance photo. Je suis persuadée qu’il a de l’avenir et je trouve qu’il représente bien le magazine… En tout cas, merci, Maé ! Je t’appelle tout à l’heure, je peux pas trop te parler… Bisous ! »


    Aurlanne avait le bras long lorsqu’il s’agissait du milieu de la mode à New York. Au fil des mois, elle était parvenue à se faire un nom et un sacré carnet d’adresse dans la profession. Elle n’était pas en mesure de détruire une carrière, loin de là… Mais elle pouvait au moins annuler une séance photo ou ébranler une réputation.
    Elle releva son regard vers Santiago, son attention était indéniablement attirée par son torse mais elle se faisait violence pour ne pas céder.

      « Vous ! » Dit-elle pour le reprendre. « On dit : qu’est-ce que vous faites là ? Aux dernières nouvelles, le vouvoiement dresse une certaine barrière entre deux personnes ! Et je souhaite la conserver. Et pour VOUS répondre, la porte était ouverte… Pas très prudent, d’ailleurs. Je constate que Dominic ne fait pas toujours les bons choix. |…| Au fait, j’ai appris pour l’annulation de votre séance, je suis vraiment désolée… Mais faut savoir que c’est très difficile de faire carrière à New York ! A votre place, je retournerai au Mexique… Je vous vois bien en pêcheur ou autre ! Je pense que ça vous conviendrait mieux… »
Revenir en haut Aller en bas

N°2 ; Appartement de Dominic & Santiago | pv. Aurlanne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-