It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyLun 3 Déc - 21:29

Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !

Être pâtissier avait l’avantage, aux yeux de Luke, de lui permettre de rentrer très tôt du travail. Bon, évidemment, il se levait la plupart du temps aux aurores, mais ça ne le dérangeait pas. Surtout quand c’était pour aller exercer sa passion. Cet après-midi-là, il devait être 14 heures quand le jeune homme poussa la porte. Les lundis étaient synonyme pour lui de départ en week-end, étant donné qu’il ne travaillait ni le mardi, ni le mercredi. Il déposa son sac bandoulière dans le mini-hall de l’appartement qu’il partageait avec Dara, Kate et Alexa, non sans avoir au préalable récupéré un paquet à l’intérieur, puis fit son apparition dans la pièce commune. Personne. En prenant la direction de la cuisine, il cria : « J’suis rentré ! », assez fort pour que les filles l’entendent, si elles étaient là. Ce n’était pas toujours le cas, et ils ne passaient pas leur temps à se surveiller les uns les autres. Il posa le paquet sur la table et jeta un regard circulaire à la pièce : propre. Plongeant le nez dans le frigo, tel un athlète dans une piscine olympique, le grand blond en ressortit une bouteille de bière, qu’il décapsula avec les dents. La capsule termina sa course dans la poubelle… parce qu’il n’aurait pas supporté de la laisser trainer. Il s’enfila une première gorgée de sa boisson favorite, rota un coup, puis attrapa un set de table qui trainait, et le rangea dans un tiroir. Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place. Maniaque, lui ? Non… juste un peu !

Le jeune homme retourna ensuite dans le salon, et s’affala sur le canapé. Toujours personne. Nouvelle gorgée d’alcool, et il posa ses pieds sur la table basse. En observant l’environnement familier autour de lui, il ne put s’empêcher de se dire qu’il était bien, ici. Luke se sentait… comme chez lui. En famille. Et, en bon papa gâteau qui se respecte, il avait ramené des petites douceurs à ses amies. Aujourd’hui, c’étaient des macarons. Son patron et lui avaient décidé de tester une nouvelle recette, et il fallait des cobayes pour voir si c’était bon ou pas. Et lui, bah… il n’aimait pas tout ce qui était sucré. Un comble, vous dites ?

Le blond se pencha en avant, posa sa bière et attrapa la télécommande, histoire de choper une chaine de mâles – sait-on jamais que Dara serait là, elle kifferait sûrement de mater un match de boxe avec lui. Il se mit à zapper, puis lança, un peu plus fort que lorsqu’il était rentré à l’appart’ : « Ho, les gonzes ! J’ai ramené des macarons ! ». L’appel de la bouffe, ça ne loupait jamais, avec ces trois-là. Et en effet, quelques secondes plus tard, il entendit une porte grincer. Sans même regarder de qui il s’agissait, il précisa : « Macarons coco / curry ! ». En reposant la télécommande à côté de lui, il tourna la tête vers la nouvelle venue et lui sourit.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyLun 3 Déc - 22:12

    Bang.

    La porte qui tombe. Les mots qui s'allongent. Le regard profond de cet homme face à toi, ne laisse aucun doute quant à ce qu'il va t'arriver dans environ six à dix secondes. Face à lui, elle t'observe, apeurée. Mais c'est tous les weeks end comme ça. Quand tu dois affronter le regard provocateur d'un père qui n'existe déjà plus. Il se tient là, campé sur ses pieds, les bras croisés. Ses paluches ont largement deux fois la taille de ta joue. Tu y a déjà goûté, tu sais à quoi ça ressemble, une mandale d'Eric Kelton.

    - Pourquoi il faut toujours que tu viennes faire chier le week end, Dara ?

    - J'viens pas pour toi, je viens pour maman. On va aller faire un peu de shopping.

    - T'emmènera ta mère nulle part, t'as compris ?"

    Le ton se fait menaçant, mais tu ne plie pas face à ce regard autoritaire.
    Cinq.

    "C'est moi qui payerai. Elle a besoin de sortir. Tu vois pas qu'elle est fatiguée ?"

    Quatre.
    "Jamais tu dépensera un centime de ton fric pour ta mère. Ton fric de salope. Je sais comment tu la gagne, ta putain d'oseille. En trémoussant ton cul en boîte de nuit, tous les soirs."

    Trois.
    "Je suis videuse. Pas escort girl.

    - Tu sortira pas ta mère."
    Deux.
    "Et si j'obéis pas ?

    - Je te conseille même pas d'essayer de me désobéir."

    Un.
    Ultime provocation. Un sourire narquois se dessine sur tes lèvres.
    "J'vais me gêner, soiffard."
    Zéro.

    La mandale de mon père traversa ma joue. Le choc alla m'écraser sur le sol. Les coups de pied ne tardèrent pas à pleuvoir. L'avantage avec mon travail demeurait que mes ecchymoses représentaient presque un atout pour le boss ; ça montrait que je me bagarrais. S'il savait, ce con. Mais là n'était pas la question. Lorsqu'il eut assez frappé, débordé suffisamment d'injures, je finis par me relever. Jetais un regard entendu à ma mère. Nous avions assez donné pour ce salaud. Il était largement temps qu'elle se fasse plaisir. A son tour.
    Lorsqu'enfin il s'écroula sur son vieux fauteuil, vaincu par la bouteille de whiskey, nous sortîmes en silence. Magda et Zohra étaient parties avec leurs copines, aussi n'avaient-elles rien vu de la scène qui s'était passées. Mes frères avaient quitté le nid depuis longtemps, mais entretenaient ma mère, pour l'aider. Nous étions Dimanche, et je me refusais à la laisser seule avec ce poivrot, tant que je serais là. Nous avions passé l'après midi dehors. Shopping, promenade dans le parc, café à une terrasse. Je ne parlais jamais à ma mère des sujets qui fâchent. Je ne lui parlais pas de mon père. Ni de sa manière bien à elle d'éviter mon regard, lorsqu'il levait une énième fois la main sur moi. Avec elle, je parlais chiffons, recettes de cuisine, vie quotidienne. Puis nous nous séparions, tranquillement, dans une paix commune, mutuelle. J'aimais ma mère de cet amour enfantin. C'était une reine. Et elle le serait toujours. Gardée enfermée, emprisonnée, par un dragon devenu fou, imbibé d'alcool comme une vieille éponge usée.

    Je me séparais donc d'elle vers dix-huit heures, ce soir-là. Puis je passais la soirée en ville, sans rentrer dans l'appartement. Il m'arrivait de dîner avec mes collègues, avant de partir au boulot. S'ensuivit la nuit classique d'une videuse de boîte de nuit. Je faisais entrer les gens clean, viraient les présumées moches. En fait, j'avais horreur de cette manière de procéder. Je faisais entrer des vraies pétasses sous les ordres de mon boss. Elles me regardaient de haut, mais j'avais l'interdiction formelle de taper sur des filles. Pourtant ça me démangeait. Du coup, je me faisais un plaisir de démonter les mecs bourrés ensuite, qui me faisaient des avances. Toujours est-il que la soirée fut une soirée comme les autres. Vers six heures du matin, je rentrais chez moi - Enfin, chez nous - en toute discrétion. Luke était déjà parti, je supposais que les filles dormaient encore. Moi, je m'allongeais dans mon pieu, et sombrais aussitôt dans le sommeil.

    "J'SUIS RENTRE !!!"

    D'accoooord. Sympa, le réveil.
    Je me mis à grogner, puis soulevais l'oreiller pour le mettre sur ma tête. Fausse bonne idée. Aussitôt ceci fait, je réprimais un grognement de douleur. Mon visage avait gonflé pendant mon sommeil. Et je découvris de nouveaux bleus sur mon ventre, en me tortillant légèrement. Suuuuper. Encore la journée à passer à me maquiller pour effacer les traces. Mon père était vraiment un GROS connard.

    « Ho, les gonzes ! J’ai ramené des macarons ! »

    Je me redressais. Macarons ? ça ne se refusait pas, ça. Luke faisait toujours des merveilles en matière de pâtisserie. Je me levais, réprimant un grognement de douleur en étirant mes muscles douloureux, puis sortis, en slip et T shirt. Je n'avais aucune pudeur. J'étais chez moi ici. Alors si j'avais envie de sortir de ma chambre en petite culotte, je sortais en petite culotte.
    En avançant dans le salon, je fis un signe bonjouresque à mon pote, affalé sur le canapé avec sa sacro-sainte bière. Puis je me dirigeais vers la cuisine, attrapais des glaçons que je fourrais dans un sac, avant de le plaquer sans ménagement contre mon oeil. Je fus récompensée, car la fraîcheur dissipa un peu la douleur.

    Puis je retournais dans le salon, et m'affalais à côté de Luke. Je lui souris, grimaçais.

    "Tu m'as réveillée, ducon."


    J'avais la tête dans le cul. Dormir de 6 à 14h, pour moi ce n'était absolument pas suffisant. Mais bon. Lorsque son regard se dirigea vers mon oeil, je pris l'air de celle-qui-s'en-fout. J'étais rôdée pour cette grimace là. Même si lui, ça ne le trompait pas. Réflexe.

    "J'ai emmené ma mère faire du shopping hier."

    Il comprendrait très bien tout seul. Lorsque mes yeux aperçurent la boîte de macarons, je me précipitais dessus. Une odeur délicieuse flottait dans l'air. PETIT DEJEUNER ! Putain. Ils étaient délicieux. Luke était le prince des fourneaux. Un merveilleux pâtissier. Quand je pense qu'une simple religieuse m'avait faite flancher, autrefois... Autant dire qu'il n'avait rien perdu de son talent. Il en avait même gagné. Cela s'annonçait parfaitement bien. Une après midi entre potes, à bouffer des sucreries devant la téloche. Voilà qui allait me faire oublier la mésaventure de la veille. Comme à chaque fois, de toute manière.

    "Eh. Si je les bouffe tous, tu me couvre ? T'auras qu'à dire que t'as rien ramené aujourd'hui."
    dis-je avec un rire, en attrapant un second gâteau.

    Voilà. Là, j'étais à ma place.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyMar 4 Déc - 0:19


Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !.


Dara Kelton & Katrina N. Hunter & Luke G. Callahan & C. Alexa Baker



« Alors, soirée tranquille ? »

« Ouais, même les obsédés travaillent le lundi et les gens normaux ne viennent que rarement entre 21 heures et 5 heures du matin... Un jour il faudra m'expliquer la nécessité de me faire travailler la nuit du dimanche au lundi ! »

« ça te permet d'avoir deux autres nuits de libres, sans compter les après-midis. Et puis... Je t'ai rapporté du lait de poule alors que je ne suis même pas censé être là ! »

« Ce n'est pas très raisonnable au boulot tout ça. »

« Et depuis quand tu es raisonnable toi ? »

C'était la dernière phrase dont elle se souvenait. Après elle avait commencé à boire avec son collègue qui n'avait pourtant rien à faire là, puisqu'il ne travaillait pas ce jour-là. Elle se souvenait avoir servi un ou deux pervers de passage qui avaient absolument besoin d'un film pour adultes sans pouvoir attendre jusqu'au lendemain. Elle avait vendu des préservatifs à des ados aussi, des XXL, et ça avait fait beaucoup rire son collègue. Et enfin, plusieurs heures plus tard, alors qu'elle était fatiguée et légèrement imbibée, elle avait enfin pu fermer la boutique, qui serait rouverte à peine deux heures plus tard pur quelqu'un d'autre, pour rejoindre son appartement. Bien évidemment, elle avait fait attention à ne pas réveiller Kate qui devait être la seule endormie. Dara rentrai une heure plus tard et Luke était soit en train de se préparer, soit déjà parti. Ainsi, elle s'était écroulée dans son lit et s'était endormie aussitôt.

Le lendemain -ou tout du moins après sa nuit-, Alexa se réveilla à midi, avec un mal de crâne assommant. Elle avait donc pris son courage à deux mains pour se lever et prendre une longue douche revigorante. Elle avait ensuite passé un jean corail et un pull crème. Elle était encore en train de se maquiller lorsqu'elle entendit la voix familière de Luke, annonçant qu'il avait des macarons, suivit du bruit de la porte de la chambre de Dara qui s'ouvrait. Pire qu'un charognard celle-là, lorsqu'il s'agissait de pâtisserie. La rousse s'appliqua à terminer ce qu'elle avait commencé avant de rejoindre ses amis dans le salon.

Elle entendit Dara parler de sa mère en arrivant dans la pièce, alors, elle fit un arrêt près d'un tiroir qu'elle ouvrit pour prendre un tube de pommade acheté la veille. Puis, s'approchant en « mode ninja » de ses colocataires, elle écouta, amusée,, le plan machiavélique de la videuse pour s’enfiler tous ses précieux gâteaux.


« Tiens, j'ai pensé à passer à la pharmacie avant d'aller au boulot hier soir, la douleur et le gonflement partiront plus vite avec ça. » Fit-elle lorsqu'elle passa près du fauteuil,en lui tendant le tube avec un sourire. Elle n'ajouta rien sur son état. Bien sur, elle était attristée de voir son amie revenir dévisagée, mais elle savait que c'était un sujet tabou et même si ça lui coûtait beaucoup, elle respectait ça. Elle attrapa ensuite un macaron, laissant la boite dans les mains de Dara. « Et tu sais que t'es vraiment qu'une... j'ai perdu le mot là, tout de suite, mais je le retrouverais un jour, tu verras ! Laisses-en à Kate, elle ne croira jamais qu'il n'a rien ramené, il est bien trop déterminé à nous faire grossir pour ça. » Fit-elle en montrant Luke d'un signe de tête. Puis, elle déposa un bisous sur la joue non touché de Dara, en faisant bien attention de ne pas toucher un endroit qui pourrait être douloureux, avant d'aller s'installer de l'autre côté de Luke, pour ne pas être tentée de manger trop de macarons. Elle ébouriffa les cheveux du blond en lançant un « salut toi ! » enjoué.

Elle dégusta son macaron alors son biscuit avant de bailler. « Bouh, j'ai pas assez dormi ! Ça a été vous deux au boulot ? Tes macarons sont super bons Luke ! Et... C'est quoi cette chaîne pourrie ? » Demanda-t-elle. Bon, face à Luke et Dara, elle n'avait pas la moindre chance de leur faire changer de programme ou de récupérer la télécommande mais, d'après ce que l'on dit, qui ne tente rien n'a rien alors....
© B-NET


Dernière édition par C. Alexa Baker le Mar 4 Déc - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyMar 4 Déc - 0:53

Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !

Dara fit son apparition, simplement vêtue d’un tee-shirt et d’une petite culotte. Depuis qu’ils vivaient sous le même plafond – parce qu’il y avait encore des étages entre eux et le toit –, Luke avait eu le temps de s’habituer. Et puis, ça ne l’avait jamais vraiment choqué. C’était autre chose que les tampons dans la poubelle de la salle de bain. Là… il y avait de quoi le débecter sévère. Bref, la jolie métisse lui fit un signe de la main, sans dire un mot. Oups. Il avait dû la réveiller. Elle s’éloigna vers la cuisine, sans doute à la recherche de la boîte de macarons laissée par son colocataire pâtissier. Et, bingo : quand elle revint, elle tenait effectivement la boîte… ainsi qu’une poche de glace, écrasée sur son œil. Luke fronça légèrement un sourcil. D’accord, depuis le temps, le jeune homme avait eu le temps de s’habituer aux coups que se ramassaient Dara par son père. Et pourtant, ça lui faisait à chaque fois le même effet. Une espèce de boule se formait dans sa gorge, et il avait envie de défoncer la gueule de ce connard d’alcoolique. Sauf qu’il ne le faisait jamais, parce que Dara aimait son bourreau, et parce qu’elle ne le lui avait jamais demandé de se mêler de ça. Du coup, il se contentait de son rôle de confident quand son amie en ressentait le besoin. « Tu m'as réveillée, ducon » marmonna-t-elle en s’écrasant sur le canapé, à côté du brun. Il ne répondit pas, se contentant de poser son regard noisette sur la poche de glace. Et ça devait se lire à sa tête qu’il n’appréciait pas, évidemment. « J'ai emmené ma mère faire du shopping hier » l’informa son amie, comme pour confirmer l’origine de son œil au beurre noir.

Luke attendit quelques secondes, mais elle n’ajouta rien. Elle ne voulait pas en parler aujourd’hui. Respectant son choix, le blond désigna alors la boîte de macarons du menton. « Allez, goûte-moi ça » fit-il, un léger sourire aux lèvres. Comme d’habitude, il lui faudrait quelques minutes pour se remettre des sentiments de haine qui lui harnachaient les veines. Dara se pencha et en attrapa un, qu’elle glissa entre ses lèvres pulpeuses. Le son du macaron qui craque sous ses dents fut couvert par le bruit de la télévision, mais Luke pouvait très aisément l’imaginer. Il sut tout de suite que ça plaisait à son amie, à la petite étincelle qui s’alluma dans son regard. Et surtout au fait qu’elle se pencha pour en prendre un autre. « Eh. Si je les bouffe tous, tu me couvres ? T'auras qu'à dire que t'as rien ramené aujourd'hui » lança-t-elle, ce qui le fit rire. Le blond passa alors son bras autour des épaules de Dara, à moitié sur le dossier du canapé. Il allait répondre quand Alexa fit son apparition dans la pièce, vêtue d’un jeans orangé, et d’un pull crème. Comme si de rien n’était, la jolie rousse tendit un tube à Dara : « Tiens, j'ai pensé à passer à la pharmacie avant d'aller au boulot hier soir, la douleur et le gonflement partiront plus vite avec ça ». C’était lundi, et les trois amis de Dara savaient tous ce que cela signifiait. Chacun à leur façon, ils le lui montraient… sans pourtant trop en faire.

Mais pas question de s’attarder sur le sujet. Alexa enchaina, en attrapant un macaron dans la boîte : « Et tu sais que t'es vraiment qu'une... j'ai perdu le mot là, tout de suite, mais je le retrouverai un jour, tu verras ! Et laisses-en à Kate, elle ne croira jamais qu'il n'a rien ramené, il est bien trop déterminé à nous faire grossir pour ça ». « Genre ! » s’exclama le pâtissier, avant de partir dans un grand éclat de rire, tandis que la rouquine embrassait la joue non blessée de son amie. Elle vint ensuite s’installer de l’autre côté de Luke, non sans lui avoir au préalable bien ébouriffé les cheveux… ce qui ne changeait de toute façon rien à leur état actuel. Dès qu’il sortait du boulot, il les secouait dans tous les sens. Parce que s’il y avait bien une chose que ses coloc’s ne savaient pas… c’était qu’au taf, il était obligé de porter… un fi-let. Parfaitement. Et ça, c’était pas SWAG du tout. Donc, pour éviter de le leur avouer : il ne se coiffait jamais. Et ça fonctionnait depuis près de 6 ans.

Luke zappa quelques chaines, à la recherche d’un truc intéressant. Il arrêta finalement son choix sur un match des Yankees, redif’. Il l’avait déjà vu. Les Yankees gagnaient. Évidemment. « Bouh, j'ai pas assez dormi ! Ça a été vous deux au boulot ? Tes macarons sont super bons Luke ! Et... C'est quoi cette chaîne pourrie ? » pépia Alexa, avec son entrain habituel, malgré le fait qu’elle soit fatiguée. « Chaine d’hommes, tu peux pas comprendre ! » lança-t-il, en donnant un léger coup de coude à la rouquine. Par mesure de précaution, il déposa la télécommande entre Dara et lui, puis se pencha pour récupérer sa bière. Puis, revenant sur les macarons : « Vous ne les trouvez pas trop sucrés/salés pour vendre dans une pâtisserie, avec le curry ? Big Boss n’veut pas qu’on vende des trucs salés. Disons qu’à part sa dernière lubie, moi ça a été ! Et vous ? ».
Les filles lui répondirent, et Luke s’étonna ensuite de l’absence de Katrina. Depuis quand est-ce qu’elle oubliait de rappliquer à l’évocation de macarons ? « Vous savez où est Kate ? » demanda-t-il à ses coloc’s, en songeant que si elle ne se ramenait pas dans les minutes qui suivaient, elle n’allait vraiment plus avoir de macarons !

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyMer 5 Déc - 10:41




••• Y'a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! •••



Noël approchait, les vacances avec. Mais, en attendant, je venais de me taper une matinée psychanalytique. C'était une longue thérapie que j'entamais. Car oui, je savais que je devrais en avoir pour au moins cinq ans pour mon projet professionnel, peut-être quelques années de plus pour résoudre mes conflits intérieurs. Bref, j'avais encore du temps devant moi avant de pouvoir espérer devenir psychanalyste. Ce qui ne m'empêcherait pas, en revanche, d'exercer en tant que psychologue lambda.

Ce matin, après une petite première heure en séance, j'avais du plancher sur certaines théories jungiennes et freudiennes à la bibliothèque universitaire. C'était seulement aux alentours de onze heures et demi que j'eus vraiment le champ libre. Le temps de prendre les transports en commun, il était midi passé lorsque j'arrivais au centre commercial le plus proche. Je pris le temps de déjeuner dans un troquet type brasserie française, finissant par un bon café, loin du jus de chaussette qu'on trouve souvent dans les fast food.

Ensuite, j'entamais le repérage des cadeaux que j'offrirais à Noël. Je ne les achèterais que Mercredi matin, quand je serais sûre de ne trouver personne à l'appartement pour fouiner dans mes achats. Pour finir, je me dirigeais vers l'extérieur où étaient exposés... les sapins. Il me fallut peu de temps pour trouver celui que je voulais voir trôner dans notre salon. Je commandais un service de livraison pour ne pas avoir à me le trimbaler dans les transports. Une demi-heure plus tard, j'arrivais, le livreur était déjà en bas de l'appartement. Je signais, le remerciais, ouvrais la porte et gueulais comme une poissonnière...


«Le premier qui m'aide à monter le sapin aura un gros poutou sur la fesse droite !»

Le sapin, pilier d'une tradition qui ne se perd jamais. Décorer l'appartement tous les quatre, boire un coup et grignoter et sucer des sucres d'orge devant la téloche, s'embrouiller parce que Dara et moi, on a encore laissé traîner nos chaussettes sous le sapin... Bah quoi, on a qu'à dire que ce sont des chaussettes de Noël... J'adore Noël !
© POLLO
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyJeu 6 Déc - 1:47

    Dommage, ma tentative de m'approprier toute la bouffe de Luke avait lamentablement foiré, lorsque j'aperçus le sourire moqueur d'Alexa dans mon champ de vision. De toute manière, l'un comme l'autre savaient parfaitement que je n'étais pas de ce genre là. En tout cas, la vanne avait fait mouche. Luke était mort de rire, et Alexa semblait s'amuser beaucoup... Jusqu'à ce qu'elle me tende un tube de crème. Nous étions Lundi, et tout le monde savait dans quel état mon visage se retrouvait le Lundi. Elle n'insista pas. J'attrapais le tube avec un sourire reconnaissant. Pas de questions, que des solutions. Cette fille était un ange. Au même titre que celui qui partageait le canapé avec moi, et qui avait allumé une chaîne de foot.

    'Merci meuf. C'est cool."

    J'appliquais aussitôt la crème sur mon visage, cédant un instant la boîte de sucreries à mon amie, à regrets. C'était juste trop bon. Mais la crème me fit oublier un moment les douceurs sucrées salées pour laisser place à une sensation de soulagement profond. Mon dieu. J'avais les meilleurs amis du monde. Elle s'enquit de la journée de chacun d'entre nous, et évidemment, ce fut Monsieur qui commença. Les difficultés de la pâtisserie, en long, en large, et en travers. Je me concentrais sur le match de foot, en tenant la télécommande fermement entre mes mains, histoire d'éviter toute tentative de kidnapping de la petite rousse. Il était de notoriété publique que le propriétaire de la télécommande dans un ménage était le maître absolu. J'aimais bien être le boss. C'était mon dada. Bref, lorsqu'il eut terminé, je lui répondis tout naturellement.

    "T'inquiète, poulpo. Ils sont juste à se tordre, tes gâteaux. Comme toujours. Et sinon... Bah la soirée classique pour moi. J'en ai tabassé un qui avait bu un coup de trop et qui a essayé de foutre sa main dans mon décolleté."


    Un cri retentit depuis l'extérieur, une voix merveilleusement familière. La dernière des Dalton était là. Un bisou sur la fesse ? Le Sapin ? Sapin. J'avais horreur de Noël. Enfin, avant. Parce que depuis qu'on fêtait noël ensemble, j'avais pris goût à cette fête. Je me levais, nonchalamment. Regardais mes comparses avec un sourire moqueur.

    "Comptez pas sur moi pour me faire embrasser sur le derche. Alors on bouge ses petites fesses, mes loulous !"

    Je descendis les escaliers - toujours en T Shirt et petite culotte - et saluais Kate en l'embrassant sur la joue. Je sentais la pommade, mais les traces sur mon visage commençaient à diminuer. Ca irait beaucoup mieux lorsque je serais occupée à décorer le sapin avec mes amis.

    "Salut Kate. Piquant, ton nouveau pote."
    dis-je avec un clin d'oeil (valide)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyJeu 6 Déc - 18:57


Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !.


Dara Kelton & Katrina N. Hunter & Luke G. Callahan & C. Alexa Baker



Dara la remercia et lui confia le paquet de macarons pendant qu'elle appliquait la pommade sur son visage blessé. Alexa en avala un second, confirmant Luke qu'ils étaient délicieux, avant de reposer le carton sur la table basse. Luke expliqua que sa matinée c'était bien passée, alors que Dara avait encore tabassé un gars qui avait voulu s'en prendre à son décolleté la veille au soir. La rousse sourit en se demandant si elle devait plaindre Dara ou plutôt le pauvre type qui avait inconsciemment tenté une approche débile. « J'ai passé une bonne soirée, il n'y a quasiment pas eu de client et mon collègue a apporté de l'alcool, pour boire avec moi ! » fit-elle en réponse à la question de Luke qui s'inquiéta par la suite de l'absence de Kate. Alexa eu juste le temps de hausser les épaules que la voix de cette dernière résonnait justement, demandant de l'aide pour monter le sapin. Rien qu'à l'entente de ce dernier mot, les yeux de la rousse se mirent à pétiller.

Dara fut la première à se lever, abandonnant la télécommande à la place qu'elle occupait jusque là. Sans réfléchir et avant de ne penser à elle-même se mettre sur ses pieds, Alexa sauta par dessus Luke, se retrouvant à plat ventre sur ses jambes, pour attraper le boîtier de plastique, et tant pis si elle l'écrasait. Une fois l'objet précieux en sa possession, c'est avec un grand sourire victorieux qu'elle reprit sa position avant de sauter sur ses pieds, coinçant la télécommande entre sa peau et son jean, sous son pull, comme si cela risquait d'arrêter ses amis. « Désolée Lulu, c'était un cas d'urgence. Pas question de décorer l'appart avec un match de je ne sais qui en fond sonore ! » puis, elle s'engouffra dans les escaliers à la suite de son amie. « Salut Kate ! Tu sais que tu es géniale d'avoir pensé au sapin ? » Elle embrassa la jolie brune à son tour et aida à remonter l’arbuste avec les trois autres.

Ainsi, le sapin arriva dans leur logement et Alexa partit rapidement en sautillant dans cette petite pièce qui leur servait de débarras pour aller y chercher les décorations. Elle revint quelques minutes plus tard avec deux cartons de guirlandes et boules en tous genres. « Voilà ! » Fit-elle à la limite de sauter sur place tant elle était contente et elle commença à ouvrir le premier carton. « Bon et sinon Kate, ça a été ta matinée ? ». Puis, se rappelant qu'elle détenait toujours la précieuse télécommande, elle la sortit de sa cachette, zappa sur une chaîne musicale et la replaça au moins endroit en offrant un grand sourire à Luke et Dara. « Alors, on commence ? »
© B-NET
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! EmptyVen 7 Déc - 0:24

Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !

Ce fut Dara qui répondit la première, sur un ton flegmatique assez impressionnant, surtout vu ce qu’elle était en train de raconter : « T'inquiète, poulpo. Ils sont juste à se tordre, tes gâteaux. Comme toujours. Et sinon... Bah la soirée classique pour moi. J'en ai tabassé un qui avait bu un coup de trop et qui a essayé de foutre sa main dans mon décolleté ». « Drôle d’idée… » commenta Luke, qui n’osait pas imaginer une seule seconde qu’un mec puisse ne pas avoir peur face à une Dara en colère. La jolie rousse à la droite du Christ – ou pas – enchaina en racontant sa soirée à elle, qu’elle avait elle aussi passé au boulot : « J'ai passé une bonne soirée, il n'y a quasiment pas eu de clients et mon collègue a apporté de l'alcool, pour boire avec moi ! ». Le grand blond tiqua légèrement à cette idée, persuadé que le collègue en question cherchait à se taper Alexa. C’est vrai qu’elle était incroyablement jolie, et même carrément sexy quand elle faisait l’effort de s’habiller en fonction du magasin où elle bossait. Mais quand même ! Enfin, comme d’habitude, le pâtissier ne fit aucune remarque et se contenta de changer de sujet, en demandant à ses coloc’s si elles savaient où était passée Kate.

Bien entendu, tout le monde connait ce célèbre proverbe : quand on parle du loup, on en voit la queue. Le jeune homme avait à peine posé sa question que la voix de la dernière Mousquetaire s’élevait, depuis le hall : « Le premier qui m'aide à monter le sapin aura un gros poutou sur la fesse droite ! ». Tout comme Dara et Alex, à l’évocation du mot sapin, les yeux de Luke se mirent à pétiller. Katrina était toujours aussi parfaite : sachant qu’ils n’avaient pas encore d’arbre à décorer, elle leur avait fait la surprise d’en ramener un. Raison de plus de totalement l’aimer, sur ce coup-là. La jolie métisse fut la première à se lever, laissant ainsi échapper la sacro-sainte télécommande. Luke, trop occupé à préparer ses arguments pour les boules nichons, ne vit pas venir l’attaque en douce de sa camarade de droite : Alexa se jeta sur ses genoux, tandis que Dara leur lançait, sourire moqueur à l’appui : « Comptez pas sur moi pour me faire embrasser sur le derche. Alors on bouge ses petites fesses, mes loulous ! ». « Hé ! » s’exclama le blond, qui se retrouvait justement dans l’impossibilité de le faire, vu la présence de la roussette sur ses genoux. Non pas que ça le dérangeait… mais quand même, quelle traitre ! Parce que, bien entendu, son geste n’avait qu’un seul et unique but : s’emparer de la télécommande ! Le précieux sésame, qui ordonnait Roi de l’Appart’ tout qui la possédait. La glissant entre son jeans et sa peau laiteuse, la jeune femme finit par se redresser et libérer Luke. « Désolée Lulu, c'était un cas d'urgence. Pas question de décorer l'appart avec un match de je ne sais qui en fond sonore ! » lança-t-elle à son ami, avant de partir en courant à la suite de Dara dans les escaliers. « Cause toujours ! » cria-t-il, en se levant à son tour, bien déterminé à ruser pour récupérer son bien.

Les filles étaient déjà en bas, auprès de Kate, à lui faire des bisous. Du haut des escaliers, il capta les dernières paroles d’Alexa : « Tu sais que tu es géniale d'avoir pensé au sapin ? », auxquelles il répondit : « J’approuve ! Y a des macarons coco/curry, pour te récompenser ». A son tour, il descendit embrasser sa colocataire, et ils se mirent tous les 4 comme objectif de remorquer le sapin dans les escaliers. Ce fut chose facile, étant donné qu’ils étaient à 4 sur le coup. C’est ça qui était bien, en partageant un appartement avec trois autres personnes : ils se retrouvaient rarement seul, il y avait toujours quelqu’un à qui raconter ses petits problèmes, ou une épaule pour pleurer, une camarade pour rigoler, un adversaire pour se défoncer à Skyrim,…

Une fois dans l’appartement, Luke installa le sapin correctement, au même endroit que l’année dernière, tandis qu’Alexa s’éclipsait, chercher les décorations de Noël dans la petite pièce qui leur servait de remise. Quand elle revint, le sapin était en place, il n’y avait plus qu’à y mettre les décorations. Et Katrina avait un macaron dans les mains, parce que Luke voulait aussi son avis sur leur goût, avant de dire quoi que ce soit à son Boss, Manoël. Alexa ouvrit la première caisse de décoration, tout en demandant à la dernière arrivée comment s’était passée sa matinée. Puis, elle eut le culot de sortir la télécommande de sa cachette, pour zapper et arrêter son choix sur… une chaine musicale ! Pouah. Surtout qu’en prime, elle sourit à Luke et à Dara, comme si elle voulait les narguer avec sa daube d’MTV. Le grand blond allait protester, quand il repéra dans la caisse ouverte par Alexa… sa boîte de boules de Noël en forme de seins ! Oubliant instantanément ce qui passait à l’écran, il se précipita vers la boîte et attrapa son précieux sésame. « Alors, on commence ? » s’exclama Alexa. En brandissant la boîte sous son nez, il lança : « Par ces boules-ci ! Cette année, c’est l’année du cochon, en Chine. On n’a pas l’droit de passer à côté de ça, les filles ! Il faut qu’on mette les boules nichons ! Dites ouiii ». Bien évidemment, il racontait de la merde, mais tous les arguments étaient bons pour parvenir à ses fins. Et Dieu seul sait qu’il en avait déjà testé pas mal, tous plus infructueux les uns que les autres. Il fallait qu’il se renouvelle, mais ses idées se faisaient rares.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi ! Empty

Revenir en haut Aller en bas

ϟ Y a combien de Mousquetaires, déjà ? 4 ? Comme nous, quoi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-