It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez

'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyLun 18 Juin - 2:06

Il y avait que très peu de moments dans sa vie où Rosalie s’était dit qu’elle pourrait commettre un meurtre, de ses propres mains et pour son propre bénéfice, mais aujourd’hui, c’était un de ces jours-là. Elle allait tuer son frère James. Non vraiment. Elle était assise dans son appartement en désordre, essayant de toucher le moins possible à ce qui se trouvait autour d’elle, la poêle la plus épaisse qu’elle ait pu trouver, entre les mains. Et elle allait défoncer le crâne de son frère dès qu’il franchirait la porte de son satané appartement. De quel droit la faisait-il attendre? Ils c’étaient entendue – il y a des jours – qu’elle passerait le chercher à midi tapant aujourd’hui, pour aller rejoindre leur famille dans les Hamptons, question de célébré la fête des Pères en bonne et due forme.

Il était quatre heures. James ne répondait pas à ses appels, elle avait du garer son jaguar dans BROOKLYN (!!) et elle avait utilisé le double de sa clef pour rentrer dans l’appartement, mais s’en voulais de ne pas attendre dans la voiture, vu l’état des lieux. Non, vraiment, son frère allait souffrir, dès le moment qu’elle lui mettait la main dessus. Elle n’était déjà pas patiente en premier lieu, mais en plus, si James n’arrivait pas dans l’heure qui suivait, ils allaient devoir se taper le trafic dégueulasse et si elle était impatiente dans la vie de tous les jours, derrière le volant c’était une tout autre histoire. Et dire que si elle était partie seule, elle pourrait déjà être à la plage en ce moment, ou bien faire une balade à cheval, ou sur le voilier. Non. Elle allait définitivement le tuer.

Pour la peine, elle ramassa son téléphone pour la énième fois de la journée et lui laissa un long message sur sa boite vocale, décrivant de façon très imagée toutes les tortures qu’elle allait lui administrer. La réponse de son ainé arriva quelques minutes plus tard : ‘Rosalie, je suis déjà arrivée! Sirius est venue me chercher ce matin, désolé. Dépêche, on t’attend !’ Elle en tremblait presque de colère. Elle ne savait pas ce qui la retenait de prendre une torche et de mettre l’appartement de son frère en cendre. La peur des vapeurs toxiques qui allait s’en dégager sans doute. Pas question qu’elle provoque une autre épidémie à New York, non merci ! Elle regarda tout de même autour d’elle, à la recherche de quelques choses à détruire ou bien gâcher, pour se venger un tout petit peu, mais rien. L’appartement état dans un état tel qu’il y avait très peu de chance que son frère remarque quoi que se soit de toute façon.

La blonde émit, un long soupire, et se dirigea vers la sortie, quand elle entendit un étrange bruit venant d’une des pièces. Oh god, est-ce que son frère avait adopté un animal quelconque et était partie sans le nourrir ? Ou pire, est-ce que la moisissure des murs avait évolué à un point tel qu’une nouvelle espèce se développait dans la chambre de son ainé ? D’un pas hésitant, elle se dirigea vers l’autre pièce et ouvrit la porte juste à temps pour voir quelqu’un entrer par la fenêtre. Sans attendre, avec des réflexes dignes des plus grands ninjas, Rosalie souleva la poêle qu’elle avait toujours dans les mains et donna un grand coup sur la tête de l’étranger. « WHAT THE FUCK. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyMar 19 Juin - 11:35

Luis devait trouver un refuge. Évidemment, il n'avait pensé qu'à un lieu : l'appartement de James. Son ami allait bien l'accueillir, il le savait. Il ne pouvait définitivement pas rentrer chez lui comme ça, la femme d'hier soir avait déchiré sa chemise et fait sauter plusieurs bouton, il avait des marques de griffes dans le dos et un gros suçon dans le coup... en bref, s'il rentrait ainsi, Rain allait lui poser trop de questions, alors il devait aller chez James, lui piquer des vêtements et tenter de couvrir toutes les marques visible sur son corps. Il avait tenté de refermé sa chemise comme il pouvait, mais au regard qu'il recevait dans la rue, il était clair que tout le monde savait ce qu'il avait fait la veille... les gens ne devinaient juste pas que c'était avec une cliente... violente et perverse.

Arrivé à destination, il se plaça devant les différentes sonnettes... sauf qu'il ne savait plus le numéro de James, que son téléphone était il ne savait plus où et qu'évidemment, James n'avait pas affiché son nom & son prénom sur les petites étiquettes. Il grogna et il reçut un regard appuyé d'une femme qui promenait son chien. Il referma gauchement sa chemise avant de lever les yeux au ciel. Il devait absolument faire payer le double à cette bonne femme ! Franchement, elle l'avait trop marqué pour que le prix soit à un tarif normal !

Il grogna avant d'apercevoir un arbre relativement haut, en l'escaladant, il y avait moyen d'atteindre une des fenêtres de James... et comme Luis savait pertinemment que James laissait toujours la fenêtre de sa chambre ouverte pour fumer. Fier de ce plan improvisé, il commença sa montée.

Arrivé à destination, il était relativement fier de son exploit physique avant qu'il reçoive un coup violent sur la tête qui l'assomma. Il avait entendu quelqu'un hurler, puis il avait reçu son coup puis... il grogna et se tata le crâne, il avait reçu un coup non ? Il ne comprenait pas trop, il lança un regard douloureux sur la personne qui venait de l'attaquer et il écarquilla les yeux, ouvrit la bouche avant de tomber dans l'inconscience quelques instants.

Une fois qu'il reprit connaissance, il sentit la douleur de sa tête et il poussa un gémissement. Il se redressa lentement tout en se frottant la tête. Il regarda le docteur qu'il avait reconnu et lui lança un regard perdu. «« Où est James ? » fut la seule chose qu'il put dire, il ne savait pas par où commencer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyMer 20 Juin - 1:29

Ce genre de truc ne pouvait qu’arriver qu’à elle. Et tout ça, c’était la faute de James, si son ainé avait fait comme entendu, elle ne serait pas ici, prise en plein milieu d’une tentative de cambriolage ! Elle n’avait pas hésité à frapper l’intrus d’un bon coup de poêle, son sac à main, qui contenait son arme, était resté dans sa voiture. Mais maintenant, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire. Elle regarda l’inconnue chanceler quelques secondes, elle eut à peine le temps de reconnaitre Luis qu’il s’effondra sur le sol. Eh bah. Tout ça venait d’atteindre une nouvelle coche d’absurdité.

Elle resta plantée là, pendant quelques secondes, complètement figée, pas trop certaine de ce qu’elle devait faire. Appeler la police ? Non, surement pas, pas tout de suite, elle préférait s’occuper des choses par sois –même. Appeler James ? Non, ce bon à rien ne lui répondrait surement pas et puis il méritait pratiquement de se faire cambrioler alors. Son regard se posa sur l’homme étendu à ses pieds, inconscient. Le médecin en elle savait qu’elle venait de faire une bêtise et qu’elle devrait appeler une ambulance, mais la sœur en elle, la fille encore sur l’adrénaline, n’avait aucune envie. Cet homme venait de s’introduire chez son frère, il pouvait payer un peu. Et puis bon, elle était médecin, elle saurait quoi faire si quelques choses tournaient mal. Elle le poussa quand même du pied, doucement, juste pour vérifier, si elle ne l’avait pas tué. Apparemment non. Convaincue, et soulagée de ne pas avoir à gâcher la journée à son père et ses frères pour les services d’avocats, elle s’assit sur le lit, sa poêle toujours en main et attendit que Luis reprenne connaissance.

Mais comme ça, comme pour tout, il perdit vite son attention et la blonde en avait plus que marre d’attendre. Déjà qu’elle était en retard… Elle décida qu’après tout, il avait bien mérité de se débrouiller tout seul et que James avait encore plus mérité de se faire cambrioler et que tout ça n’était pas son problème. Elle avait quelques heures de route à faire et ce n’est pas en restant ici qu’elle allait avancer. Au moment où elle allait se lever du lit et quitter les lieux, l’homme se mit à grouiller quelque peu. Elle le laissa reprendre conscience doucement, serrant les doigts autour de son arme improvisée, prête à se défendre de nouveau contre le voleur. « Où est James ? » Rosalie ouvrit la bouche, surprise. Alors, il connaissait son frère… Étrange… « Dans les Hampton, en train de rôtir sur son voilier sans doute. » Son ton était amer, jalouse de ne pas y être aussi. Elle releva la tête et ramena ses cheveux par-derrière. Elle regarda l’homme de haut en bas, ses habits, ses marques… « Est-ce que tu es l’amant de mon frère ? » Oh les têtes qu’elle récolterait en débarquant à la maison, trainant le petit ami secret de James avec elle !!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyVen 22 Juin - 2:36

Luis allait à tous les coups avoir une grosse bosse. Il ne savait pas exactement ce qui l'avait assommé avec force, mais le sentiment de voir des étoiles s'était tout de même fait sentir. Il se frotta le front doucement histoire de calculer l'ampleur du désastre. Il porta un regard hagard sur la personne coupable de sa douleur, il ne comprenait pas pourquoi il avait reçu le coup. Vraiment pas. Bon, ok, il était rentré par la fenêtre... mais c'était parce qu'il n'avait pas d'autres choix, et ce n'était pas une raison pour l'assommer.

Cela dit, sous le coup, il n'avait su que dire le prénom de son ami. « Dans les Hampton, en train de rôtir sur son voilier sans doute. » Luis avait l'impression que la blonde parlait une drôle de langue qu'il ne saisissait pas totalement, il se contenta donc de hocher simplement la tête. « Est-ce que tu es l’amant de mon frère ? » « Pardon ? » dit Luis en écarquillant les yeux de surprise. Il secoua vigoureusement la tête de droite à gauche avant de profondément regretter son geste. Il s'attrapa aussi tôt la tête et gémit de douleur, il tenta alors de se redresser mais il fut pris d'un tel vertige qu'il préféra s'allonger sur le sol. « On est ami, je venais lui prendre une chemise comme j'étais dans le coin... » finit-il par dire en fermant les yeux.

« Vous êtes qui vous par rapport à James doc' ? » finit-il par demander en la regardant dans les yeux. Il se souvenait d'elle, elle avait sauvé Raine, il s'en souvenait parfaitement. Cela dit, il n'aurait jamais imaginé qu'elle puisse avoir une telle force. Finalement, son regard tomba sur la poêle. Il grimaça. Un coup de poêle dans la face. Il aurait mieux fait de rentre chez lui, ça lui aurait évité ce désagrément.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptySam 23 Juin - 22:00

Rosalie était toujours assise sur le lit de son frère, les jambes croisées, sa tête posée sur sa main, l’autre main toujours sur la poêle. Elle observait la scène en fronçant les sourcils. C’était la première fois qu’elle assommait quelqu’un. Elle avait déjà ; frappée, mordue, griffée, giflé, etc. Elle s’était déjà battue et avait même pratiqué la boxe thaïlandaise pendant un moment, mais ça, c’était carrément une première. C’était très drôle en fait et maintenant qu’elle savait qu’elle avait la force, elle devrait le faire plus souvent ! Les gens l’ennuyaient peut-être un peu moins. Elle ne manquerait certainement pas de cible sur laquelle s’entrainer avec tous les idiots qu’il l’entourait ! Mais bon, ce n’était pas comme si elle avait eu le choix aujourd’hui. Elle était a Brooklyn quoi ! Et il était rentré par la fenêtre ! N’importe qui aurait fait la même chose ! Dans le cas contraire, ils auraient été idiots !

Luis lui demanda où était son frère, mais par le regard, un peu flou, qu’il avait, la blonde était certaine qu’il n’avait pas capté ce qu’elle avait dit, de près ou de loin. Et quand elle lui demanda s’il s’envoyait en l’air avec James, il hocha la tête avec une telle force que Rosalie était certaine d’avoir entendu son cerveau se cogner violemment contre son crâne. Grand dieu que les hommes était stupide. « On est ami, je venais lui prendre une chemise comme j'étais dans le coin... » Ouais. Sure. Une chemise. « N’importe quoi. » Elle le laissa retomber sur le sol, et se leva pour aller fouiller dans le congélo de James et trouver un sac de petit pois congelé. Elle était quand même médecin, c’était le moins qu’elle puisse faire. Elle le laissa tomber sur le torse de l’homme, sans aucune délicatesse. Non mais s’il pensait qu’elle allait s’amuser à jouer les infirmières, yikes.

« Vous êtes qui vous par rapport à James doc' ? » Elle soutient le regard du brun, bien qu’elle trouvait étrange de se faire appeler ‘doc’, en dehors de l’hôpital. Contrairement à ce qu’on pouvait pensée, elle n’était pas une de ses snobs qui faisaient la crise quand on oubliait de l’appeler ‘Docteur’ au lieu de ‘mademoiselle’, plutôt le contraire, elle l’avait en horreur, pour elle, c’était simplement un titre de plus. Un nom à rallonges. « Sa petite sœur. La plus intelligente, épanouie, adorable, et jolie de ses petites sœurs qui plus est. » Jamais elle ne pourrait se comparer à Elena ou Sofia, mais l’autre petite inconnue, elle n’en avait pas grand-chose à faire. « Et vous ? Si vous ne couchez pas avec James, d’ailleurs je ne suis pas toujours convaincue, vous êtes qui ? » Elle n’arrivait pas à se rappeler d’une fois où James avait mentionné Mr. Garcia, et elle était du genre fouineuse.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyMer 27 Juin - 0:14

« N’importe quoi. » la jeune femme ne semblait pas décider à le croire. Il devait vraiment paraître suspicieux à ses yeux. Il y avait de quoi quelque part. Mais il n'aimait pas vraiment cette situation beaucoup trop étrange. Il se racla la gorge pour tenter de se redonner une certaine contenance mais son mal de crâne continuait de lui vriller allégrement la tête. Mauvais point.

Finalement, la jeune femme se leva et il se demanda si elle allait appeler les flics. C'était probable, il tenta de se redresser pour s'enfuir mais de nouveau, il sentit sa tête tournée alors il préféra rester là, au pire, il s'en fichait. Il irait à la police, il sonnerait à James et voilà, il improviserait. Finalement, la blonde finit par revenir et lui balança un truc froid sur le torse. Il grimaça, le gentil doc était bien loin de cette femme froide qu'il découvrait. Il aurait dû s'en douter, toutes les femmes étaient des êtres tordus. Il en avait eu la preuve au fil des ans à force de fréquenter des femmes de tout âge et de tout genre. Il lui demanda alors qui elle était par rapport à James, c'était pour combler le silence gênant qui s'était emparé d'eux. « Sa petite sœur. La plus intelligente, épanouie, adorable, et jolie de ses petites sœurs qui plus est. » il fronça les sourcils. James avait une sœur ? Ce genre de soeur ? Il haussa aussi tôt un sourcil, c'était peu crédible et probable. « N'importe quoi ! » répondit-il sur le même ton qu'elle avait employé tout à l'heure.

« Et vous ? Si vous ne couchez pas avec James, d’ailleurs je ne suis pas toujours convaincue, vous êtes qui ? » en l'entendant, il grogna et tenta une nouvelle fois de se relever, il y arriva avec plus ou moins de succès cette fois-ci et eut un sourire satisfait avant d'enlever définitivement sa chemise et de la jeter dans un coin du bordel ambiant de son ami, il se dirigea vers sa garde-robe tout en regardant les habits de James d'un œil critique. Pas grand chose de bien là-dedans. « On joue de la guitare ensemble parfois James et moi. Et ouais, c'est un bon pote... et là j'avais l'intention de lui emprunter une chemise parce que l'autre on me l'a un peu détruit dans l'action d'hier soir » expliqua-t-il simplement avant de sortir un t-shirt et de le porter à son nez. Il plissa le nez et jeta aussi tôt ce qu'il venait de sortir. Pas bon. Il opta alors pour une chemise noir plus classique et il l'enfila rapidement avant de se sentir un peu serré dedans, il avait une carrure plus imposante que celle de James et il se sentait un peu coincé pour la peine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyJeu 28 Juin - 5:41

« N'importe quoi ! » La blonde ne put s’empêcher d’avoir un sourire narquois, en attendant son propre écho. Bon, elle l’avait sans doute mérité. Elle ramena ses longs cheveux du côté droit et releva le menton un tout petit peu, défiant le brun du regard. « Si je ne suis pas sa sœur, je suis qui alors ? Sa femme d’Europe de l’Est qu’il s’est acheté sur internet ? » Ce n’était pas comme si on pouvait la prendre elle*, pour une voleuse. Elle n’était pas celle qui avait grimpé par la fenêtre. Et vraiment, il n’y avait rien d’assez intéressant dans l’appartement de son frère pour qu’il mérite d’être cambriolé. Bon, c’est vrai qu’elle et James ne se ressemblaient pas beaucoup, pas du tout même, mais ce n’étaient pas de leurs fautes si tous les deux retenaient de leurs mères respectives. Et puis, elle était certaine qu’elle pourrait ressembler un peu plus à son cadet, s’il se lavait plus souvent, mais bon, c’était une autre histoire.

L’homme réussi à se relever, finalement, et commença à se changer devant elle. Rosalie ne se gêna pas, appuya son menton contre ses deux mains et admira le spectacle. Ha bien, quand même, l’après-midi n’allait pas être perdu finalement. « Pas mal. » Il se dirigea vers la penderie de James et elle grimaça. Même SI elle avait voulu donner le bénéfice du doute à son grand frère, elle était certaine que la lessive n’était pas son point fort. Pas qu’elle était mieux, pas du tout même, mais au moins, elle avait le sens commun de payer quelqu’un pour la faire à sa place et elle possédait une machine à laver. « On joue de la guitare ensemble parfois James et moi. Et ouais, c'est un bon pote... et là j'avais l'intention de lui emprunter une chemise parce que l'autre on me l'a un peu détruit dans l'action d'hier soir » Elle hocha la tête, elle l’aurait facilement deviné. « Oui, j’ai cru remarquer, j’espère que ça en a value la peine. Le bon côté, c’est qu’avec toutes les marques, personne ne va poser de question pour la bosse sur la tête !» Elle plissa le nez et pencha la tête de côté, le regardant enfiler une chemise de James. La taille était ridicule, on aurait dit que Luis avait dormie dans un sèche-linge. « Franchement, l’autre chemise faisait moins de dégât. » Tout d’un coup, elle était curieuse et se leva du lit et alla à la fenêtre. Elle regarda un coup en bas. « Vous avez monté comment ? » Elle ne voyait pas d’escaliers de secours, ou bien de balcon… Juste… l’arbre… Mais c’était haut tout de même. Toujours la tête par la fenêtre, elle ajouta distraitement. « Mon frère ne m’a jamais parlé de vous, je m’en souviendrais. » Ses frères lui parlaient rarement de leurs potes, voulant ‘la protégée’ à tout pris, comme si elle n’avait aucune idée que d’autres hommes que sa famille partageaient la même planète qu’elle, mais bon, elle ne ressente pas le besoin de le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyVen 6 Juil - 16:25

« Si je ne suis pas sa sœur, je suis qui alors ? Sa femme d’Europe de l’Est qu’il s’est acheté sur internet ? » Luis fit mine de réfléchir à la question avant de secouer la tête. « Pas possible, tu n'as pas l'accent. En plus, il n'est pas assez riche pour en faire venir d'une de si loin... je dirais plus... j'en sais rien moi. Si ça se met, tu viens juste analyser les microbes de cet endroit. Mais pas moyen que tu sois sa soeur, vous êtes comme la Belle & la Bête. » oui, bref, c'était impossible en somme. Puis sincèrement... James était... et elle, elle était. C'était juste impensable. C'était comme si on disait qu'un rat faisait partie d'une famille de chien de race. Improbable.

Alors qu'il se changeait sans plus de précaution, il n'avait jamais été pudique, avec le métier qu'il faisait, ce serait ridicule de l'être, il entendit la blonde parler dans son dos. « Pas mal. » il eut un petit sourire en coin. Peut-être que le docteur qu'il avait rencontré précédemment avait quelques petits vices. Trop inquiet pour Rain, il avait idéalisé cette blonde, du coup, il n'aurait jamais pensé qu'elle puisse comme toutes les autres le trouver à son goût. Après, il s'en fichait. « Oui, j’ai cru remarquer, j’espère que ça en a value la peine. Le bon côté, c’est qu’avec toutes les marques, personne ne va poser de question pour la bosse sur la tête !» il roula des yeux et préféra ignorer sa remarque. Ce n'était pas la première fois qu'une femme le marquait juste pour le plaisir de le faire "sien" un peu plus longtemps que prévu. Mais vu le supplément qu'elle se payait lorsqu'il donnait la facture finale, elle le refaisait rarement une seconde fois. « Franchement, l’autre chemise faisait moins de dégât. » Luis grimaça de dégoût avant de secouer vigoureusement la tête de gauche à droite. « Elle sentait James... » puis la blonde enchaîna une nouvelle fois des questions. « Vous avez monté comment ? Mon frère ne m’a jamais parlé de vous, je m’en souviendrais. » Luis commençait à en avoir marre de tout cela, il voulait finir toute cette discussion rapidement en tentant d'expliquer au mieux sa situation. « Je suis monté par l'arbre ! Et je jure, je viens souvent ici. Je sais par exemple que James range sa guitare sous son lit pour l'avoir toujours à ses côtés. Il a toujours une boîte de pizza qui traîne dans son four ou dans son frigo mais vu leur tête, je n'oserai jamais en manger ! Je sais aussi que James me parle jamais de sa famille parce qu'il dit toujours que ce sont des "sales bourges" ou alors des "sales pestes", après, ouais, dès que je demande des photo de ses "soeurs" il me sort qu'elles sont immondes et qu'il préférerait être aveugle que de voir leur tête et qu'il veut m'épargner cette vision d'horreur. Donc, je suis son pote, mais vous ne pouvez définitivement être sa soeur, vous êtes loin d'être immonde ! » soupira-t-il en se passant la main dans les cheveux avec ennui.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyVen 6 Juil - 20:48

Sincèrement, Rosalie ne savait pas si elle devait être flattée ou pas qu’on ne l’associe pas directement avec James. Son frère avait sans doute quelques qualités qui trainaient quelques parts… non ? Mais elle se souvenait de l’école, à chaque nouvelle rentrer, pendant un moment, elle était ‘La petite DLV, la petite sœur de l’autre ou l’autre.’, on l’associait à Sofia, à son plus grande dame, à Sirius, Diego et même à Fred et Elena, mais rarement, voir jamais, on l’associait à James. Même quand elle s’était ramassée dans la même classe que lui, après avoir sauté 2 ans, elle avait été ‘la cousine d’Ana.’. « Pas possible, tu n'as pas l'accent. En plus, il n'est pas assez riche pour en faire venir d'une de si loin... je dirais plus... j'en sais rien moi. Si ça se met, tu viens juste analyser les microbes de cet endroit. Mais pas moyen que tu sois sa sœur, vous êtes comme la Belle & la Bête. » Merde. Elle aurait du penser à faire un accent bidon, elle était certaine qu’elle en était capable d’ailleurs et la Belle et la bête, elle prit note de ramener ça sous le nez de son frère plus tard. Elle eut un faible sourire, elle adorait briser la bulle de son ainé. « James est sans doute assez riche pour racheter le Harem du plus grand Sultan. Il fait genre, mais c’est seulement, car il a envie de se penser ‘différent’ de nous. Il n’hésite jamais à demander de l’argent à son père, peu importe l’air qui se donne. » Elle haussa les épaules. « Yikes, les microbes, j’aurais envoyé un stagiaire pour faire ça, quelque chose du genre. » Elle avait l’air d’être du genre à ramasser les microbes vraiment ? La femme par la poste semblait beaucoup plus probable à ses yeux.

« Elle sentait James... » Autres mots pour dire qu’elle était très sale. « Gaaayyyy. » Elle posa ensuite quelques questions comme ça, parce que les trucs lui passaient par la tête, parce qu’elle s’ennuyait et non par grand intérêt vraiment. Luis lui dévoila quelques détails, qu’elle-même ignorait (pour pas dire s’en foutait éperdument) sur son frère, par contre, ce qu’il rapportait sur les dire de l’ingrat au sujet de sa famille la choqua carrément. Offusquée, elle leva la main et fit signe au latino de l’attendre quelques secondes, elle passa au salon et, pour la énième fois de la journée, laissa un message sur la boite vocale de son frère. « Bourge, peste, tellement immonde qu’on préférait être aveugle que de les voir ? J’espère pour toi que tu vas te noyer dans le fond du lac avant que j’arrive, parce que si je mets la main sur toi, je ne serais pas aussi douce qu’un océan déchainé! » Elle raccrocha, reprit un peu de postures et revient dans la chambre. « Vous avez raison, James n’est pas du tout de ma famille, il n’est rien pour moi et il mériterait qu’on mettre cet appartement en cendre, vous avez un briquet ? » Elle savait même par où commencer, d’un pas décidé elle sortit la guitare de sous le lit, et la lance plusieurs fois sur le mur jusqu’à ce qu’elle brise en deux. « Voilà, je me sens mieux. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptySam 7 Juil - 4:18

« James est sans doute assez riche pour racheter le Harem du plus grand Sultan. Il fait genre, mais c’est seulement, car il a envie de se penser ‘différent’ de nous. Il n’hésite jamais à demander de l’argent à son père, peu importe l’air qui se donne. » Luis pencha la tête sur le côté et ferma un oeil, afin d'imaginer James entouré de richesse. Décidément, rien n'y faisait. Il n'arrivait tout simplement pas voir James en fils pourri gâté par la vie. C'était si loin de ce qu'il représentait : un musicien avec la vague à l'âme. Quand il fit son commentaire sur la chemise, la seule réponse de la blonde et qu'il faisait gay. Il roula aussi tôt des yeux, il ne l'était pas, il le savait, il n'avait pas besoin de le prouver donc il laissa couler, ce n'est pas comme s'il avait quelque chose à lui prouver après tout.

N'empêche, s'il était si riche, ça voulait certainement dire que ses soeurs également. Soudainement, Luis comprenait pourquoi James avait préféré lui taire ces informations. Quelque part c'était logique, le jeune Nothomb connaissait Luis et savait comme il était toujours intéressé par des femmes riches. James voulait s'en doute protéger ses soeurs à sa manière. Finalement, quand le chilien avoua tous les propos que l'américain lâchait sur ses soeurs, Rosalie s'en alla de la pièce et même s'il était à côté, les murs de l'appartement était assez fin pour qu'il entende les propos du docteur. A tous les coups, James allait le tuer. ça risque d'être drôle de voir ce petit homme qui lui arrivait en dessous du menton tenter de lui faire du mal. Finalement la tornade brune revint vers lui et elles semblait littéralement fulminer. Il leva un sourcil, se demanda quel genre de réaction elle allait avoir. « Vous avez raison, James n’est pas du tout de ma famille, il n’est rien pour moi et il mériterait qu’on mettre cet appartement en cendre, vous avez un briquet ? » Diego Luis se montra prudent avant de finalement secouer la tête de droite à gauche. Visiblement, elle devait tout de même réussir à faire quelque chose car elle accrocha la guitare de James avant de l'exploser. Luis écarquilla les yeux, ne s'attendant pas à une réaction si... extrême. « Voilà, je me sens mieux. » il se recula d'un pas prudemment. « Tu sais doc', je ne pense pas que James ait caché votre existence par honte mais plus par méfiance, je ne suis pas le genre d'hommes qu'on aime présenté à ses soeurs... » finit-il par dire tout en haussant les épaules, il n'allait certainement pas se voiler la face sur cette vérité !

Je fais les couleurs demain 63 je t'aime amour deden

J'ai fait les couleurs pour toi, je t'aime aussi deden j'en ait marre si tu savais, et demain je bosse 12 hr ~ 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyMar 10 Juil - 6:04

Rosalie était encore énervée, pas fâchée, pas vraiment, mais énervée. Le restant du manche de la guitare pendait dans sa main et le reste était éparpillé à ses pieds. Maintenant, il suffisait qu’elle range le tout sous le lit et son frère allait avoir une bonne surprise la prochaine fois qu’il avait envie de jouer. Elle aurait bien aimé vouloir dire qu’elle était surprise par les propos de James, mais en fait, elle savait depuis longtemps que lui, ainsi que Sirius, Fred & Diego forts probablement, avait le même genre de discours autour de leurs amis. C’était tellement injuste, vieux jeu, un tantinet sexiste, comment sa ‘pureté ’ et celle de Sofia étaient traitées que s’en était enrageant. Mais en même temps, elle n’échangerait pas ses quatre bons à rien pour tout l’or du monde. Elle se vengeait tout simplement. De plus, ce n’était pas comme si ses sœurs et elles avaient été moins..Possessives en vieillissant. Elles en avaient chassé plus d’une toutes les trois à l’unisson, mais c’était complètement différent. Eux travaillaient pour leurs biens, ils étaient tous beaucoup trop aveugles pour voir ce qui était bien pour eux ou pas. Les garçons voulaient tout simplement qu’elles restent sages ! S’ils savaient… Oh gosh, s’ils savaient…. Son ventre se tordait juste d’y pensé.

« Tu sais doc', je ne pense pas que James ait caché votre existence par honte, mais plus par méfiance, je ne suis pas le genre d'hommes qu'on aime présenté à ses soeurs... » Rosalie qui s’était penché pour remettre la guitare sur le lit, du se concentrer au maximum pour ne pas éclater de rire à se fouler les côtes. « Si vous voulez me faire croire que vous êtes un vampire, vous êtes mieux de ne pas briller au soleil. » Elle leva son regard vers Luis pour le dévisager un peu et hocha la tête, découragée. Est-ce qu’elle donnait vraiment l’air d’être une demoiselle en détresse, si naïve et sans défense ? Elle venait tout juste de l’assommer avec une poêle bon sang. « Et puis, ce n’est pas un tantinet présomptueux tout ça ? Qui a dit que je serais intéressé à être ‘présenter’ hm ? » Qu’est-ce qui fallait pas entendre par la bouche d’un mec qui venait de dévaler à moitié nu par la fenêtre de son grand frère. Elle reprit la poêle dans sa main et lui fit faire un 360, habille. « Et puis, qu’est-ce qui vous dit que je suis pas plus dangereuse que vous hm ? Peut-être qu’il a dit ça pour vous* protéger. » Elle avait même une petite liste de personne qui aurait aimé recevoir ce genre d’avis d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyMer 18 Juil - 2:31

Diego Luis trouvait que la "famille" de Rosalie & James avait l'air... étrange. Très. Il ne comprenait pas vraiment leur lien et tout, mais en même temps, il avait d'autres choses à faire que réfléchir à tout ça. Pas que ça ne l'intéressait pas, mais il n'était pas payer pour penser et réfléchir. Donc il préférait mettre ça dans un coin de son esprit et le ressortir plus tard. Juste au cas où il s’ennuierait mortellement un jour.

En tout cas, elle avait un caractère relativement enflammé, il ne l'aurait jamais parié au vu de leur première rencontre. Curieusement, il se demanda si elle était également ainsi au lit. C'était le genre de pensée qu'il avait, ça le faisait juste sourire un peu. Les filles prudes étaient souvent les plus perverses, les filles les plus caractérielles étaient souvent possessive. « Si vous voulez me faire croire que vous êtes un vampire, vous êtes mieux de ne pas briller au soleil. » Luis éclata aussi tôt de rire, c'était souvent bruyant, ses yeux pétillaient toujours lorsqu'il le faisait. Il tenta de reprendre son sérieux mais il en fut juste incapable et il se tint le ventre. Un vampire de Twilight... ce serait... épique sans doute. N'empêche, s'il était un vampire, ça pourrait toujours servir pour son boulot, attirer les femmes juste par son odeur ou son regard. Enfin, parfois, le regard marchait bien pour lui mais bon. Autant mettre toutes les armes de son côté... s'il avait la moindre influence là-dessus, or ce n'était pas le cas. « Et puis, ce n’est pas un tantinet présomptueux tout ça ? Qui a dit que je serais intéressé à être ‘présenter’ hm ? » il haussa un sourcil amusé par la situation et se rapprocha légèrement de la blonde. « A vrai dire, j'espère pour vous qu'on ne doive pas vous présenter des hommes comme moi pour assouvir vos besoins... ce serait un peu décevant qu'une belle jeune femme comme vous n'arrive qu'à recueillir les vilains garçons comme moi ! » s'amusa-t-il légèrement avec un ton légèrement provoquant pour la cause. « Et puis, qu’est-ce qui vous dit que je suis pas plus dangereuse que vous hm ? Peut-être qu’il a dit ça pour vous* protéger. » le jeune chilien ricana et se passa la main dans les cheveux, elle le faisait vraiment rire celle-là. « Evidemment qu'il me protège ! Vous m'avez assomme avec une poêle ! Aucune de mes clientes n'est aussi sadique d'ordinaire ! » pouffa-t-il de rire avant d'attraper la main de Rosalie et la porter à ses lèvres. « Je suis gigolo. Aucun homme n'aime me présenter à une femme, que ce soit leurs femmes, soeurs ou mères, je pars du principe que tant que la femme a l'argent, j'ai le droit de m'offrir à elle si elle le désire. » finit-il par dire en toute honnêteté, ça ne servait à rien de mentir ou se faire passer pour quelqu'un qu'il était loin d'être.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyJeu 19 Juil - 16:06

Se mettre à oublier, les tempêtes en mer et les orages en avion, sa sœur, se faire entrer vivante, être oublié, être enfermer, être drogué à son insu, grossir, perde ses cheveux, etc., Rosalie avait peur de bien des choses, mais certainement pas d’un homme. Ses peurs, en général, avaient pour essence la perte de contrôle. Or, elle n’avait jamais rencontré un mec qu’elle n’avait pas été capable de contrôler à son escient. Elle avait (littéralement) joué avec ses frères comme avec des poupées, elle savait parfaitement quoi dire à son père pour avoir ce qu’elle voulait et les inconnues dans les bars, ses multiples rendez-vous et tout le reste était encore plus faciles à ce joué que les hommes De La Vega. C’était un art qu’elle maitrisait, leur faire sentir qu’ils avaient le pouvoir, alors qu’en vrai, elle dictait tout de son petit nuage. Si simple, si pratique. Elle détestait qu’on ne la prenne pas au sérieux, qu’on essaye de la protéger, qu’on puisse se penser à sa hauteur. Elle n’avait besoin de personne, c’était sa moto, elle était capable de se débrouiller par elle-même, elle l’avait toujours été. Luis se rapprocha d’elle, et elle leva un sourcil, pas du tout impressionné. Intriguée un petit peu, intéresser peut-être, impressionner, pas du tout. « A vrai dire, j'espère pour vous qu'on ne doive pas vous présenter des hommes comme moi pour assouvir vos besoins... ce serait un peu décevant qu'une belle jeune femme comme vous n'arrive qu'à recueillir les vilains garçons comme moi ! » Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres et elle moula son ton aux siens. « Vous n’avez aucune idée de mes besoins. Faites-moi confiance, les garçons sages et gentils ne peuvent pas les assouvir non plus. » Elle se merda la lèvre inférieure en soutenant son regard du mieux qu’elle pouvait. « Evidemment qu'il me protège ! Vous m'avez assomme avec une poêle ! Aucune de mes clientes n'est aussi sadique d'ordinaire ! » Cliente ? Oh. Évidemment, deux plus deux faisait quatre. Elle se laissa attraper et embrasser les mains sans vraiment réagir. Dommage que les hommes aillent perdu cette habitude, ça avait un côté soumis qu’elle aimait bien. « Je suis gigolo. Aucun homme n'aime me présenter à une femme que ce soit leurs femmes, sœurs ou mères, je pars du principe que tant que la femme a l'argent, j'ai le droit de m'offrir à elle si elle le désire. » Elle se passa la langue sur ses lèvres, rapidement puis détacha sa main de la sienne pour la passé sur la joue de Luis. Se demandant rapidement si c’était vraiment la raison pourquoi James les avait dénigrés de la sorte ? Elle était de plus en plus déçue de son frère. « Aucune raison de s’inquiéter alors. Le seul pêché qui me coute cher est les chaussures. » À chacun son mode de vie bien sûr, mais comme Luis l’avait souligné, elle n’était pas du genre à avoir besoin de payer pour avoir un homme à ses pieds. « De toute façon, avant de payer pour quoi que se soit, je m’assure que le produit va satisfaire à tous mes besoins. » Elle n’était pas née d’hier non plus, le shopping, ça la connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyVen 20 Juil - 0:14

Sincèrement, si cette femme était la soeur de James... il devait y avoir des soucis de génétique dans cette famille. Elle était si sûre d'elle et belle. James était tellement inconscient et... James... elle semblait pouvoir tout contrôler, James avait tellement du mal à gérer sa vie, il suffisait de voir son appartement pour s'en rendre compte. Elle était médecin, et lui... il ne savait plus vraiment ce que James avait dit être. Musicien, aventurier... rien de très précis, c'était vague, c'était plus facile à abandonner en fait. « Vous n’avez aucune idée de mes besoins. Faites-moi confiance, les garçons sages et gentils ne peuvent pas les assouvir non plus. » Luis haussa un sourcil, elle l'amusait, vraiment, il la trouvait rentre dedans et séductrice, et c'était plaisant ce jeu en fait. C'était entre drague et flirt, d'habitude, c'était juste pour le boulot, mais là c'était un peu différent, elle n'avait pas sorti l'argent et elle était beaucoup plus belle que la moyenne. Ses clientes n'étaient pas toutes des tons non plus, mais il était rare qu'il se fasse d'aussi belles femmes, comme il l'avait dit, les belles femmes n'avaient pas spécialement besoin d'allonger de l'argent pour avoir les hommes à leur pieds après tout. « Je suis presque sûre que t'es super féline au lit » lança-t-il sur un ton confiant, pour une fois, il était presque sûr de son coup.

Ils continuèrent de parler sur le ton de la plaisanterie sans réellement se lâcher du regard. Luis se montra tactile histoire de voir et la blonde lui répondit en lui caressant la joue. Les yeux du latino brillait d'amusement, gosh, jamais il n'aurait pensé que cette femme si... séductrice puisse être la sœur de James. Il était loin d'être rempli de sex appeal alors que sa sœur... « Aucune raison de s’inquiéter alors. Le seul pêché qui me coute cher est les chaussures. » le latino éclata de rire, ça il n'en doutait pas, juste dans sa façon de se vêtir il voyait les marques à profusion, elle devait dépenser beaucoup d'argents mais elle était médecin, c'est qu'elle pouvait se le permettre. Puis c'était un pêché plus... honnête qu'une libido exacerbée. « De toute façon, avant de payer pour quoi que se soit, je m’assure que le produit va satisfaire à tous mes besoins. » le latino se sentit un peu froissé dans son orgueil pour la peine. D'habitude, il arrivait à le mettre de côté mais là, il trouvait ça vexant. « Pourquoi, vous seriez intéressée par un avant-goût peut-être ? » proposa-t-il sans pouvoir s'en empêcher sur un ton légèrement ironique.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyVen 20 Juil - 17:58

C’était tellement rare que quelqu’un réussit à avoir l’attention son attention, que Rosalie décida d’en profiter pleinement. Ce n’est pas tout le monde* qu’elle rencontrait qui l’ennuyait. Souvent les gens étaient intéressants à leurs manières, mais bon, elle avait qu’une très petite attention et se lassait très vite. Elle partait au beau milieu des conversations, bâillait ou commençait à faire complètement autre chose, alors qu’on lui parlait toujours. C’était complètement le contraire d’en ce moment, où elle arrivait à peine à détacher son regard de Luis. « Je suis presque sûre que t'es super féline au lit » Elle pencha la tête de côté et eu un sourire plein de sous-entendues, ne pensant même pas à ce qui pouvait arriver si son frère entendait les échos de cette conversation. « Je ne mords pas…. Enfin, pas tout le temps. » Elle était loin de laisser autant de ravage que ceux qu’elle pouvait apercevoir sur le corps de Luis en ce moment, elle n’était pas complètement folle, mais quand elle était dans le feu de l’action… Plus d’une fois, elle avait marqué Joaquin au sang, ça lui faisait tellement de bien et puis bon, personne ne s’en était jamais vraiment plein.

Elle hocha la tête légèrement, laissant échapper un tout petit rire quand elle remarqua avoir froissé l’orgueil du mâle. Ses petits trucs étaient tellement fragiles. « Pourquoi, vous seriez intéressée par un avant-goût peut-être ? » Elle eut un rictus, sans pouvoir s’en empêcher. Et les gens disent que le romantique est mort. Elle sortit son ton le plus innocent, se donnant des airs de princesse de Disney et dits simplement; « Je suis désolée, je parlais toujours des chaussures moi. » Elle n’était pas si sèche qu’elle devait supplier pour un ‘preview’, comme une vulgaire mère au foyer ennuyé par sa propre vie. Elle était une De La Vega, elle n’avait pas besoin de supplier pour quoi que ce soit, surtout pas pour des hommes. Elle ne s’abaisserait jamais à courir derrière qui se soit, elle était beaucoup trop bien pour ça. « En plus, je vous ai déjà assommé aujourd’hui, je ne crois pas être tout à fait recommandé, je risquerais de vous achever. » Ça serait dommage quand même, elle serait de retour à la case ‘ennui ’ assez rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' EmptyLun 23 Juil - 2:33

« Je ne mords pas…. Enfin, pas tout le temps. » c'est en entendant cette phrase que Luis su qu'il l'aimait vraiment bien. Cette femme ne jouait pas la potiche sensible. Elle était réelle, franche et ça lui plaisait bien, en fait, on pouvait même dire que ça changeait de d'habitude. Certaines femmes se faisaient passer pour des filles gentilles et douces mais se révélaient être des dominatrices à l'esprit tordu et sadique. Elle, elle semblait juste... être intense sous l'action, pas naturellement perverse. Du moins, il l'espérait. Mais au moins, elle ne cachait pas trop ses petites manies au lit, elle était honnête.

Ils continuèrent de parler librement, sans vraiment se prendre la tête, faisant preuve de franchise d'un côté comme de l'autre. Il lui proposa tout de même un avant-goût de ses capacités, il restait toujours au boulot quelque part, puis elle lui plaisait encore assez bien, ce n'était pas vraiment "lourd" à faire pour la peine. Cela dit, elle prit un air innocent auquel il aurait pu croire si leur conversation n'avait pas déjà prouvé qu'elle n'était pas si pure et innocente que cela. « Je suis désolée, je parlais toujours des chaussures moi. » Luis secoua la tête sans pouvoir s'en empêcher. « Dommage » finit-il par dire tout en haussant les épaules. Il n'était pas non plus du genre à harceler les gens mais pour la peine, il aurait été curieux. Juste un petit peu. « En plus, je vous ai déjà assommé aujourd’hui, je ne crois pas être tout à fait recommandé, je risquerais de vous achever. » Luis toucha sa bosse sur le front au souvenir et grimaça. Elle marquait un point. Pourtant, il n'avait jamais été maso. « Vrai, je m'aime bien en vie en plus, c'est toujours plus pratique. » décida-t-il avec un sourire ironique inscrit sur ses lèvres. Il pointa alors l'endroit où elle avait zigouillé la guitare de James. « Puis j'ai pas vraiment envie de finir dans le même état que la guitare après, j'aime bien mon visage, j'ai envie qu'on puisse me reconnaître ! » déclara-t-il sérieusement avant d'effectuer un léger clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.' 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...'  'A horse.' Empty

Revenir en haut Aller en bas

'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-